Rechercher

Barghouthi appelle les Palestiniens à la “désobéissance civile” pour la Journée de la Nakba

Selon l’avocat du terroriste du Fatah, son client, en grève de la faim, a perdu 13 kg et nie l’authenticité de la vidéo où il est vu en train de manger

Marwan Barghouthi. (Crédit : Flash90)
Marwan Barghouthi. (Crédit : Flash90)

Marwan Barghouthi, leader emprisonné du Fatah, a appelé dimanche les Palestiniens à mener des actes de « désobéissance civile » pour commémorer lundi la Journée de la Nakba, qui marque tous les ans, le 15 mai, la « catastrophe » de la création d’Israël.

Pour la première fois depuis qu’il a commencé une grève de la faim il y a 28 jours, Barghouthi a été autorisé dimanche à voir pendant trois heures son avocat, Khader Shkirat.

L’avocat a indiqué que son client nie l’authenticité d’une vidéo diffusée par le service des prisons d’Israël la semaine dernière, où il est vu en train de manger en secret une barre chocolatée dans sa cellule.

Shkirat a dit que son client lui avait dit que la cellule vue dans la vidéo, avec un lit superposé, était bien plus agréable que la cellule avec un lit simple délabré qu’il occupe actuellement. Israël a placé Barghouthi à l’isolement dès le début de la grève.

L’avocat a précisé que Barghouthi avait perdu 13 kg depuis le début de sa grève de la faim, le 17 avril. Peu dissuadé par la détérioration présumée de son état de santé, le cadre du Fatah a dit à son avocat qu’il intensifierait ses protestations en refusant de boire de l’eau.

Dans une lettre de Barghouthi obtenue dimanche par le média libanais Al Mayadeen, le terroriste condamné, qui purge cinq peines de prison à vie pour son rôle dans le meurtre de civils israéliens pendant la seconde Intifada, ordonne à la population d’accroître les tensions avec Israël, par solidarité avec les détenus qui jeûnent.

Au nom des prisonniers palestiniens, le cadre du Fatah a promis de « continuer la lutte pour la liberté et la dignité de la Palestine », jusqu’à ce que les objectifs des prisonniers soient accomplis.

Il a souligné que toutes les tentatives des autorités israéliennes pour le « faire chanter », lui ou ses co-détenus, ne feraient « qu’augmenter notre croyance en la victoire. »

Manifestation de soutien aux prisonniers palestiniens en grève de la faim, à Bethléem, en Cisjordanie, le 4 mai 2017. (Crédit : Flash90)
Manifestation de soutien aux prisonniers palestiniens en grève de la faim, à Bethléem, en Cisjordanie, le 4 mai 2017. (Crédit : Flash90)

Barghouthi a également appelé les deux factions palestiniennes principales, le Fatah et le Hamas, à commencer des négociations pour un accord de réconciliation nationale. Parallèlement, il a mis en garde contre la reprise des négociations avec Israël sur la base des mêmes principes qui se sont « prouvés inefficaces dans le passé. »

Les prisonniers demandent notamment de meilleurs services médicaux, plus de visites familiales, et des conditions de détention plus dignes. Israël a cependant promis de ne pas négocier avec les prisonniers, qualifiés de « terroristes et meurtriers emprisonnés » par le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan.

Des sources du service des prisons d’Israël a dit la semaine dernière à la Deuxième chaîne que non seulement Barghouthi avait mangé en secret dans sa cellule, mais que d’autres détenus faisaient la même chose.

Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, pendant son discours devant le 7e congrès du Fatah, réuni à la Mouqataa, le siège de l'Autorité à Ramallah, en Cisjordanie, le 30 novembre 2016. (Crédit : Abbas Momani/AFP)
Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, pendant son discours devant le 7e congrès du Fatah, réuni à la Mouqataa, le siège de l’Autorité à Ramallah, en Cisjordanie, le 30 novembre 2016. (Crédit : Abbas Momani/AFP)

D’autres sources du renseignement ont dit à la chaîne que la vidéo de Barghouthi avait été vue par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas comme un « cadeau du ciel », en raison des dommages causés à l’image de son rival du Fatah.

Qadura Fares, qui dirige le Club des prisonniers palestiniens, a dit au Times of Israël qu’en plus d’être fouillé quatre fois par jour, Barghouthi n’avait plus qu’une seule couverture et n’avait pas eu l’autorisation de changer de vêtements depuis qu’il a débuté sa grève.

Selon les autorités israéliennes, 894 prisonniers palestiniens poursuivent la grève de la faim, un nombre estimé à plus de 1 000 par les autorités palestiniennes.

Des agences ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...