Israël en guerre - Jour 192

Rechercher
La sensibilisation au climat serait-elle une 614e mitzvah ?

Beaucoup de Juifs US ne pourront pas marcher pour le climat lors de Rosh HaShana

Coincée entre le Sommet de l'ONU sur l'ambition climatique et Yom Kippour, seuls certains juifs pourront prendre part à la Marche pour l'élimination des combustibles fossiles

La femme rabbin Laura Bellows, aujourd'hui directrice de l'activisme spirituel et de l'éducation de Dayenu, agite de la matzah alors qu'elle encourage les grandes organisations financières à céder des combustibles fossiles lors d'un rassemblement à Washington, DC, le 20 avril 2022. (Crédit : Bora Chung | Survival Media Agency / Dayenu via JTA)
La femme rabbin Laura Bellows, aujourd'hui directrice de l'activisme spirituel et de l'éducation de Dayenu, agite de la matzah alors qu'elle encourage les grandes organisations financières à céder des combustibles fossiles lors d'un rassemblement à Washington, DC, le 20 avril 2022. (Crédit : Bora Chung | Survival Media Agency / Dayenu via JTA)

JTA – Une grande marche destinée à faire pression pour renforcer les efforts de lutte contre le dérèglement climatique aura lieu à New York le deuxième jour de Rosh HaShana – un choix de date qui risque d’exclure les militants juifs de la lutte contre le réchauffement climatique.

La coalition « People vs. Fossil Fuels » affirme avoir choisi cette date en dépit de la date conflictuelle, et après mûre réflexion. La marche aura lieu quelques jours avant l’arrivée des dirigeants mondiaux dans la ville pour le sommet des Nations unies sur l’ambition climatique.

« Nous avons opté pour cette date en tenant compte d’un certain nombre de facteurs », peut-on lire dans une déclaration publiée sur le site web de l’événement. « Vu la date à laquelle se tient le Sommet de l’ONU sur le climat, Yom Kippour le week-end suivant, et vu la nécessité d’organiser la marche un week-end pour permettre aux familles et aux travailleurs de tous les horizons de participer, nous avons choisi la date du dimanche 17. Cette décision n’a pas été prise à la légère ».

Cette décision intervient à un moment où les réseaux sociaux regorgent d’avertissements soulignant l’importance d’éviter de programmer des événements pendant la période chargée des fêtes juives et adressés à toute personne désireuse d’organiser des événements inclusifs.

Lundi, par exemple, Rebecca Rausch, une législatrice juive du Massachusetts dont le programme comprend la lutte contre le changement climatique, a publié sur X, anciennement Twitter, un « #PSA (message d’avertissement) à tous ceux qui organisent des rassemblements en septembre » de ne pas organiser de rencontres le jour de Rosh HaShana ou, « à tout le moins », le jour de Yom Kippour.

Il sera particulièrement difficile de satisfaire ces exigences cette année, car les fêtes juives occupent trois week-ends entiers entre septembre et octobre.

Les groupes et les activistes juifs en matière de climat disent comprendre pourquoi la Marche pour l’élimination des combustibles fossiles a été organisée à cette date – et soulignent que les Juifs qui se soucient de ce que les scientifiques considèrent comme une catastrophe climatique imminente auront de nombreuses occasions de contribuer en dehors de la marche du 17 septembre.

« C’est une période chargée dans la communauté juive », a déclaré Dahlia Rockowitz, directrice des campagnes et des partenariats de Dayenu, à la Jewish Telegraphic Agency. « Nous sommes conscients que toute date choisie pour ce sommet est susceptible de poser des problèmes ».

Dayenu est l’un des cinq groupes juifs parmi les 30 organisations confessionnelles qui font partie de People vs. Fossil Fuels, qui comprend au total plus de 1 200 organisations concernées par la justice climatique et les questions progressistes.

« Nous sommes déçus que cet événement ait lieu pendant la période de Rosh HaShana, mais nous comprenons parfaitement les exigences contradictoires auxquelles les organisateurs ont été confrontés, et nous savons également que, quelle qu’ait été la date choisie, il aurait été compliqué, à cette période de l’année, d’atteindre les Juifs et de trouver une solution pour qu’ils participent à ce type d’événement », a déclaré Rockowitz.

Jennie Rosenn, PDG de Dayenu, brandit une banderole après s’être adressée à la foule lors d’un rassemblement exhortant les législateurs de l’État de New York à adopter la loi sur le climat et l’investissement communautaire, à New York, le 7 avril 2021. (Crédit : Gili Getz / Dayenu via JTA)

Ben Goloff, chargé de campagne sur le climat pour le Center for Biological Diversity, l’une des organisations membres du comité de pilotage (COPIL) de la marche, a participé à de nombreuses discussions sur la programmation de la marche de cette année.

« Pour moi et pour d’autres juifs présents dans la salle et d’autres organisations, cela a été une priorité lorsque nous avons commencé à nous organiser sur la manière dont nous allions réagir à ce moment, étant donné la date du sommet de l’ONU », a-t-il déclaré.

Goloff a déclaré qu’il s’attendait à voir une délégation juive à la marche de Rosh HaShana et qu’il comprenait également pourquoi certains juifs, en fonction de la façon dont ils observent les fêtes, ne participeraient pas à la marche pour se concentrer sur d’autres activités.

« Il y a des gens dans la communauté juive qui sont très enthousiastes à l’idée de participer à la marche et d’avoir une délégation dirigée par des juifs dans le cadre de la marche », a déclaré Goloff. « D’autres organisent d’autres activités autour de la marche, à des moments plus compatibles avec leurs pratiques religieuses. »

People vs. Fossil Fuels a déclaré dans son communiqué sur les calendriers qui se chevauchent qu’il comprenait le problème que cela représentait pour de nombreux juifs.

« Nous avons un profond respect pour le fait que les communautés juives ont des approches différentes en ce qui concerne les manifestations et l’action sociale pendant la période des Fêtes du Nouvel An juif », a indiqué la coalition. « Nous honorons et reconnaissons que de nombreuses communautés et organisations juives seront en train de prier à ce moment-là et de célébrer leur fête. »

Ce n’est pas la première fois qu’une grande marche ou manifestation est organisée lors d’une importante fête juive. En 2017, la Marche pour la justice raciale à Washington, DC, avait été programmée le jour de Yom Kippour, le jour le plus solennel du calendrier juif et également l’une des fêtes juives les plus largement observées. Les organisateurs de la marche avaient alors publié un communiqué dans lequel ils s’excusaient pour ce « conflit de calendrier ».

« Les principaux dirigeants de la Marche pour la justice raciale regrettent que la date du 30 septembre pour la Marche pour la justice raciale tombe le jour de Yom Kippour, qui est le jour du Grand Pardon », peut-on lire dans le communiqué. « Les principaux dirigeants de la Marche pour la justice raciale reconnaissent et célèbrent l’unité historique entre les Afro-Américains et les Américains de confession juive. Ces deux communautés sont des partenaires naturels, car elles ont toutes deux connu une histoire de persécution et de discrimination ».

Le dérèglement climatique figure depuis longtemps en tête de liste des préoccupations des Juifs aux États-Unis ; les Juifs sont d’ailleurs très impliqués dans le vaste mouvement de lutte contre le réchauffement climatique. Jusqu’à récemment, cependant, la question occupait une place marginale dans l’agenda des organisations communautaires juives, qui négligeaient le climat alors même que le sujet prenait de l’importance dans les activités et les politiques d’autres communautés religieuses et du monde philanthropique au sens large. Cette situation a toutefois changé depuis un an environ, avec un nombre croissant de philanthropes et d’organisations juives qui allouent des ressources à la lutte contre le dérèglement climatique.

Des activistes et des manifestants tiennent des pancartes alors qu’ils participent à une grève mondiale pour le climat à Tel Aviv, le 27 septembre 2019, contre l’inaction face au changement climatique. Illustration (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Selon Rockowitz, d’autres groupes d’activistes juifs pour le climat avec lesquels Dayenu est en contact ont proposé, à ceux qui observent les fêtes et ne participeront pas à la marche de dimanche, plusieurs solutions alternatives. Le Jewish Climate Action Network NYC a créé un rituel de tashli’h sur le thème des revendications et des messages de la marche, et une grève étudiante vendredi, avant que Rosh HaShana ne commence au crépuscule, inclura de jeunes participants juifs.

Shoshanna Segal, membre juive du groupe interconfessionnel sur le climat GreenFaith, a déclaré qu’elle n’avait pas encore décidé si elle participerait ou non à la marche. Elle aurait préféré que la marche ne coïncide pas avec la fête, mais elle estime qu’il y a des questions plus importantes à prendre en considération.

« Ce n’est pas la discussion que nous devrions avoir », a affirmé Segal, qui fréquente le Forest Hills Jewish Center, une synagogue conservatrice dans le Queens. « Le débat devrait porter sur la question suivante : La sensibilisation au climat serait-elle une 614e mitzvah ? ».

Rosh HaShana célèbre la naissance du monde et est depuis longtemps considéré par les défenseurs de l’environnement comme un moment naturel du calendrier juif pour exprimer leurs préoccupations. Certains juifs participant à la marche pendant les vacances prennent le symbole au pied de la lettre : Certains se réuniront à la Congrégation Beth Elohim à Brooklyn avant la marche pour créer des œuvres d’art sur le thème de Rosh HaShana qu’ils emporteront avec eux.

Goloff, qui vit à Washington, a déclaré qu’il prévoyait lui aussi de mêler son identité juive à sa passion pour l’activisme climatique, même si certaines des dates les plus importantes se chevauchent.

« Je participerai à l’organisation d’actions pendant que je prierai, et cela revêt pour moi une importance particulière », a déclaré Goloff. « Je me concentrerai sur cette question pendant la période précédant l’événement et pendant la semaine qui suivra ».

« Je suis vraiment très reconnaissant de l’occasion qui m’est donnée de pouvoir réunir ces deux éléments », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.