Rechercher

Beer Sheva: une des familles endeuillées refuse la visite des proches du terroriste

Un parent éloigné du terroriste a qualifié ses actions de "tache" pour la famille ; les endeuillés disent qu'il serait "inapproprié" de recevoir la visite d'une délégation bédouine

Doris Yahbas (Crédit : Avec l'aimable autorisation de la famille Yahbas)
Doris Yahbas (Crédit : Avec l'aimable autorisation de la famille Yahbas)

Une délégation de dirigeants bédouins et de membres de la famille du terroriste qui a tué quatre Israéliens à Beer Sheva la semaine dernière a souhaité rencontrer la famille en deuil de l’une des victimes pour lui rendre hommage, mais la famille a refusé, selon les médias israéliens.

Menahem Yehezkel, 67 ans, Laura Yitzhak, 43 ans, le rabbin Moshe Kravitzky, 48 ans, et Doris Yahbas, 49 ans, ont été tués lors d’une attaque à l’arme blanche dans la ville du sud mardi dernier.

L’agresseur, Mohammad Abu al-Qian, 34 ans, de la ville bédouine de Hura dans le Neguev, avait purgé trois ans de prison pour avoir comploté pour rejoindre le groupe terroriste fondamentaliste État islamique en Syrie et a été libéré en 2019.

La communauté arabe en Israël a largement condamné l’attaque. Les proches d’Abu al-Qian l’ont qualifié de « tache » pour la famille et sur Hura dans son ensemble.

La police a déclaré qu’Abou al-Qian avait probablement agi seul, bien qu’ils aient interrogé deux de ses frères, eux-mêmes soupçonnés d’avoir été au courant de ses intentions et de ne pas avoir empêché cet acte de terrorisme.

La délégation bédouine, qui devait comprendre l’adjoint au maire de Hura et d’autres responsables, souhaitait visiter le Moshav Gilat près de Beer Sheva, où Yahbas vivait et y est maintenant enterrée.

« C’est un désastre, et nous devons nous unir », a déclaré Nafez Abu al-Qian, un parent éloigné du terroriste et ancien officier de l’armée israélienne qui faisait partie de la délégation présumée.

« Nous rendrons visite à la famille pour partager leur douleur, qui est aussi la nôtre », a-t-il déclaré au site d’information Walla, notant que la ville de Hura prévoit d’y construire un mémorial pour les victimes.

La famille en deuil de Yahbas a décliné l’offre, déclarant qu’elle n’était pas en mesure de rencontrer les proches du terroriste dans leur état actuel.

« Pour le moment, nous ne pouvons pas accepter la visite de la famille du terroriste », ont-ils déclaré à la chaîne publique Kan. « Bien qu’ils soient des parents éloignés, c’est inapproprié. »

Les funérailles de Doris Yahbas, 49 ans, qui a été tuée dans un attentat terroriste à Beer Sheva, au cimetière du Moshav Gilat, le 23 mars 2022. (Crédit : Flash90)

Le maire adjoint de Hura, Yizhak Abu al-Qian, a déclaré après l’attaque que toute la communauté avait condamné Abu al-Qian. « Dans les rues et dans chaque foyer, chaque enfant condamne totalement ce grave incident », a-t-il déclaré la semaine dernière, « car il est de notre devoir de condamner de tels actes odieux ».

Il a souligné que l’attaque avait été menée par un seul individu et que cela n’aurait jamais dû avoir lieu entre les communautés juives et bédouines du sud.

« Beer Sheva est notre maison à tous », a-t-il déclaré.

Mohammad Ghaleb Abu al-Qi’an. (Crédit : Courtoisie)

L’attaque a été la plus meurtrière contre des civils israéliens depuis juin 2016, lorsque deux terroristes ont ouvert le feu sur le marché Sarona de Tel-Aviv, et on fait 4 morts et 16 blessés.

Le groupe terroriste du Hamas a salué l’attaque de la semaine dernière, affirmant qu’elle « salue l’exécuteur de l’opération héroïque de Beer Sheva occupée ». Le groupe terroriste n’a cependant pas revendiqué l’agresseur comme membre.

« Les crimes de l’occupation seront sanctionnés par des opérations héroïques : coups de couteau, coups de poing et fusillades », avait déclaré le porte-parole du Hamas, Abd al-Latif al-Qanou, à la radio officielle du Hamas.

Emmanuel Fabian et Aaron Boxerman ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...