Rechercher

Belgique : Des manifestants continuent à comparer mesures sanitaires et Shoah

Des étoiles jaunes et des images du camp d’extermination d’Auschwitz ont été une nouvelle fois aperçues lors d'une manifestation anti-vaccin à Bruxelles dimanche dernier

Une personne tient une pancarte indiquant « Non à la vaccination obligatoire » lors d'une manifestation contre la vaccination contre le Covid-19 à Bruxelles, le 19 décembre 2021. 
( Crédit : Aris Oikonomou / AFP)
Une personne tient une pancarte indiquant « Non à la vaccination obligatoire » lors d'une manifestation contre la vaccination contre le Covid-19 à Bruxelles, le 19 décembre 2021. ( Crédit : Aris Oikonomou / AFP)

L’Union des étudiants juifs de Belgique (UEJB) a réitéré sa colère face aux comparaisons faites entre les mesures sanitaires et la Shoah lors d’une manifestation anti-mesures sanitaires qui a rassemblé des milliers de personnes à Bruxelles dimanche, et où des étoiles jaunes et des images du camp d’extermination d’Auschwitz ont été une nouvelle fois aperçues.

« Ce que font en réalité ceux qui comparent le pass sanitaire à la Shoah ou à une mesure nazie, c’est l’usage, sous couvert de défense de la démocratie et des libertés individuelles, d’un argument fallacieux : le Reductio Ad Hitlerum« , a expliqué à BX1 Joanna Peczenik, co-présidente de l’UEJB. « Il vise à disqualifier abusivement les arguments d’un adversaire en les comparant à Adolf Hitler ou au régime nazi. Ils aspirent donc à la lutte contre le fascisme en le banalisant et en dévoyant le débat démocratique. Il faut que cela soit clair, la Shoah et le nazisme ne sont pas des épisodes anecdotiques à usage rhétorique. »

« Je dirais à ces individus que s’ils désirent réellement lutter contre le fascisme, je les encourage à lutter contre la banalisation de la Shoah à laquelle ils participent. Cette comparaison abusive est, comme le démontre Joanna, en contradiction totale avec ce qu’ils prétendent défendre. La démocratie mérite mieux que cela », a ajouté l’autre co-président de l’UEJB, Sacha Guttmann.

La police bruxelloise a estimé à 3 500 le nombre de participants à la manifestation de dimanche, tandis que les organisateurs ont évoqué 50 000 personnes, a rapporté le site d’actualité 7SUR7. Il s’agissait de « l’Acte 3 » de la « Marche pour la Liberté » du mouvement « Belgium United for Freedom », qui s’est donné pour mission de combattre les mesures sanitaires liées à l’épidémie de coronavirus.

Le phénomène n’est pas nouveau et est loin d’être isolé. Si l’UEJB réagissait là à des faits survenus à Bruxelles, des cas similaires ont été constatés à Paris, New-York et même Tel Aviv, parmi de nombreuses autres villes.

Sur les réseaux sociaux et sur les sites complotistes et/ou anti-vaccin, les comparaisons entre les mesures sanitaires mises en place pour lutter contre la COVID-19 et le régime nazi se sont multipliées depuis le début de la pandémie.

Si les dénonciations se sont multipliées, elles n’ont pas suffi à étouffer le phénomène.

En février 2021, l’UEJB espérait déjà éveiller les consciences en publiant un court « guide pratique » illustré et intitulé « Pourquoi comparer la gestion de la pandémie au nazisme est problématique ».

La recrudescence des comparaisons entre la gestion de la pandémie et la Shoah confirme nos inquiétudes de ce début d’année. Retrouvez ci-dessous le guide pratique publié à cette période !

Posted by Union des Etudiants Juifs de Belgique – UEJB on Sunday, July 18, 2021

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...