Rechercher

Bennett critique Kahlon pour la hausse du déficit ; la coalition se divise

Le président de HaBayit HaYehudi accuse le ministre des Finances de "pencher vers la gauche" et lui reproche des prévisions économiques "très dangereuses"

Le ministre des Finances Moshe Kahlon (à droite) et le ministre de l'Éducation Naftali Bennett lors d'une conférence de presse au ministère de l'Éducation à Tel Aviv, le 19 mars 2017. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Le ministre des Finances Moshe Kahlon (à droite) et le ministre de l'Éducation Naftali Bennett lors d'une conférence de presse au ministère de l'Éducation à Tel Aviv, le 19 mars 2017. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Les ministres du gouvernement se sont disputés sur la politique de défense et le déficit national dimanche, alors que les dirigeants tentaient de marquer des points et de gagner de nouveaux électeurs.

En plein désaccord avec le ministre de la Défense Avigdor Liberman, le ministre de l’Education Naftali Bennett s’est disputé publiquement avec un autre de ses partenaires de la coalition. Il a accusé le ministre des Finances Moshe Kahlon de « pencher vers la gauche » et lui a reproché la montée en flèche du déficit budgétaire récemment annoncé.

« Nous, à droite, à HaBayit HaYehudi, nous penchons vers la droite – Kahlon et Liberman penchent vers la gauche », a déclaré Bennett sur Radio Darom dimanche matin, interrogé au sujet des critiques voilées que le président de Koulanou aurait formulées à son égard la semaine dernière.

Le ministère des Finances a annoncé lundi dernier qu’il y avait un déficit de 9 milliards de shekels (2 milliards d’euros) dans le budget de l’Etat, soit environ 3,6 % du PIB, le taux le plus élevé depuis des années et presque 1 % de plus que les 2,5 % déficit cumulés en septembre.

Après cette annonce, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a convoqué une réunion d’urgence avec le directeur général du ministère pour faire le point sur les effets du déficit sur les projections budgétaires.

M. Kahlon, qui a fait adopter un certain nombre d’allègements fiscaux populaires visant à réduire le coût élevé de la vie dans le pays, avait défendu son bilan au Trésor après les chiffres décevants du déficit d’octobre, affirmant que « l’économie est la chose la plus stable dans le pays en ce moment », selon les médias israéliens.

Il avait alors suggéré que « les gens devraient être davantage inquiets du discours public et des attaques contre les gardiens [d’Israël] et la démocratie que de l’économie ».

Les remarques de Kahlon faisaient visiblement référence aux appels lancés par HaBayit HaYehudi pour que la vice-procureure générale Dina Zilber soit limogée pour avoir critiqué le projet de loi dit de « loyauté culturelle » lors de la réunion de la commission de la Knesset en début de semaine dernière.

Mme Zilber a également condamné le climat politique actuel en Israël et a accusé les députés de la coalition de droite de chercher à faire taire les opinions dissidentes.

La vice-procureure générale Dina Zilber s’exprime durant une réunion de la commission de l’Education, de la Culture et des Sports à la Knesset, le 6 novembre 2018 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

S’exprimant la semaine dernière lors d’une réunion de la commission de l’Éducation, de la Culture et des Sports de la Knesset, Mme Zilber a déclaré que cette loi, qui menace de supprimer le financement public aux institutions culturelles qui produisent des œuvres considérées comme trop critiques envers le gouvernement ou l’État, « pose de réels problèmes ».

Affirmant que les critiques de Kahlon n’étaient que le dernier exemple de son « penchant à gauche », Bennett a déclaré que « le public en a assez de voter pour la droite et d’obtenir une politique de gauche ».

« J’espère que nous [à droite] serons beaucoup plus forts après les prochaines élections », a déclaré M. Bennett dans un avertissement menaçant à Kahlon.

Le président du parti HaBayit HaYehudi a ajouté que, contrairement aux estimations de Kahlon, les nouveaux indicateurs économiques étaient « très dangereux » pour Israël et que « avant les élections, il est difficile de résister aux pressions publiques, surtout en matière économique ».

« La dernière chose que je souhaite, c’est de laisser nos enfants avec des déficits qu’ils devront rembourser à cause d’un comportement irresponsable », a dit Bennett. « La personne responsable du budget est, évidemment, le ministre des Finances. »

Les propos de M. Bennett contre M. Liberman ont été tenus après que le ministre de la Défense a déclaré que son collègue du cabinet avait « soit perdu la mémoire, soit menti » en critiquant le transfert des fonds qataris au groupe terroriste palestinien du Hamas.

M. Liberman a déclaré que M. Bennett avait en fait soutenu le transfert d’argent ainsi que la fourniture de carburant qatari à l’enclave côtière, et qu’il était favorable à une proposition permettant à 5 000 travailleurs de Gaza d’entrer en Israël, tout en s’opposant aux opérations militaires contre le Hamas.

Un Palestinien montre son argent après avoir reçu son salaire à Rafah dans le sud de la bande de Gaza, le 9 novembre 2018 (Crédit : Said Khatib/AFP)

Vendredi, 15 millions de dollars en espèces en provenance du Qatar sont entrés dans la bande de Gaza dans plusieurs valises pour permettre de payer les salaires des fonctionnaires palestiniens afin d’apaiser les tensions dans et autour de ce territoire paupérisé.

Un montant total de 90 millions de dollars doit être alloué en six versements mensuels de 15 millions de dollars, selon les autorités, principalement pour couvrir les salaires des fonctionnaires travaillant pour le Hamas. Le Qatar a également déclaré qu’il distribuerait 100 dollars à chacune des 50 000 familles vivant dans la pauvreté, ainsi que des sommes plus importantes aux Palestiniens blessés lors des affrontements le long de la frontière entre Gaza et Israël.

Bennett et Liberman se sont querellés à plusieurs reprises au cours des dernières semaines. Le parti sioniste-religieux de Bennett, HaBayit HaYehudi, affrontera le parti laïc de droite Yisrael Beytenu de Liberman pour l’obtention les voix de nombreux faucons Israéliens aux prochaines élections à la Knesset.

Les élections doivent avoir lieu d’ici novembre 2019, mais beaucoup pensent qu’elles seront organisées plus tôt.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...