Bennett: Tsahal doit tirer pour tuer les Gazaouis qui s’infiltrent en Israël
Rechercher

Bennett: Tsahal doit tirer pour tuer les Gazaouis qui s’infiltrent en Israël

Intensifiant les attaques contre le ministre de la Défense, le chef de HaBayit HaYehudi affirme qu'Israël doit détruire les maisons des terroristes, pas les mesurer

Le ministre de l'Éducation, Naftali Bennett, prend la parole à l'Institut d'études sur la sécurité nationale (Institute for National Security Studies - INSS) le 8 octobre 2018. (Capture d'écran : Ynet news)
Le ministre de l'Éducation, Naftali Bennett, prend la parole à l'Institut d'études sur la sécurité nationale (Institute for National Security Studies - INSS) le 8 octobre 2018. (Capture d'écran : Ynet news)

Le ministre de l’Éducation Naftali Bennett a déclaré lundi que s’il était ministre de la Défense, il ordonnerait à Tsahal de tuer les Palestiniens qui s’infiltrent sur le sol israélien depuis Gaza, ainsi que ceux qui envoient des ballons incendiaires vers des localités israéliennes limitrophes.

S’exprimant à la fois à la radio militaire et à l’Institut d’études sur la sécurité nationale de Tel Aviv, M. Bennett, qui dirige le parti HaBayit HaYehudi, a affirmé que le gouvernement fait peu pour empêcher les attaques terroristes en Cisjordanie. Il a souligné que 102 maisons de terroristes qui doivent être démolies sont encore intactes.

« Nous devons détruire les maisons des terroristes. Pas les mesurer, les détruire », a déclaré M. Bennett, dans une sortie contre le ministre de la Défense, Avigdor Liberman.

M. Bennett s’exprimait peu après sa visite chez la famille de Kim Levengrond Yehehezkel, 28 ans, qui a été tuée dimanche dans une attaque terroriste en même temps que Ziv Hajbi, 35 ans, dans le parc industriel de Barkan au nord de la Cisjordanie.

Le ministre de l’Éducation, Naftali Bennett, rend visite à la famille de Kim Levengrond Yehezkel, 28 ans, victime du terrorisme, dans sa ville natale de Rosh Haayin le 7 octobre 2018. (Yehuda Haim/Flash90)

L’armée israélienne a déclaré dimanche qu’elle avait retrouvé et évalué le processus de démolition de la maison d’Ashraf Walid Suleiman Naalowa, le tireur présumé dans cette attaque, avant un éventuel passage à l’acte.

M. Bennett, qui est membre du cabinet de sécurité, a également déclaré que l’État devait empêcher l’Autorité palestinienne (AP) de payer les terroristes. Il a affirmé que la famille du terroriste présumé de l’attentat de dimanche va commencer à recevoir 15 000 shekels par mois dès le mois de novembre.

« Il faut y mettre un terme », a dit M. Bennett en référence à la politique de l’AP qui consiste à verser des allocations mensuelles aux familles des prisonniers sécuritaires.

Après des joutes verbales avec Liberman, la radio de l’armée a demandé à Bennett ce qu’il ferait autrement s’il était ministre de la Défense.

« Tout », répondit-il. « Je ne permettrais pas à des terroristes de traverser la frontière depuis Gaza tous les jours… et s’ils le font, nous devrions tirer pour les tuer. Les terroristes de Gaza ne devraient pas entrer en Israël… Tout comme au Liban, en Syrie ou ailleurs, nous devrions tirer pour les tuer. »

Un manifestant palestinien jette une pierre contre les forces israéliennes lors d’affrontements à l’est de la ville de Gaza, le long de la frontière entre Gaza et Israël, le 5 octobre 2018. (AFP PHOTO / Anas BABA)

Lorsqu’on lui a demandé s’il ordonnerait également à l’armée de tirer sur les enfants palestiniens qui franchissent la clôture frontalière pour les tuer, M. Bennett a répondu : « Ce ne sont pas des enfants, ce sont des terroristes. Nous nous dupons nous-mêmes. J’ai vu les images ».

Il a également ajouté que l’armée devrait tirer pour tuer quiconque envoie des engins incendiaires de l’autre côté de la frontière.

« Si quelqu’un envoie des ballons incendiaires depuis Gaza, nous devrions tirer pour le tuer… Sur le plan tactique, nous devons tirer sur ceux qui envoient des ballons incendiaires depuis Gaza, » a-t-il affirmé.

« Nous n’avons pas réglé le problème dès le début. Maintenant, ils nous envoient des milliers de cerfs-volants. Nous finirons par faire ce que nous aurions dû faire il y a six mois, mais avec trop de retard. »

Bennett a ajouté qu’Israël ne doit plus faire de concessions territoriales aux Palestiniens.

« Je ne donnerai pas un centimètre de plus aux Arabes. Nous devons abandonner l’idée que si nous leur donnons plus de territoire, le monde nous aimera », a-t-il dit. « Le ministre de la Défense est prêt à abandonner Nokdim, son domicile, pour un État palestinien. Je ne le ferais pas ».

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman s’exprime à l’ouverture de l’exposition de l’armée israélienne à Tel Aviv, le 20 septembre 2018 (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Le parti de Liberman, Yisrael Beytenu, a contre-attaqué Bennett, se moquant de lui en le comparant à un « jeune des collines », une référence au groupe d’extrême-droite qui construit des implantations illégales en Cisjordanie.

« Le « jeune des collines » de Raanana, et les baratineurs de HaBayit HaYehudi se livrent à des manœuvres politiques au détriment de la sécurité des citoyens israéliens », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Les émeutes à la frontière de Gaza, surnommée la « grande marche du retour », se sont considérablement multipliées ces dernières semaines. D’abord hebdomadaires de la fin mars à l’été, elles ont ensuite ralenti lorsque le Hamas a entamé des pourparlers indirects avec Israël en vue d’un cessez-le-feu.

Les négociations étant au point mort, le Hamas a accéléré le rythme des émeutes et des manifestations contre Israël, et a créé de nouvelles unités chargées de maintenir la tension le long de la clôture à la frontière, y compris pendant la nuit et tôt le matin.

Les affrontements le long de la frontière (qu’Israël affirme être dirigés par le groupe terroriste palestinien du Hamas) se caractérisent par des jets réguliers de pierres et de cocktails Molotov contre les soldats, des tirs et attaques aux explosifs artisanaux contre les soldats de Tsahal, et des tentatives d’infiltration de la clôture.

Les Gazaouis envoient également des cerfs-volants et des ballons incendiaires en Israël, qui provoquent des incendies. Ces feux de grande ampleur ont détruit des forêts, brûlé des récoltes et tué du bétail. Des milliers d’hectares de terre ont été détruits, ce qui a causé des millions de shekels de dégâts, selon des responsables israéliens. Certains ballons sont équipés d’engins explosifs artisanaux.

Au moins 140 Palestiniens ont été tués lors de ces manifestations depuis fin mars, selon les chiffres de l’AP. Le Hamas a reconnu que des dizaines de victimes faisaient parti de leur rangs.

Lundi, des milliers de Palestiniens ont manifesté le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël. Le ministère de la Santé dirigé par le Hamas a déclaré qu’une trentaine de personnes avaient été blessées dans des émeutes à plusieurs endroits. Par ailleurs, des dizaines de bateaux ont défié le blocus israélien avant d’être interceptés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...