Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Israël en état d’alerte face à une possible attaque iranienne et prêt à tout scénario, dit Tsahal

Blinken à Gallant : les États-Unis soutiendront Israël contre les menaces iraniennes ; L'agence de presse iranienne affirme que l'espace aérien a été fermé au-dessus de Téhéran, puis supprime l’article et nie l'avoir publié

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à gauche, serre la main du ministre de la Défense Yoav Gallant à Jérusalem, le 31 janvier 2023. (Crédit : Ronaldo Schemidt/Pool Photo via AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à gauche, serre la main du ministre de la Défense Yoav Gallant à Jérusalem, le 31 janvier 2023. (Crédit : Ronaldo Schemidt/Pool Photo via AP)

Des rassemblements opposés à Tel Aviv et Jérusalem appellent à un accord sur les otages, et à la poursuite de la guerre

Des manifestants appellent à la libération des otages détenus à Gaza lors d'un rassemblement à Tel Aviv, le 11 avril 2024. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)
Des manifestants appellent à la libération des otages détenus à Gaza lors d'un rassemblement à Tel Aviv, le 11 avril 2024. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)

Des rassemblements distincts et opposés ont lieu ce soir à Tel Aviv et à Jérusalem, appelant à des objectifs opposés dans la guerre en cours contre le Hamas à Gaza.

À Tel Aviv, des centaines de personnes manifestent près du quartier général militaire de la Kirya avant une réunion du cabinet de guerre, exigeant qu’un accord de trêve soit conclu afin de libérer les otages toujours détenus dans la bande de Gaza.

À Jérusalem, près de la résidence privée du Premier ministre Benjamin Netanyahu, des centaines de personnes participent à une manifestation appelant à la poursuite de la guerre jusqu’à la destruction du Hamas et s’opposant à tout accord de cessez-le-feu avec le groupe terroriste.

Haniyeh affirme que la frappe aérienne israélienne ayant tué ses 3 fils n’exclut pas la possibilité d’un accord

Ismail Haniyeh, chef du bureau politique du groupe terroriste palestinien du Hamas, basé à Doha, lors d'un discours télévisé à l'occasion de la Journée d'Al-Qods (Jérusalem), le 3 avril 2024. (Crédit : Bureau des médias du Hamas/AFP)
Ismail Haniyeh, chef du bureau politique du groupe terroriste palestinien du Hamas, basé à Doha, lors d'un discours télévisé à l'occasion de la Journée d'Al-Qods (Jérusalem), le 3 avril 2024. (Crédit : Bureau des médias du Hamas/AFP)

Le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, a affirmé qu’il était encore possible de parvenir à une trêve et à un accord de libération des otages avec Israël, même après la frappe aérienne à Gaza qui a tué trois de ses fils.

Haniyeh a également nié auprès de Reuters que ses fils étaient des membres du groupe terroriste, ce qu’Israël a déclaré hier après l’attaque.

« Les intérêts du peuple palestinien passent avant tout », a-t-il dit lorsqu’il lui a été demandé si leur mort aurait un impact sur les négociations.

« Nous cherchons à parvenir à un accord, mais l’occupation tergiverse toujours et évite de répondre à ses demandes », a-t-il déclaré à Reuters.

Israël en état d’alerte face à une possible attaque iranienne et prêt à tout scénario, dit Tsahal

Le porte-parole de l'armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, lors d'une conférence de presse à la suite d'une attaque meurtrière contre des bénévoles de la World Central Kitchen dans la bande de Gaza, le 2 avril 2024. (Crédit : Capture d'écran)
Le porte-parole de l'armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, lors d'une conférence de presse à la suite d'une attaque meurtrière contre des bénévoles de la World Central Kitchen dans la bande de Gaza, le 2 avril 2024. (Crédit : Capture d'écran)

Le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole de Tsahal, a souligné qu’il n’y avait aucun changement dans les instructions destinées aux civils, car Israël reste en état d’alerte élevé face à une éventuelle attaque iranienne.

« Je vais aborder les informations et parler des préparatifs d’une attaque iranienne. Tout d’abord, il n’y a aucun changement dans les instructions du Commandement du Front intérieur », a déclaré Hagari lors d’une conférence de presse en soirée. « S’il y a un changement, nous en informerons immédiatement le public », a-t-il ajouté.

« Nous sommes en alerte, parfaitement préparés à différents scénarios et évaluons constamment la situation. Nous sommes prêts à attaquer et à nous défendre en utilisant une variété de capacités dont dispose Tsahal, et également prêts avec nos partenaires stratégiques », a-t-il dit.

Hagari a déclaré que le chef du Commandement central américain (CENTCOM), le général Michael Kurilla, était arrivé en Israël ce matin pour tenir une évaluation avec le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, sur « les défis sécuritaires dans la région ».

« Notre relation stratégique avec les forces armées américaines est solide et étroite », a-t-il dit.

« Une attaque depuis le territoire iranien serait une preuve claire des intentions iraniennes d’aggraver la situation au Moyen-Orient et de cesser de se cacher derrière des mandataires », a poursuivi Hagari.

Il a affirmé qu’au cours des derniers mois, l’armée israélienne avait « mis à niveau et amélioré » ses capacités d’attaque et « saura opérer partout où cela sera nécessaire ».

« Nous disposons d’une capacité de défense [aérienne] à plusieurs niveaux qui a fait ses preuves au cours de la guerre, avec des milliers d’interceptions réussies », a expliqué Hagari. « Mais la défense ne sera jamais hermétique », a-t-il dit.

À la question de savoir si les citoyens israéliens devraient se préparer ce soir à une attaque iranienne et si Tsahal riposterait si l’Iran attaque Israël depuis son territoire, Hagari a répondu que « l’État d’Israël est attaqué [par des forces armées] dotées de capacités iraniennes depuis le Yémen, l’Irak et la Syrie, presque chaque semaine, voire presque chaque jour – et nos défenses interceptent ces menaces ».

« Néanmoins, nous sommes préparés et prêts, en état d’alerte, défensivement et offensivement. Nous saurons informer le public et faire face à chaque menace », a-t-il dit.

Tsahal déclare avoir frappé trois bâtiments utilisés par le Hezbollah dans le sud du Liban

De la fumée s'élève après une frappe aérienne israélienne dans le sud du Liban, le 10 avril 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
De la fumée s'élève après une frappe aérienne israélienne dans le sud du Liban, le 10 avril 2024. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

L’armée israélienne a annoncé avoir frappé trois bâtiments utilisés par le Hezbollah dans le sud du Liban à Mays al-Jabal, Yarine et Khiam il y a peu.

Un autre poste d’observation du Hezbollah a été frappé à Marwahin, selon Tsahal.

Les troupes ont également bombardé des zones près d’Abou Chach avec de l’artillerie pour « éliminer les menaces », a ajouté l’armée.

Sunak : Londres soutient pleinement le « droit d’Israël à se défendre » contre les menaces iraniennes

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak s'adressant aux médias, profitant de cette allocution pour avertir que la démocratie est la cible des extrémistes, à Downing Street à Londres, le 1er mars 2024. (Crédit : Alberto Pezzali/AP Photo)
Le Premier ministre britannique Rishi Sunak s'adressant aux médias, profitant de cette allocution pour avertir que la démocratie est la cible des extrémistes, à Downing Street à Londres, le 1er mars 2024. (Crédit : Alberto Pezzali/AP Photo)

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a déclaré que le Royaume-Uni soutenait pleinement le droit d’Israël à se défendre contre les menaces iraniennes.

Sunak a déclaré que le fait que Téhéran menaçait de procéder à un tir de missile sur Israël était « inacceptable ».

« Nous, comme les Américains, soutenons pleinement le droit d’Israël à se défendre contre cela », a-t-il assuré.

Sunak a ajouté que la Grande-Bretagne avait déjà « souligné que l’Iran représentait un risque important pour la sécurité régionale », y compris pour le Royaume-Uni.

L’Iran dit qu’il n’aurait pas besoin de riposter si l’ONU avait condamné l’attaque contre Damas

Panneau d'affichage à Téhéran affichant le portrait du commandant de la Force Quds, Mohammad Reza Zahedi, tué lors d'une frappe aérienne à Damas, avec un slogan en hébreu qui indique "Vous serez punis", le 3 avril 2024. (Crédit : Atta Kenare/AFP)
Panneau d'affichage à Téhéran affichant le portrait du commandant de la Force Quds, Mohammad Reza Zahedi, tué lors d'une frappe aérienne à Damas, avec un slogan en hébreu qui indique "Vous serez punis", le 3 avril 2024. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

« L’impératif pour l’Iran » de riposter à l’attaque contre le bâtiment de son consulat à Damas aurait pu être évité si le Conseil de sécurité des Nations unies avait condamné l’attaque, a déclaré la mission de Téhéran auprès des Nations unies.

« Si le Conseil de sécurité des Nations unies avait condamné l’acte d’agression répréhensible du régime sioniste contre nos locaux diplomatiques à Damas et avait ensuite traduit en justice ses auteurs, l’Iran n’aurait peut-être pas eu à punir ce régime voyou », a écrit la mission sur X.

Israël n’a pas commenté publiquement cette frappe qui lui est attribuée.

Trêve à Gaza : Israël accuse le Hamas de « tourner le dos » à une offre « très raisonnable »

Le gouvernement israélien a accusé jeudi le mouvement terroriste islamiste palestinien Hamas de « tourner le dos » à une « offre très raisonnable » en vue d’une trêve dans la bande de Gaza soumise il y a plusieurs jours par un groupe de médiateurs.

« Il y a une offre très raisonnable sur la table et le Hamas continue de lui tourner le dos », a affirmé à la presse un porte-parole du gouvernement israélien, David Mencer, critiquant également « les pressions internationales exercées sur Israël » qui ont selon lui « pour effet d’aider le Hamas, de l’éloigner » de la négociation.

Aide à Gaza : le Conseil de sécurité de l’ONU appelle Israël à en faire « plus »

Le Conseil de sécurité de l’ONU a pris note jeudi de la promesse d’Israël d’ouvrir plus de points de passage pour l’aide humanitaire à Gaza, tout en appelant à faire « plus » pour permettre de répondre aux besoins de la population.

Les membres du Conseil « ont pris note de l’annonce d’Israël d’ouvrir le point de passage d’Erez et de permettre l’utilisation du port d’Ashdod pour l’aide à Gaza, mais ont souligné que plus doit être fait pour apporter l’aide humanitaire nécessaire face à l’ampleur des besoins à Gaza », selon cette déclaration publiée jeudi.

L’État a 5 jours de plus pour répondre aux recours liés à l’aide humanitaire à Gaza

Illustration : Des camions alignés à l'entrée du port d'Ashdod lors d'une manifestation contre les livraisons d'aide humanitaire entrant dans la bande de Gaza, le 1er février 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Illustration : Des camions alignés à l'entrée du port d'Ashdod lors d'une manifestation contre les livraisons d'aide humanitaire entrant dans la bande de Gaza, le 1er février 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

La Haute Cour de justice a accédé à la demande de l’État de prolonger de cinq jours le délai pour fournir des informations supplémentaires à la Cour sur la crise humanitaire à Gaza et les efforts du gouvernement pour atténuer une famine potentielle dans cette région.

La Cour a demandé ces informations à la suite d’une audience tenue la semaine dernière sur un recours déposé par l’organisation Gisha, qui demandait à la Cour d’ordonner au gouvernement d’assurer un accès sans entrave à Gaza pour les denrées humanitaires et qui accusait le gouvernement d’entraver les efforts de secours.

La Cour déclare qu’elle accorde cette prolongation au vu de la décision prise la semaine dernière par le gouvernement d’augmenter l’approvisionnement en aide humanitaire à Gaza, notamment en ouvrant le port d’Ashdod aux livraisons humanitaires et en ouvrant de nouveaux points de passage pour les marchandises dans le territoire. Ces deux mesures étaient demandées par Gisha dans son recours.

L’État a jusqu’à lundi à 14 heures pour déposer les informations complémentaires demandées, et la Cour lui demande expressément d’inclure des détails sur l’approvisionnement en eau potable du nord de Gaza, où la crise humanitaire est la plus aiguë.

Aide à Gaza : Des généraux de Tsahal rencontrent la Croix-Rouge, l’USAID et l’ONU

Le chef du Commandement du Sud de l’armée israélienne, le général de division Yaron Finkelman (à droite), et le chef du COGAT, le général de division Ghassan Alian, rencontrant des représentants d'organisations d'aide humanitaire au QG du Commandement du Sud, à Beer Sheva, le 10 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef du Commandement du Sud de l’armée israélienne, le général de division Yaron Finkelman (à droite), et le chef du COGAT, le général de division Ghassan Alian, rencontrant des représentants d'organisations d'aide humanitaire au QG du Commandement du Sud, à Beer Sheva, le 10 avril 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef du Commandement du Sud de l’armée israélienne, le général de division Yaron Finkelman, et le chef du Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens (COGAT), le général de division Ghassan Alian, ont rencontré hier des représentants d’organisations d’aide humanitaire opérant à Gaza, annonce Tsahal.

L’armée explique que la réunion avec les membres des organes de l’ONU, de la Croix-Rouge, de l’USAID, de l’IMC et du coordinateur humanitaire américain s’inscrit dans le cadre d’une « coordination et d’une coopération accrues » entre Tsahal et les organisations opérant dans la bande de Gaza.

Au cours de la réunion qui s’est tenue au siège du Commandement du Sud à Beer Sheva, Finkelman a présenté une vue d’ensemble de la situation à Gaza, et Alian a montré aux représentants de l’aide les activités humanitaires de Tsahal et les mesures prises pour augmenter le taux d’entrée de l’aide dans la bande de Gaza, indique l’armée.

Proche-Orient : La cheffe de la diplomatie allemande appelle à la « retenue »

La ministre allemande des Affaires étrangères allemande a appelé jeudi à la « retenue » afin d’éviter une « nouvelle escalade régionale » au Proche-Orient, à l’occasion d’un entretien téléphonique avec son homologue iranien.

« Personne ne peut avoir intérêt à une nouvelle escalade régionale. Tous les acteurs de la région sont désormais appelés à agir de manière responsable et à faire preuve de retenue », a indiqué son ministère sur le réseau social X, sur fond de menaces de représailles de Téhéran et de guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza.

Un financier du Hamas tué lors d’une frappe à Rafah, selon Tsahal et le Shin Bet

Des hommes blessés marchant avec des béquilles devant des enfants assis sur les décombres d'un bâtiment effondré, dans une rue de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 9 avril 2024. (Crédit : AFP)
Des hommes blessés marchant avec des béquilles devant des enfants assis sur les décombres d'un bâtiment effondré, dans une rue de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 9 avril 2024. (Crédit : AFP)

L’armée israélienne et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet ont déclaré qu’un élément du Hamas impliqué dans le financement de l’aile armée du groupe terroriste palestinien a été tué lors d’une récente frappe à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza.

Nasser Yaqub Jaber Nasser, selon Tsahal et le Shin Bet, était responsable du financement d’une « partie significative » de l’activité armée du groupe terroriste palestinien du Hamas à Rafah.

En décembre, Nasser avait aidé à transférer des centaines de milliers de dollars au groupe terroriste palestinien, selon Tsahal.

Tsahal a frappé un bâtiment utilisé par le Hezbollah au sud-Liban

De la fumée s'échappant de la zone d'une frappe aérienne israélienne sur le village de Khiam, au sud du Liban, près de la frontière avec Israël, le 8 avril 2024. (Crédit : Rabih Daher/AFP)
De la fumée s'échappant de la zone d'une frappe aérienne israélienne sur le village de Khiam, au sud du Liban, près de la frontière avec Israël, le 8 avril 2024. (Crédit : Rabih Daher/AFP)

L’armée israélienne a annoncé que des avions de combat avaient frappé plus tôt dans la journée un bâtiment utilisé par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah à Dhayra, dans le sud du Liban, et qu’un terroriste avait été repéré.

Des chars ont également bombardé une zone près de Tayr Harfa pour « éliminer une menace », ajoute Tsahal.

 

L’armée signale une hausse du nombre de femmes enrôlées dans les unités de combat

Des soldates s'entraînent dans le désert du Néguev. Illustration. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)
Des soldates s'entraînent dans le désert du Néguev. Illustration. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

L’armée israélienne affirme avoir récemment constaté une augmentation massive du nombre de femmes incorporées dans les unités de combat, et a rendu publiques les données de la première semaine de l’appel d’offres de l’armée en mars-avril.

Selon les données de l’armée israélienne, le taux de participation des femmes dans les unités de combat a été de 157 %, soit 57 % de plus que ce qui avait été initialement prévu. À titre de comparaison, au cours de la même période l’année dernière, le taux de participation était de 102 %.

Tsahal indique que les unités d’infanterie légère du corps de défense des frontières ont connu un taux de participation de 158 %, et que les unités de collecte de renseignements – où servent les soldats de surveillance – ont connu un taux de participation de 210 %.

Le corps d’artillerie a enregistré un taux de participation de 195 %, le réseau de défense aérienne de l’armée de l’air un taux de 114 %, les unités de recherche et de sauvetage du commandement du front intérieur un taux de 170 % et la police des frontières un taux de 139 %.

De même, parmi les conscrits masculins, on constate une augmentation du nombre de soldats incorporés dans des unités de combat.

Selon les données, le corps des ingénieurs de combat a enregistré un taux de participation de 122 % et le corps d’artillerie de 109 %.

Tsahal ne publie pas les données relatives au taux de participation pour le corps blindé, mais indique qu’il s’agit d’une augmentation de 130 % par rapport à l’appel de mars 2023.

Le Shas se distancie de l’appel d’un ministre à ce que certains haredim s’enrôlent

Des Juifs ultra-orthodoxes protestant contre l'enrôlement de haredim dans l'armée israélienne, à Jérusalem, le 10 avril 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des Juifs ultra-orthodoxes protestant contre l'enrôlement de haredim dans l'armée israélienne, à Jérusalem, le 10 avril 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le parti ultra-orthodoxe Shas semble prendre ses distances avec l’un de ses ministres après qu’il a approuvé l’idée d’enrôler certains membres de la communauté haredi.

« Le sujet de la loi sur la conscription et du statut des étudiants en yeshiva est confié exclusivement aux rabbins du Conseil des Sages de la Torah et est géré par le chef du parti, le rabbin Aryeh Deri, et son représentant aux négociations, le rabbin Ariel Atias », rappelle le parti dans un communiqué.

« Les représentants du parti ont reçu l’ordre de ne faire aucun commentaire sur cette question », poursuit le communiqué, ajoutant que la position officielle du Shas sera communiquée « exclusivement » par le biais des canaux officiels du parti.

La répudiation manifeste par le parti du ministre de l’Intérieur Moshe Arbel (Shas) fait suite aux propos tenus par ce dernier lors d’un podcast, selon lesquels les dirigeants ultra-orthodoxes devaient faire preuve de « courage » et déclarer que « ceux dont le statut a été révoqué et qui sont éligibles à la conscription doivent faire partie de ceux qui supportent le fardeau [surnom du service militaire en Israël] ».

Selon la chaîne publique Kann, Arbel faisait référence aux étudiants en yeshiva – ou séminaire religieux – qui se sont vu refuser le statut d’étudiants de la Torah à temps plein par le Vaad HaYeshivot (comité des yeshivot), un organisme qui assure la coordination entre les séminaires religieux ultra-orthodoxes et le ministère de la Défense en ce qui concerne les exemptions de service militaire.

Les remarques d’Arbel font écho à celles de son collègue ministre du Shas, Yaakov Margi, qui a déclaré en février au site web Kikar HaShabbat que les membres de la communauté haredi qui n’étudient pas la Torah à temps plein devraient être incorporés « par la force ».

Toutefois, la rhétorique des deux ministres est en contradiction avec celle du rabbin Moshe Maya, membre éminent du Conseil des Sages de la Torah du Shas – l’organe qui dirige le parti – qui a récemment déclaré que même ceux qui n’étudient pas à plein temps dans une yeshiva ne devraient pas servir dans les rangs de l’armée israélienne.

Hagari : Tsahal entame une « nouvelle phase » pour acheminer l’aide humanitaire à Gaza

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, fait une déclaration en anglais sur l'augmentation de l'aide à la bande de Gaza le 11 avril 2024 (Capture d'écran X utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur).
Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, fait une déclaration en anglais sur l'augmentation de l'aide à la bande de Gaza le 11 avril 2024 (Capture d'écran X utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur).

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré dans une vidéo en anglais que l’armée entamait une « nouvelle phase » d’opérations humanitaires dans la bande de Gaza, en ouvrant un nouveau point de passage terrestre permettant aux camions d’atteindre directement la partie nord de l’enclave.

« Nous avons collaboré avec des pays et des organisations internationales du monde entier pour mettre au point des mesures nouvelles et améliorées afin d’accroître le flux d’aide aux civils de Gaza, par voie terrestre, maritime et aérienne », déclare Hagari.

Il confirme que Tsahal « construit le passage du Nord, un nouveau point de passage terrestre entre Israël et le nord de la bande de Gaza ». Mercredi, le ministre de la Défense Yoav Gallant a déclaré à la presse étrangère qu’un nouveau point de passage terrestre était en cours de construction, l’un de ses collaborateurs ayant précisé qu’il serait situé près du kibboutz Zikim.

Selon Hagari, ce nouveau point de passage « permettra d’acheminer plus d’aide directement aux civils dans les zones difficiles d’accès pour les camions ».

Au début de la guerre, les camions n’entraient dans Gaza que par le point de passage égyptien de Rafah, les forces israéliennes ayant ensuite ouvert le point de passage de Kerem Shalom, au sud de la bande de Gaza, à partir d’Israël. Plus récemment, Tsahal a autorisé les camions d’aide à emprunter une route militaire dans le centre de Gaza et à entrer par un point de passage connu sous le nom de Porte 96.

Selon lui, le nouveau poste-frontière au nord devrait pouvoir accueillir au moins 50 camions d’aide par jour.

« Ces nouvelles mesures nous permettent d’acheminer davantage d’aide et de camions destinés à Gaza depuis l’étranger, notamment via le point de passage terrestre avec la Jordanie » et le port d’Ashdod, explique Hagari.

Il estime que les nouvelles mesures permettront de ramener « progressivement » à 500 le nombre moyen de camions d’aide entrant dans la bande de Gaza par jour.

Selon les forces israéliennes, depuis le début de la guerre, Israël a coordonné l’entrée de 22 205 camions transportant 417 231 tonnes d’aide humanitaire.

Hagari note également que les États-Unis prévoient de construire une jetée flottante au centre de Gaza afin d’acheminer davantage d’aide, et que divers pays continuent de procéder à des largages aériens.

L’armée israélienne affirme avoir coordonné 64 missions de parachutage, pour un total de 3 962 colis de nourriture à Gaza.

Selon Hagari, la coordination de l’aide dans la bande de Gaza est « compliquée » et « encore plus compliquée par les tirs incessants du Hamas, y compris contre les convois d’aide ».

« Nous travaillons avec les organisations internationales pour résoudre les problèmes liés à la destruction de l’aide à l’intérieur de Gaza, et nous mettons en œuvre les leçons tirées de l’incident tragique de l’organisation WCK, afin de maximiser la protection des travailleurs humanitaires », poursuit Hagari, en faisant référence à une frappe, résultat d’une erreur, qui a tué sept travailleurs humanitaires.

 

Netanyahu : Le pays est prêt à être attaqué sur d’autres fronts

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu en visite sur une base de F-15 de l'armée de l'air, le 11 avril 2024. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu en visite sur une base de F-15 de l'armée de l'air, le 11 avril 2024. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

En visite sur une base de F-15, le Premier ministre Benjamin Netanyahu menace ostensiblement l’Iran de le frapper s’il est attaqué.

« Nous vivons une période difficile. Nous sommes au milieu d’une guerre à Gaza qui se poursuit avec toute sa force. En outre, nous poursuivons nos efforts incessants pour récupérer nos otages, mais nous nous préparons également à relever des défis sur d’autres fronts », déclare Netanyahu aux pilotes d’une base de F-15.

La flotte israélienne de F-15 est la principale arme de l’armée de l’air pour les frappes à longue portée.

« Nous avons établi un principe simple : quiconque nous frappe, nous le frappons », affirme Netanyahu en faisant manifestement référence aux menaces iraniennes de mener des frappes contre Israël. « Nous sommes prêts à assumer nos responsabilités pour la sécurité d’Israël, que ce soit en matière de défense ou d’attaque. »

« Je vous fais confiance, ainsi qu’à tout Israël », déclare-t-il aux pilotes, leur souhaitant « beaucoup de succès ».

Cet avertissement est lancé alors que l’on se prépare à une attaque iranienne en réponse à l’attaque imputée à Israël du 1er avril contre un bâtiment du consulat iranien à Damas, qui a tué deux généraux et plusieurs officiers du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI).

Bloomberg a rapporté mercredi soir que l’Iran pourrait lancer des frappes impliquant des missiles de haute précision et des drones ciblant des sites militaires et gouvernementaux en Israël, après que l’Iran a réitéré sa promesse de riposter.

Attaque présumée de résidents d’implantations en Cisjordanie

Un slogan indiquant "vengeance" en hébreu et des graffitis représentant des étoiles de David sur la façade d'une maison palestinienne après une attaque présumée de résidents d’implantations israéliens, dans le village d'al-Lubban ash-Sharqiya, au sud de Naplouse, en Cisjordanie, le 11 avril 2024. (Crédit : Zaïn Jaafar/AFP)
Un slogan indiquant "vengeance" en hébreu et des graffitis représentant des étoiles de David sur la façade d'une maison palestinienne après une attaque présumée de résidents d’implantations israéliens, dans le village d'al-Lubban ash-Sharqiya, au sud de Naplouse, en Cisjordanie, le 11 avril 2024. (Crédit : Zaïn Jaafar/AFP)

Dans ce qui semble être une attaque d’extrémistes israéliens, un véhicule a été incendié hier soir dans le village palestinien d’al-Lubban ash-Sharqiya, dans le centre de la Cisjordanie, et le mot « Vengeance » en hébreu a été tagué sur le mur d’une maison palestinienne, à côté d’une étoile de David.

L’agence de presse officielle palestinienne Wafa rapporte qu’un autre véhicule a été incendié la nuit dernière dans le village de Mughayyir, à proximité d’al-Lubban ash-Sharqiya.

La police israélienne n’a fait aucun commentaire dans l’immédiat.

Al-Lubban ash-Sharqiya et Mughayyir ont tous deux fait l’objet de violences de la part des résidents d’implantations.

Un Palestinien vérifiant un véhicule calciné après une attaque présumée de résidents d’implantations israéliens, dans le village d’al-Lubban ash-Sharqiya, au sud de Naplouse, en Cisjordanie, le 11 avril 2024. (Crédit : Zaïn Jaafar/AFP)

En juin de l’année dernière, 34 personnes ont été blessées et 140 voitures ont été brûlées à al-Lubban par des résidents d’implantations en représailles à un attentat terroriste meurtrier perpétré près d’Eli en 2023.

Le chef du CENTCOM américain arrive en Israël, craignant une attaque de l’Iran

Le commandant du CENTCOM américain, le général Michael Kurilla (à gauche), rencontrant le ministre de la Défense Yoav Gallant, en Israël, sur une photo publiée le 4 mars 2024 (Crédit : Shachar Yurman/Dinistère de la Défense)
Le commandant du CENTCOM américain, le général Michael Kurilla (à gauche), rencontrant le ministre de la Défense Yoav Gallant, en Israël, sur une photo publiée le 4 mars 2024 (Crédit : Shachar Yurman/Dinistère de la Défense)

Le général Michael Kurilla, chef du Commandement central des États-Unis (CENTCOM) atterrit en Israël.

Kurilla devrait tenir des consultations avec le ministre de la Défense Yoav Gallant et d’autres responsables pour discuter de la menace d’une attaque iranienne.

Le communiqué ajoute que des responsables américains et israéliens de diverses agences ont été en contact ces derniers jours, alors que les pays se préparent à une éventuelle réponse de Téhéran à l’attaque imputée à Israël du 1er avril contre un bâtiment du consulat iranien à Damas, qui a tué deux généraux et plusieurs officiers du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI).

Bloomberg a rapporté mercredi soir que l’Iran pourrait lancer des frappes impliquant des missiles de haute précision et des drones ciblant des sites militaires et gouvernementaux en Israël, après que l’Iran a réitéré sa promesse de riposter.

L’une des personnes citées dans le reportage a déclaré qu’il s’agissait de savoir quand – et non pas si – Téhéran attaquerait Israël.

Tsahal a lancé un « raid ciblé » contre le Hamas à Nuseirat, dans le centre de Gaza

L’armée israélienne a lancé une « opération ciblée » contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans le centre de la bande de Gaza cette nuit, à la périphérie de Nuseirat, une zone où les troupes terrestres n’ont pas encore opéré pendant la guerre en cours.

Avant que les troupes de la 401e Brigade du Corps Blindé Mécanisé de la 162e Division, de la Brigade du Corps d’Infanterie Nahal et d’autres unités ne manœuvrent dans la zone, l’armée de l’Air israélienne et le 215e régiment d’artillerie ont mené des frappes contre des dizaines de cibles du Hamas, y compris l’infrastructure des tunnels, selon Tsahal.

L’armée précise que l’opération est menée à la suite de renseignements indiquant « la présence d’une infrastructure terroriste et de nombreux terroristes dans la zone ».

Au cours des opérations de la nuit, les troupes de Nahal ont repéré un terroriste armé qui sortait d’un tunnel et se dirigeait vers elles.

Le terroriste a été frappé par un avion de chasse, indique Tsahal.

Dans le même temps, les troupes de la 401e brigade ont localisé plusieurs lance-roquettes dans la région, ajoute l’armée.

Toujours dans le cadre de cette opération, la marine a effectué des frappes le long de la côte de la bande de Gaza, ce qui, selon Tsahal, fait partie du soutien aux troupes terrestres.

Lufthansa étend les annulations de vols entre Francfort et Téhéran

Un Airbus A380 de Lufthansa atterrit à Francfort, en Allemagne, le 14 février 2019. (Crédit : Michael Probst/AP)
Un Airbus A380 de Lufthansa atterrit à Francfort, en Allemagne, le 14 février 2019. (Crédit : Michael Probst/AP)

La compagnie aérienne allemande Lufthansa a prolongé l’annulation des vols quotidiens entre Francfort et Téhéran pour des raisons de sécurité jusqu’au 13 avril, indique un porte-parole.

La décision a été prise le week-end dernier pour éviter une situation où l’équipage de la compagnie aérienne devait passer la nuit à Téhéran, ajoute le porte-parole.

Le cabinet de guerre se réunira à 19h30

Le cabinet de guerre se réunira ce soir à 19h30.

Cette réunion est annoncée alors qu’Israël attend une réponse officielle du groupe terroriste palestinien du Hamas à la proposition relative aux otages et de trêve formulée par les États-Unis et les médiateurs égyptiens et qataris.

La réunion survient également dans un contexte de tensions croissantes avec l’Iran, Israël anticipant des représailles de Téhéran pour l’assassinat de Mohammed Reza Zahedi, haut commandant de la Force Al-Qods du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) lors d’une attaque à Damas imputée à Israël.

Israël mènerait une série de frappes à Nuseirat, dans la bande de Gaza – médias

Les médias palestiniens font état d’une série de frappes aériennes et de tirs d’artillerie israéliens dans le centre de Gaza, à Nuseirat.

Les frappes ont commencé tard dans la nuit, selon les informations.

Lors d’un incident, au moins deux personnes ont été tuées lors d’une frappe sur une tour résidentielle dans la zone, selon les médias.

L’armée israélienne n’a pas encore commenté ces événements.

Le CENTCOM a intercepté 3 drones lancés depuis des zones du Yémen contrôlées par les Houthis

LE CAIRE – Le Commandement central des États-Unis (CENTCOM) annonce dans un communiqué que ses forces ont réussi à engager trois drones lancés depuis les zones contrôlées par les Houthis au Yémen, au-dessus du golfe d’Aden et de la mer Rouge.

Aucun blessé ni dégât n’a été signalé par les navires américains, de la coalition ou commerciaux, ajoute le communiqué.

Les forces américaines ont également détruit huit drones dans les zones du Yémen contrôlées par les Houthis plus tard dans la journée du 10 avril.

Blinken à Gallant : Les États-Unis soutiendront Israël contre les menaces iraniennes

Le ministre de la Défense Yoav Gallant (à droite), rencontrant le secrétaire d'État américain Antony Blinken au QG militaire de la Kirya, à Tel Aviv, le 9 janvier 2024. (Crédit : Elad Malka/ Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant (à droite), rencontrant le secrétaire d'État américain Antony Blinken au QG militaire de la Kirya, à Tel Aviv, le 9 janvier 2024. (Crédit : Elad Malka/ Ministère de la Défense)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, lors d’un appel avec le ministre de la Défense Yoav Gallant, a clairement indiqué que les États-Unis se tiendraient aux côtés d’Israël contre toute menace de l’Iran, selon le Département d’État.

Blinken et Gallant ont également discuté des efforts en cours pour obtenir la libération de tous les otages par le biais d’un accord pour un e trêve immédiate à Gaza, selon le Département d’État.

« Le secrétaire d’État Blinken a salué les récentes annonces d’Israël concernant des mesures urgentes pour faciliter l’entrée de l’aide humanitaire à Gaza et pour améliorer la déconfliction et la coordination de l’aide humanitaire, réitérant que des incidents tels que la frappe sur les travailleurs de World Central Kitchen ne doivent jamais se reproduire », indique le communiqué de presse américain.

« Le secrétaire d’État a souligné que les États-Unis attendaient d’Israël qu’il mette rapidement en œuvre ses engagements en matière d’aide humanitaire et de déconfliction et que ces engagements soient maintenus dans le temps. »

Le bureau de Gallant n’a pas encore fait de déclaration sur cet appel.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.