Bloomberg : le Brexit est la décision politique la plus stupide après l’élection de Trump
Rechercher

Bloomberg : le Brexit est la décision politique la plus stupide après l’élection de Trump

L'ex-maire de New York, durant l'inauguration de son nouveau siège en Europe, affirme que Londres restera néanmoins la capitale financière du continent

Michael Bloomberg, à droite, accompagné du maire de Londres, Sadiq Khan, devant le nouveau siège en Europe de Bloomberg, à la City de Londres, le 24 octobre 2017. (Crédit : Daniel Leal-Olivas/AFP)
Michael Bloomberg, à droite, accompagné du maire de Londres, Sadiq Khan, devant le nouveau siège en Europe de Bloomberg, à la City de Londres, le 24 octobre 2017. (Crédit : Daniel Leal-Olivas/AFP)

Le milliardaire américain Michael Bloomberg a affirmé que le Brexit était « la chose la plus stupide qu’un pays a jamais fait », en dehors de l’élection de Donald Trump à la présidence américaine, a rapporté le Guardian.

Bloomberg a affirmé qu’il « est vraiment dur de comprendre pourquoi un pays qui se débrouillait si bien a voulu ruiner cela » avec le vote du Brexit. L’ancien maire de New York s’exprimait pendant une conférence organisée il y a deux semaines, mais ses propos n’ont été rapportés que mardi.

Il a cependant assuré à l’AFP que Londres « restera le centre financier de l’Europe » même après le Brexit, en inaugurant mardi dans la City le nouveau siège européen de sa compagnie, réalisé par l’architecte britannique Norman Foster.

« Paris va bien se débrouiller, parce que certains déménageront à Paris et s’y développeront, tout comme à Francfort et Amsterdam et d’autres villes », a aussi relevé l’ex-maire de New York. Mais même si Londres « fera moins bien qu’ils n’auraient pu s’ils étaient restés dans l’UE, ça ne va pas détruire Londres », a-t-il souligné.

Michael Bloomberg, à droite, accompagné de l'artiste espagnole Cristina Iglesias, devant le nouveau siège en Europe de Bloomberg, à la City de Londres, le 24 octobre 2017. (Crédit : Daniel Leal-Olivas/AFP)
Michael Bloomberg, à droite, accompagné de l’artiste espagnole Cristina Iglesias, devant le nouveau siège en Europe de Bloomberg, à la City de Londres, le 24 octobre 2017. (Crédit : Daniel Leal-Olivas/AFP)

Il a cité parmi les avantages de la capitale britannique son échelle, l’environnement favorable aux familles, la langue anglaise, le réseau de transport et communications, à un moment où le monde de la finance britannique craint de perdre son passeport financier européen à l’issue des négociations de sortie de l’UE.

Le nouveau siège européen de l’agence d’informations financières Bloomberg regroupera les quelque 4 000 employés de l’entreprise déjà à Londres sur un même site, au cœur de la City.

Situé sur un ancien temple romain dédié au dieu Mithra, mis au jour durant les travaux de construction qui ont démarré il y a dix ans, il s’étend sur sept niveaux avec un immense escalier en spirale intérieur qui mène d’un étage à l’autre, des aquariums, un mur végétal et une série d’œuvres d’art censées « rendre le lieu de travail plus excitant et stimulant », selon le fondateur de la société.

Le bâtiment « a le plus haut degré reconnu de soutenabilité », en terme de conservation d’énergie et de recyclage, a expliqué Norman Foster à l’AFP. « Le plafond, les façades, les sols… et tout ce que vous ne voyez pas contribue à en faire l’immeuble le plus ‘vert’ en son genre », a-t-il souligné.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...