Bolton à Rio: première rencontre de haut niveau entre les USA et Bolsonaro
Rechercher

Bolton à Rio: première rencontre de haut niveau entre les USA et Bolsonaro

Celui qui est parfois décrit comme le "Trump tropical" a déjà emboîté le pas au président américain en annonçant par exemple le transfert de l'ambassade du Brésil à Jérusalem

Le président-élu du Brésil Jair Bolsonaro durant une conférence de presse à Brasilia le 28 novembre 2018. (Crédit : Sergio LIMA / AFP)
Le président-élu du Brésil Jair Bolsonaro durant une conférence de presse à Brasilia le 28 novembre 2018. (Crédit : Sergio LIMA / AFP)

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, s’est entretenu jeudi à Rio avec Jair Bolsonaro, première rencontre de haut niveau et « très productive » selon eux entre les Etats-Unis et le président élu d’extrême droite du Brésil.

M. Bolton, arrivé dans un long convoi aux sirènes hurlantes dès 7H00 (09H00 GMT), a eu un entretien d’une heure à Rio de Janeiro avec le président élu qui prendra ses fonctions en janvier. Il est reparti de la résidence de Jair Bolsonaro sans faire aucune déclaration à la presse.

Il est reparti de la résidence de Jair Bolsonaro sans faire aucune déclaration devant les nombreux journalistes présents. Mais dans un tweet après son départ, il a indiqué avoir eu une « discussion sur de nombreux sujets, très productive » avec Jair Bolsonaro et son équipe, dont l’orientation est très pro-américaine.

« Je lui ai transmis une invitation du président (Donald) Trump à se rendre aux Etats-Unis », a ajouté M. Bolton. « Nous sommes impatients d’avoir un partenariat dynamique avec le Brésil ».

Jair Bolsonaro a lui aussi qualifié dans un tweet la rencontre de « très productive et agréable ». Son équipe a publié des photos de l’entretien auquel assistaient le général Augusto Eleno, chef du renseignement, le prochain ministre de la Défense, le général Fernando Azevedo e Silva, ainsi que le futur ministre des Affaires étrangères, Ernesto Araujo.

Ce dernier, farouche opposant du multilatéralisme et climato-sceptique, a écrit récemment que « Trump peut sauver l’Occident ».

Cet entretien a eu lieu alors que les deux parties ont souhaité un rapprochement entre les Etats-Unis et le Brésil sur la base d’une vraie proximité idéologique.

« Le président (Donald) Trump avait été le premier dirigeant étranger à féliciter le président élu » au soir de sa victoire le 28 octobre, a déclaré mardi John Bolton, évoquant un « coup de téléphone vraiment remarquable ».

Il a ensuite parlé d’une « opportunité historique pour le Brésil et les Etats-Unis de travailler ensemble dans de nombreux domaines, économie ou sécurité » notamment. Donald Trump avait aussi évoqué le domaine militaire, dans un tweet.

« Je vais vraiment là-bas (à Rio) pour préparer le terrain », avait dit M. Bolton mardi. « Je suis impatient d’entendre quelles sont les priorités du président élu, d’essayer de lui parler des visions du président Trump » pour que « quand le président élu entrera en fonction le 1er janvier, les deux dirigeants puissent prendre un bon départ ».

Jair Bolsonaro est un fervent admirateur de Donald Trump et n’a pas fait mystère de son intention de faire prendre un virage à 180 degrés à la diplomatie brésilienne, pour la réorienter vers Washington.

Celui qui est parfois décrit comme le « Trump tropical » a déjà emboîté le pas de Donald Trump, annonçant par exemple le transfert hautement polémique de l’ambassade du Brésil en Israel de Tel-Aviv à Jerusalem. Il a aussi accusé la Chine d' »être en train d’acheter le Brésil », dont elle est le premier partenaire commercial.

La première puissance d’Amérique latine, qui sera farouchement anticommuniste, semble aussi devoir être un allié régional de poids pour Washington dans sa volonté d’isoler davantage des régimes comme ceux de Cuba, du Venezuela ou du Nicaragua, dont M. Bolton n’a pas caché que les Etats-Unis souhaitaient la chute.

Donald Trump est attendu à Buenos Aires pour le sommet du G20 qui s’ouvre vendredi.

Eduardo Bolsonaro, fils du futur président et député, est actuellement en tournée aux Etats-Unis où il multiplie les contacts, bien qu’il n’ait aucune fonction officielle au sein du futur gouvernement.

Il y a rencontré mardi notamment Jared Kushner, conseiller et gendre du président Donald Trump, et des membres influents du Congrès.

Il a aussi vu une nouvelle fois Steve Bannon, ancienne éminence grise de Donald Trump et tenant sulfureux de la droite ultra-conservatrice, dont les Bolsonaro sont proches idéologiquement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...