Rechercher

Boycott d’Israël : des patrons bretons répondent à la France insoumise

Critiqués par le parti d'extrême gauche suite à leur voyage d'étude en Israël, des représentants patronaux d'Ille-et-Vilaine répondent avec une pointe d'ironie

Drapeau breton (Domaine public)
Drapeau breton (Domaine public)

Le 17 octobre dernier 185 patrons originaires d’Ile-et-Vilaine sont rentrés en France après un voyage d’étude en Israël. Deux patrons rennais sont revenus de ce voyage avec l’idée d’aider Israël à exporter des usines de dessalement d’eau; notamment en Afrique.

Une semaine après leur retour en Bretagne, la section rennaise de la France insoumise a réagi en condamnant fermement ce voyage, rapporte Ouest-France.

Dans un communiqué cité par Ouest-France, les représentants locaux affirment : « Nous suggérons aux acteurs économiques de se renseigner au préalable sur la situation en Israël et dans les territoires illégalement occupés. Nous ne pouvons que regretter, par exemple, la falsification de la réalité avec la présentation d’un prétendu miracle économique en matière agricole, qui est surtout basé sur l’exploitation et la captation de la ressource en eau au détriment des populations palestiniennes ».

« Nous procéderons prochainement au choix de la destination qui sera retenue pour nos 20es Rencontres Internationales en 2019 », a expliqué Bruno Cressard le vice-président de l’Union des Entreprises d’Ille-et-Vilaine. « Si notre choix est le Venezuela, qui se caractérise par une situation humaine, sociale et économique catastrophique, nous ne manquerons pas de soumettre ce choix et de proposer une co-organisation à la France insoumise ! »

Quand à la demande de la France insoumise de rendre publics les futurs accords économiques entre des entreprises bretonnes et israéliennes, « et qui profiteront tant à l’économie de notre territoire qu’aux travailleurs israéliens qu’ils soient juifs, musulmans, d’une autre confession ou athées », elle procède, selon Bruno Cressard clairement d’une « volonté d’ostraciser et est totalement incongrue ! ».

Les liens économiques qui unissent la France, au-delà de la Bretagne, et Israël connaissent une croissance – presque – régulière.

« Après leur augmentation de 15 % en 2015 et une stagnation en 2016, les exportations françaises de biens en Israël ont connu une croissance de 12,9 % sur l’année 2017 », explique le ministère de l’Économie et des Finances français.

« La France voit sa part de marché progresser mais reste en-deçà de l’Allemagne et de l’Italie. Les échanges de services prennent une part grandissante dans la relation bilatérale. »

L’effort pour accroître les relations économiques bilatérales est activement entretenu par les ambassadrices respectives des deux pays (Aliza Bin Noun et Hélène Le Gal) qui incitent régulièrement les entreprises de leur pays d’accueil à nouer plus de partenariats avec leur pays d’origine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...