A Nantes, l’envoyée d’Israël en France veut plus de partenariat économique
Rechercher

A Nantes, l’envoyée d’Israël en France veut plus de partenariat économique

Une délégation de 150 dirigeants bretons doit se rendre la semaine prochaine en Israël

Gala du cinquantenaire de l'AUJF,  S.E. Aliza Bin-Noun, ambassadrice d'Israël en France. Paris le 15 février 2018. (Crédit : Ludovic Boulnois autorisation AUJF)
Gala du cinquantenaire de l'AUJF, S.E. Aliza Bin-Noun, ambassadrice d'Israël en France. Paris le 15 février 2018. (Crédit : Ludovic Boulnois autorisation AUJF)

Le 3 octobre Aliza Bin Noun, ambassadrice d’Israël en France, s’est rendue à Nantes avec pour objectif d’augmenter les échanges économiques et universitaires avec « la cité des Ducs ».

Elle s’est rendue à la chambre de commerce et d’industrie où se tenait l’International day, où 80 pays étaient représentés mais pas Israël.

« Il y a pourtant du business à faire, a expliqué Aliza Bin-Noun à Presse Océan. Notre pays est devenu très intéressant, il a développé une vraie expertise sur la R&D, la cyber-sécurité, les smart cities ».

« La semaine prochaine, continue le site, une délégation de 150 dirigeants bretons doit se rendre en Israël pour y tisser des liens économiques ».

« Vous pourriez faire la même chose avec des chefs d’entreprise nantais l’an prochain », a expliqué Aliza Bin Noun.

Si Nantes et sa région ne sont pas en tête des relations bilatérales entre la France et Israël, les liens économiques qui unissent les deux pays sont en croissance.

« Après leur augmentation de 15 % en 2015 et une stagnation en 2016, les exportations françaises de biens en Israël ont connu une croissance de 12,9% sur l’année 2017, explique le ministère de l’Économie et des Finances français. La France voit sa part de marché progresser mais reste en-deçà de l’Allemagne et de l’Italie. Les échanges de services prennent une part grandissante dans la relation bilatérale. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...