Brisant les restrictions religieuses, des bus circuleront à Shabbat à Tel Aviv
Rechercher

Brisant les restrictions religieuses, des bus circuleront à Shabbat à Tel Aviv

Six itinéraires couvrant un total de 300 kilomètres desserviront la métropole et les villes alentours de Ramat Hasharon, Givatayim, Kiryat Ono le jours du repos juif

Le maire de Tel Aviv Ron Huldai prend la pose lors du lancement des nouveaux bus de la ville qui circuleront pendant Shabbat, dès ce week-end, le 20 novembre 2019. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
Le maire de Tel Aviv Ron Huldai prend la pose lors du lancement des nouveaux bus de la ville qui circuleront pendant Shabbat, dès ce week-end, le 20 novembre 2019. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Tel Aviv s’apprête à proposer des transports publics pendant Shabbat, rompant ainsi avec la pratique religieuse.

À partir de ce week-end, des bus publics circuleront dans la ville entre le vendredi et samedi soir. Les lignes seront gratuites, du moins pour commencer.

Appelée « On se déplace pendant le week-end », cette initiative proposera six itinéraires ainsi que des transports vers les communes voisines, dont Ramat Hasharon, Givatayim et Kiryat Ono. Au total, 300 kilomètres environ seront couverts. Les lignes compteront en tout 500 arrêts de bus et tenteront d’éviter les quartiers religieux.

La ville de Ramat Hasharon, au nord de Tel Aviv, a inauguré un programme pilote de transports publics pendant Shabbat il y a plusieurs mois. D’autres villes ont l’intention de suivre, d’après des informations.

Tel Aviv prendra en charge 2,3 des 3,2 millions d’euros de coûts d’exploitation la première année, a rapporté la chaîne i24 News.

En Israël, les bus et les trains ne circulent généralement pas dans les villes à majorité juives du vendredi soir au samedi soir. Cette pratique est née d’un accord entre la communauté ultra-orthodoxe et le premier Premier ministre d’Israël, David Ben-Gurion, avant la formation de l’État.

L’establishment religieux israélien s’oppose fermement aux transports publics pendant Shabbat. Les Israéliens laïcs dénoncent depuis longtemps le manque de mobilité pendant leur jour de repos, à moins de disposer d’une voiture.

« La capacité à se déplacer tout au long de la semaine est un droit fondamental », a fait savoir le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, aux journalistes lundi. Il a également appelé le gouvernement à mettre de tels services à la disposition de tous les citoyens.

D’autres villes ont récemment annoncé leur intention de proposer également des transports publics le samedi, dont celles de Ramat Gan et Ganei Tikva. Plus tôt cette année, une ligne de bus gratuite a été lancée dans la ville de Tibériade, dans le nord du pays.

La question du fonctionnement des services lors du Shabbat – comme les transports publics et les petits commerces – est depuis longtemps une source de division en Israël entre les communautés laïque et religieuse. Les transports publics ne circulent pas et les entreprises sont fermées le samedi dans la plupart des municipalités.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...