Bruxelles : L’ex-patron de la police niait la Shoah et insultait les Juifs
Rechercher

Bruxelles : L’ex-patron de la police niait la Shoah et insultait les Juifs

Le commissaire Geert Verhoeyen a été suspendu de son poste suite à des accusations de discours de haine contre les gays, les étrangers et les Juifs

Les agents de police belges montent la garde sur la Grand Place à Bruxelles le 23 mars 2016. (Crédit : AFP / Kenzo Tribouillard)
Les agents de police belges montent la garde sur la Grand Place à Bruxelles le 23 mars 2016. (Crédit : AFP / Kenzo Tribouillard)

Un haut-responsable de la police, en Belgique, a été suspendu de son poste pour la durée d’une enquête suite à des accusations d’abus envers des subordonnés juifs. Il aurait de surcroît nié l’Holocauste.

Jusqu’à présent, cinq des 15 agents qui officiaient sous le commandement du commissaire Geert Verhoeyen au sein de l’unité canine de la police de Bruxelles-Midi ont porté plainte pour des discours de haine présumés, ces dernières années, à l’égard des gays, des étrangers et des Juifs, a fait savoir le quotidien Het Laatste Nieuws.

Cette information est venue compléter un reportage sur Verhoeyen qui avait été diffusé mercredi sur la chaîne de télévision BX1.

L’un des plaignants, d’origine juive, a expliqué que Verhoeyen l’avait appelé dans son bureau en 2015 et lui avait fait écouter une musique qui était jouée dans les camps de la mort nazis, selon Joel Rubinfeld, président de la Ligue belge contre l’antisémitisme (LBCA).

Un incident similaire était arrivé à un autre agent d’origine juive en 2016, a ajouté Rubinfeld. L’un des grands-parents des plaignants avait été envoyé en camp de concentration.

Le commissaire avait dit que ces chansons étaient « pour les vrais hommes ».

« De manière paradoxale, il avait également nié la Shoah durant ces conversations », a continué Rubinfeld, se basant sur les plaintes déposées contre Verhoeyen qui aurait par ailleurs qualifié le génocide de « non-sens, mensonge ».

Il est également accusé d’avoir dit à un agent d’origine juive qu’il était « minable », avait fait savoir BX1.

Les médias belges qui ont fait état de cette enquête interne portant sur le comportement de Verhoeyen n’ont pas livré sa réaction face aux allégations. Charles Picque, chef de la police régionale, a mis en garde contre le « jugement prématuré » du commissaire avant les conclusions de l’enquête.

« Nous savons qu’il y a des conflits parmi le personnel dans le service mais ils ne sont pas nécessairement présentés ici », a expliqué Picque.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...