Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

Canada : Des manifestants anti-Israël évacuent un campus après deux mois de sitting

Un juge de l'Ontario a ordonné aux manifestants de quitter les lieux avant 18 heures mercredi, accédant ainsi à une injonction demandée par l'université de Toronto

Des étudiants et des militants prient à l'intérieur d'un campement anti-israélien sur le campus de l'Université de Toronto à Toronto, Ontario, Canada, le 2 mai 2024. (Crédit : Cole Burston/AFP)
Des étudiants et des militants prient à l'intérieur d'un campement anti-israélien sur le campus de l'Université de Toronto à Toronto, Ontario, Canada, le 2 mai 2024. (Crédit : Cole Burston/AFP)

Des centaines de manifestants anti-israéliens ont enlevé les tentes et les bâches d’une zone herbeuse clôturée sur le campus de la plus grande université du Canada, où ils ont tenu un campement pendant deux mois, avant une date limite fixée à mercredi soir.

Dans une décision rendue mardi, un juge de l’Ontario a ordonné aux manifestants de quitter les lieux avant 18 heures mercredi, accédant ainsi à une injonction demandée par l’université de Toronto. Le juge a déclaré que dans ce cas, la liberté d’expression ne peut servir de prétexte à l’intrusion.

« Nous partons selon nos conditions pour protéger notre communauté », a déclaré Mohammad Yassin, un Palestinien récemment diplômé de l’université de Toronto et porte-parole des manifestants, à une foule de sympathisants et de journalistes à l’extérieur du site de l’ancien campement.

Il a affirmé que l’occupation du campus pendant la période de remise des diplômes de l’école a été « une victoire massive ».

Les manifestants demandaient à l’université de Toronto de divulguer ses investissements, de se désinvestir des investissements associés à Israël et de couper les liens avec certaines institutions affiliées à Israël.

« Les négociations sont gelées depuis un certain temps », a déclaré Yassin.

Le président de l’université de Toronto, Meric Gertler, a déclaré dans un communiqué qu’il était heureux que le campement ait pris fin pacifiquement.

« Les membres de notre communauté continuent d’être libres d’exercer leur droit à la liberté d’expression et à la protestation légale », a-t-il ajouté.

Les campus américains, canadiens et européens sont le théâtre de manifestations pro-palestiniennes et anti-Israël depuis le 7 octobre, date à laquelle des milliers de terroristes du Hamas ont pris d’assaut le sud d’Israël, tuant près de 1 200 personnes et prenant plus de 250 otages. Des étudiants militants ont exigé que les universités coupent les liens avec Israël à la suite de l’opération menée par le pays contre le groupe terroriste palestinien dans la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.