Israël en guerre - Jour 197

Rechercher

Capital-risque : les levées de fonds au niveau le plus bas depuis 8 ans en 2023

Marquée par des bouleversements politiques et le déclenchement de la guerre entre Israël et le Hamas, les fonds levés par les sociétés de capital-risque locales ont chuté de 73 % par rapport à l'année précédente

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Des employés du secteur de la high-tech défilant pour protester contre le projet de remaniement du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 31 janvier 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Des employés du secteur de la high-tech défilant pour protester contre le projet de remaniement du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 31 janvier 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

La levée de fonds par les sociétés israéliennes de capital-risque a chuté de 73 % en 2023, un signe sombre pour les startups à court d’argent qui ont été aux prises avec des perspectives financières en baisse au cours d’une année de troubles politiques et de guerre.

Les 1,52 milliard de dollars levés l’année dernière par 21 fonds de capital-risque israéliens représentent le niveau le plus bas depuis 2015 et constituent un plongeon de 73 % par rapport aux 5,9 milliards de dollars levés en 2022 par 62 fonds de capital-risque, une année record pour la collecte de fonds, selon le rapport annuel IVC-Gornitzky-KPMG sur les investisseurs en Israël, réalisé avec l’Autorité israélienne de l’innovation.

Trois investisseurs en capital-risque – Qumra Capital IV, TLV Partners V et Viola Growth IV – ont représenté 51 % du total des fonds, levant plus de 200 millions de dollars chacun.

Selon les estimations présentées dans le rapport, les fonds de capital-risque israéliens disposent encore d’environ 10,08 milliards de dollars d’investissements destinés aux entreprises technologiques israéliennes. Sur le capital disponible pour les investissements technologiques, ou ce que l’on appelle la poudre sèche, environ 2,38 milliards de dollars, soit 24 %, sont destinés à de nouveaux investissements, tandis que 7,7 milliards de dollars, soit 76 %, sont réservés à des investissements dans des sociétés du portefeuille.

« Les valorisations des jeunes entreprises israéliennes diminuent, ce qui les rend plus attrayantes pour les investisseurs », a déclaré Shlomo Landress, associé et responsable de la technologie au cabinet d’avocats Gornitzky. « L’écosystème israélien du capital-risque comprend un total de 226 fonds actifs gérant plus de 29 milliards de dollars d’actifs, les 24 plus importants gérant chacun plus de 500 millions de dollars.

L’industrie technologique israélienne a eu du mal à trouver des financements essentiels, car le secteur a été confronté l’année dernière à l’incertitude politique liée à la réforme judiciaire, désormais gelée, et à l’éclatement de la guerre déclenchée par l’attaque du Hamas le 7 octobre, ce qui a poussé les investisseurs à adopter une position attentiste en ce qui concerne la conclusion d’accords.

En 2023, les investisseurs institutionnels israéliens, dont Altshuler Shaham, Clal, Harel et Meitav Dash, ont injecté environ 143 millions de dollars dans les entreprises technologiques israéliennes, soit une baisse de 70 % par rapport aux 486 millions de dollars investis en 2022, selon le rapport. Le fort ralentissement s’est également reflété dans le nombre de transactions, qui a chuté de 55 % en glissement annuel.

« 2023 a marqué une année de profonds défis pour les secteurs de la haute technologie et du capital-risque », a déclaré Dina Pasca Raz, responsable de la technologie chez KPMG Israël. « L’importance des levées de fonds et des cycles d’investissement est indéniable, mais la force de notre industrie repose sur de nombreux facteurs.

« Pour éviter une fuite des innovations, il est essentiel d’offrir des incitations convaincantes aux entrepreneurs, afin d’empêcher les entreprises de quitter Israël, et ainsi de soutenir et d’étayer cette base solide », a ajouté Pasca Raz.

Le directeur général de l’Autorité israélienne de l’innovation, Dror Bin, a déclaré qu’à la suite des conclusions du rapport et des tendances négatives pour 2023, des initiatives stratégiques visant à augmenter le capital disponible sont en préparation.

« Le programme Fast-Track a notamment injecté 400 millions de shekels dans des entreprises disposant d’atouts commerciaux et technologiques importants et d’une marge de manœuvre limitée », a déclaré Bin. « Le fonds de démarrage récemment lancé prévoit d’effectuer 100 cycles de financement pour les entreprises de pré-amorçage, d’amorçage et de cycle A, en investissant environ 500 millions de shekels.

« Dans un avenir proche, nous prévoyons également de lancer le Fonds Yozma 2.0, qui engagera les investisseurs institutionnels israéliens et les incitera à augmenter leurs investissements dans les fonds de capital-risque israéliens pour atteindre un investissement global de 4 milliards de shekels en 2024-25. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.