Rechercher

Cisjordanie: grève générale après la mort d’Udai Tamimi qui a tué la soldate Noa Lazar

Omar Abdel Latif Omar, qui observait la grève jeudi dans la ville de Tulkarem, a déclaré que ce mouvement se voulait un "message" de solidarité

Un Palestinien passe devant des magasins, fermés par solidarité un jour après qu'Udai Tamimi - un terroriste palestinien recherché par Israël pour avoir tué une soldate et blessé grièvement un garde - a été tué après une chasse à l'homme de 10 jours alors qu'il tirait sur des gardes de sécurité israéliens, près de la place de la Nativité dans la ville biblique de Bethléem en Cisjordanie le 20 octobre 2022. (Crédit : HAZEM BADER / AFP)
Un Palestinien passe devant des magasins, fermés par solidarité un jour après qu'Udai Tamimi - un terroriste palestinien recherché par Israël pour avoir tué une soldate et blessé grièvement un garde - a été tué après une chasse à l'homme de 10 jours alors qu'il tirait sur des gardes de sécurité israéliens, près de la place de la Nativité dans la ville biblique de Bethléem en Cisjordanie le 20 octobre 2022. (Crédit : HAZEM BADER / AFP)

Magasins, bureaux et écoles étaient fermés jeudi dans l’ensemble de la Cisjordanie, les Palestiniens observant une grève générale après que l’Etat hébreu a abattu mercredi soir un terroriste palestinien de 22 ans coupable d’avoir tué la soldate israélienne de 18 ans, Noa Lazar, le 8 octobre dernier, à l’entrée d’un checkpoint près du camp palestinien de Shuafat, à Jérusalem-Est. Tamimi a aussi grièvement blessé un garde.

Les Palestiniens ont appelé à la grève en réponse à la mort d’Udai Tamimi, abattu selon des responsables israéliens alors qu’il était en train de tirer sur des gardes de sécurité à l’entrée de l’implantation de Maale Adoumim, située entre Jérusalem et la mer Morte.

Udai Tamimi était recherché depuis près de deux semaines par les forces israéliennes, entraînant pendant ce temps-là la fermeture généralisée des écoles, centres médicaux et autres services dans le camp de Shuafat, où vivent des milliers de Palestiniens.

« Nous ne nous reposerons pas tant que nous n’aurons pas mis la main sur chaque terroriste qui fait du mal aux civils israéliens et aux soldats de Tsahal. Nous agirons d’une main de fer et sans hésitation contre le terrorisme », a déclaré mercredi soir le Premier ministre Yair Lapid.

La caporale Noa Lazar, 18 ans, tuée dans une fusillade à Jérusalem-Est, le 8 octobre 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Omar Abdel Latif Omar, qui observait la grève jeudi dans la ville de Tulkarem, en Cisjordanie, a déclaré à l’AFP que ce mouvement se voulait un « message » de solidarité envers Tamimi.

Des journalistes de l’AFP ont également constaté la fermeture de commerces dans les villes de Bethléem et Naplouse, en Cisjordanie, ainsi que dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Le ministère de l’Autorité palestinienne (AP) de la Santé a par ailleurs confirmé jeudi la mort d’un jeune émeutier palestinien âgé de 16 ans, Mohammad Fadi Nuri, décédé des suites d’une blessure par balle lors d’affrontements avec les forces israéliennes près de Ramallah le mois dernier.

La Cisjordanie connaît une recrudescence de la violence, alimentée par des raids quasi quotidiens des forces israéliennes et une augmentation des attaques contre des soldats israéliens.

Un vieil homme regarde les couvertures des journaux palestiniens (de haut en bas) al-Ayyam, al-Hayat al-Jadida et al-Quds (Jérusalem), leurs gros titres traitant d’Udai Tamimi, un terroriste palestinien tué par Israël après avoir tué une soldate israélienne et grièvement blessé un garde, après une chasse à l’homme de 10 jours, dans la ville d’Hébron en Cisjordanie, le 20 octobre 2022. (Crédit : MOSAB SHAWER / AFP)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...