Israël en guerre - Jour 149

Rechercher

Climat : « Le futur dystopique est déjà là », alerte l’ONU

Volker Türk a plaidé pour une sortie "rapide" des énergies fossiles et salué les efforts sur le globe visant à intégrer l'"écocide" dans le Statut de Rome de la CPI

Un homme marchant sur la boue craquelée qui recouvre la surface d'une pisciculture sèche, à la suite d'une campagne de répression menée par le gouvernement irakien contre les étangs non autorisés afin de répondre à la demande d'eau du pays, dans le village d'Albu Mustafa à Hilla, à environ 100 km au sud de Bagdad, le 6 juillet 2023. (Crédit : Ahmad al-Rubaye/AFP)
Un homme marchant sur la boue craquelée qui recouvre la surface d'une pisciculture sèche, à la suite d'une campagne de répression menée par le gouvernement irakien contre les étangs non autorisés afin de répondre à la demande d'eau du pays, dans le village d'Albu Mustafa à Hilla, à environ 100 km au sud de Bagdad, le 6 juillet 2023. (Crédit : Ahmad al-Rubaye/AFP)

Le changement climatique et ses effets dévastateurs sont bien réels, a vigoureusement soutenu lundi le Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, appelant à lutter contre l’impunité de « ceux qui pillent » la planète.

S’exprimant à l’ouverture de la 54e session du Conseil des droits de l’Homme, qui doit durer cinq semaines, Volker Türk a avant tout tenu à alerter sur l’ « horreur environnementale ».

« Le futur dystopique est déjà là. Nous avons besoin d’une action urgente, maintenant. Et nous savons ce qu’il faut faire. La vraie question est : qu’est-ce qui nous en empêche ? », a-t-il lancé après l’échec au G20 ce week-end d’un appel commun à une sortie des énergies fossiles.

Volker Türk a, lui, plaidé pour une sortie « rapide » des énergies fossiles et salué les efforts sur le globe visant à intégrer l' »écocide » dans le Statut de Rome de la Cour pénale internationale.

Mais alors que les changements climatiques renforcent les déplacements de populations, il a dénoncé « l’indifférence » face la tragédie des migrants sur les routes migratoires.

« Je suis choqué par la nonchalance qui se manifeste face aux plus de 2 300 personnes qui ont été déclarées mortes ou disparues en Méditerranée cette année », a-t-il dit, déplorant qu’un nombre bien plus important de migrants et de réfugiés périssent ailleurs dans leur monde.

Haut-Commissariat aux droits de l’Homme, Volker Türk (Crédit : capture d’écran Twitter/UNHCR)

Il a ainsi pointé du doigt les situations « le long de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, ainsi qu’à la frontière de l’Arabie saoudite, où ses services « demandent des éclaircissements urgents sur les allégations d’assassinats et de mauvais traitements ».

Le Haut-Commissaire a par ailleurs dénoncé « les mensonges et la désinformation » qui, grâce aux nouvelles technologies, « sont produites en masse pour semer le chaos et la confusion, nier la réalité et garantir qu’aucune mesure – qui pourrait mettre en danger les intérêts des élites – ne soit prise ».

A cet égard, « le cas le plus évident est le changement climatique », a-t-il dit.

Chine et Iran

Le Haut-Commissaire a également dressé une longue liste des violations des droits de l’Homme à travers le monde, ciblant de nombreux pays, y compris la Chine et l’Iran, tout en déplorant la multiplication des politiques visant à diviser le monde via « la création de conflits artificiels sur le genre, la migration ou d’un choc des civilisations ».

A l’égard de la Chine, il a estimé que les « récents défis économiques du pays soulignent la nécessité d’une approche plus participative qui respecte tous les droits de l’Homme – y compris les droits des membres des minorités ethniques, des habitants des communautés rurales, des travailleurs migrants de l’intérieur, des personnes âgées et des personnes handicapées ».

Alors qu’il a été récemment critiqué par des ONG sur le suivi du rapport de l’ONU publié il y a an sur de graves violations des droits humains dans la province chinoise du Xinjiang, M. Türk a insisté sur le besoin d’une « action réparatrice forte ».

Il s’est par ailleurs dit favorable à une enquête internationale sur l’explosion il y a trois ans dans le port de Beyrouth, en déplorant qu' »aucune responsabilité n’a été établie » dans cette affaire, et s’est dit « profondément choqué par l’escalade de la violence » dans les territoires palestiniens.

Le responsable a également critiqué le projet de loi iranien sur le voile et fait part de sa préoccupation, dans ce contexte, face au « redéploiement de la police des mœurs, une force presque exclusivement destinée à contrôler les femmes et les filles ».

Le Haut-Commissaire a très peu abordé la guerre en Ukraine mais il aura l’occasion d’y revenir lorsque la commission d’enquête internationale sur ce dossier s’adressera au Conseil le 25 septembre. La situation des droits humains en Russie sera également discutée lors de la présentation du premier rapport du rapporteur spécial le 21 septembre.

Parmi les autres situations qui doivent être abordées au Conseil figurent la Syrie, la Birmanie, l’Afghanistan, Haïti, le Nicaragua ou encore le Soudan, sur laquelle certains pays pourraient proposer une enquête internationale.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.