Clôture de l’enquête sur le meurtre de 70 Juifs durant la Seconde Guerre mondiale
Rechercher

Clôture de l’enquête sur le meurtre de 70 Juifs durant la Seconde Guerre mondiale

Les assassinats de Wasosz, perpétrés entre autres à l'aide de couteaux, de haches et d'épingles, ont eu lieu en juillet 1941

Les chercheurs à la recherche de restes humains à Wasosz, le site d'un massacre de villageois juifs en 1941 (Crédit : Laboratoire archéologique Podlaska)
Les chercheurs à la recherche de restes humains à Wasosz, le site d'un massacre de villageois juifs en 1941 (Crédit : Laboratoire archéologique Podlaska)

L’Institut national pour la mémoire à Bialystok a annoncé qu’il arrêtait l’enquête sur l’assassinat d’au moins 70 citoyens juifs à Wasosz dans le nord-Pologne en 1941.

Les procureurs n’ont pas identifié les auteurs supplémentaires, outre les deux hommes polonais qui ont déjà été condamnés pour cet acte peu de temps après la Seconde Guerre mondiale.

Les assassinats de Wasosz ont eu lieu en juillet 1941.

Selon l’Institut, « pas moins de 70 personnes de nationalité juive » ont été assassinées, qui, selon l’agence de presse polonaise, « avaient été tuées avec des couteaux, des haches, des épingles, ou d’autres outils similaires ». Les armes des résidents locaux avaient été confisquées.

Le procureur Radoslaw Ignatiew avait l’intention de réaliser l’exhumation de la fosse de Wasosz pour déterminer le nombre exact de victimes. L’exhumation aurait permis le transfert des victimes dans un cimetière, où ils seraient enterrés dans des fosses enregistrées.

En août 2015, l’enquête a été retirée à Ignatiew. Le procureur nommé pour poursuivre l’enquête a été Malgorzata Redos-Ciszewska.

L’affaire sur les événements de juillet 1941 à Wasosz était la dernière enquête sur les meurtres commis contre les Juifs, menée par la division d’enquête de l’Institut à la mémoire nationale à Bialystok. Les affaires précédentes impliquaient les événements de Jedwabne, de Radzilow, de Szczuczyn et Bzury. Chacune de ces enquêtes ont été abandonnées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...