Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Comment se souvenir de Golda Meïr, selon l’envoyée US contre l’antisémitisme

Deborah Lipstadt a rédigé une biographie de la seule femme Première ministre israélienne, mais a choisi de passer sous silence la période pendant laquelle elle a dirigé la nation

  • La Première ministre Golda Meïr visitant le kibboutz Naaran, en Cisjordanie, le 28 novembre 1972. (Crédit : Moshe Milner/GPO)
    La Première ministre Golda Meïr visitant le kibboutz Naaran, en Cisjordanie, le 28 novembre 1972. (Crédit : Moshe Milner/GPO)
  • La Première ministre Golda Meïr s'adressant aux membres de la communauté druze et à des invités lors du festival Nebi Shueib, à Hittim. (Crédit : GPO)
    La Première ministre Golda Meïr s'adressant aux membres de la communauté druze et à des invités lors du festival Nebi Shueib, à Hittim. (Crédit : GPO)
  • La Première ministre Golda Meïr, à gauche, rencontrant le président américain Richard Nixon, à la Maison Blanche ,à Washington, le 1er mars 1973. (Crédit : GPO)
    La Première ministre Golda Meïr, à gauche, rencontrant le président américain Richard Nixon, à la Maison Blanche ,à Washington, le 1er mars 1973. (Crédit : GPO)
  • Zalman Shazar, Golda Meïr, David Ben Gurion et Giora Josephtal lors d'une conférence du parti Avoda, à Tel Aviv, le 8 avril 1959. (Crédit : Hans Pinn/GPO)
    Zalman Shazar, Golda Meïr, David Ben Gurion et Giora Josephtal lors d'une conférence du parti Avoda, à Tel Aviv, le 8 avril 1959. (Crédit : Hans Pinn/GPO)
  • Golda Meïr, alors ministre israélienne des Affaires étrangères (plus tard Première ministre), arrivant à Nairobi pour une visite diplomatique officielle, avec un avion d'El Al à l'arrière-plan ; telle que publiée sur Open Sea en couleur en 1963. (Autorisation)
    Golda Meïr, alors ministre israélienne des Affaires étrangères (plus tard Première ministre), arrivant à Nairobi pour une visite diplomatique officielle, avec un avion d'El Al à l'arrière-plan ; telle que publiée sur Open Sea en couleur en 1963. (Autorisation)

Il semble que ce soit l’été de Golda.

Juste avant que « Golda« , un film sur l’ancienne Première ministre israélienne, ne sorte en salles et qu’une pièce intitulée « The First Lady » ne soit jouée pour la première fois au théâtre Habima de Tel Aviv, une nouvelle biographie de la femme d’État sort sur les étagères, alors que le monde continue de s’interroger sur son héritage, près de 50 ans après avoir quitté le pouvoir.

Golda Meir: Israel’s Matriarch (« Golda Meïr : La matriarche d’Israël »), la dernière biographie de la série « Jewish Lives » de Yale University Press, a été écrite par Deborah Lipstadt, historienne et universitaire, devenue l’année dernière l’envoyée spéciale des États-Unis chargée de surveiller et de combattre l’antisémitisme.

Dans cet examen de la dirigeante israélienne pionnière, Lipstadt réussit à dresser un portrait viscéral de Golda Meïr – oratrice douée et négociatrice brutale, dirigeante pragmatique, déterminée et souvent inflexible, entièrement dévouée à la mission sioniste.

Seule femme Première ministre d’Israël à ce jour, Meïr a laissé un héritage qui fait encore l’objet de vifs débats. Elle reste aujourd’hui à la fois louée et moquée par les Israéliens – tout comme elle l’était de son vivant. Lipstadt note que lorsqu’elle a entrepris d’écrire ce livre, elle a découvert des descriptions et des impressions qui « allaient du venin à l’hagiographie ».

Dans l’introduction du livre, Lipstadt écrit qu’elle s’est efforcée de présenter les nombreuses facettes de l’identité de Meïr et d’expliquer à la fois ses fervents partisans et ses détracteurs.

« Je comprends à la fois la vénération et la critique acerbe. J’ai cherché l’équilibre entre ces deux points de vue extrêmes sur la quatrième Première ministre d’Israël afin d’écrire une étude sur une femme exceptionnellement accomplie qui n’était pas dépourvue de graves défauts. »

L’historienne et envoyée américaine Deborah Lipstadt à côté de sa nouvelle biographie de Golda Meïr. (Crédit : AP ; Autorisation)

Sur plus de 230 pages, Lipstadt retrace la vie de Golda Meïr, de l’Ukraine au Milwaukee, de militante à organisatrice, de travailleuse dans un kibboutz à courtière en puissance, d’ambassadrice, de ministre, de membre du cabinet et, enfin, de Première ministre.

Le temps de la guerre passé sous silence

Le chapitre le plus controversé de l’héritage de Meïr est sans aucun doute celui de son leadership pendant la guerre dévastatrice du Kippour, au cours de laquelle plus de 2 500 Israéliens ont péri, bien qu’Israël ait fini par obtenir des gains territoriaux. Meïr a longtemps été critiquée pour avoir ignoré les avertissements concernant l’imminence d’une attaque sur plusieurs fronts contre Israël.

Alors que le film « Golda » est entièrement consacré à cette période, Lipstadt semble estimer qu’elle mérite à peine d’être mentionnée, consacrant environ cinq pages à l’analyse du leadership de la Première ministre en temps de guerre.

Golda Meïr, Première ministre d’Israël, née Golda Mabovitch, dans sa jeunesse à Milwaukee, dans le Wisconsin, vers 1915. (Crédit : AP Photo)

Dans ce bref chapitre, l’auteure cherche en grande partie à disculper Meïr, comme l’ont fait de nombreux récents historiens, en affirmant qu’elle a pris les meilleures décisions possibles sur la base des informations qui lui ont été communiquées à plusieurs reprises par ses conseillers militaires de haut rang, tout en laissant une place à la critique.

« Rétrospectivement, il est facile de dire que Golda a été trop facilement rassurée par [ses conseillers] et qu’en tant que Première ministre, elle aurait dû insister davantage », écrit Lipstadt. « On ne peut que spéculer sur le fait que si elle avait servi dans l’armée israélienne et était personnellement au courant des questions de sécurité, elle aurait été moins disposée à accepter les [seules] garanties des militaires. »

Seuls 15 % environ du livre sont consacrés à la période où Meïr était Première ministre. Elle avait 70 ans lorsqu’elle a prêté serment en tant que Première ministre – avec une longue et riche carrière derrière elle – mais il est indéniable que son mandat de Première ministre explique en grande partie pourquoi elle occupe une place si importante dans la conscience israélienne d’aujourd’hui.

Lipstadt semble également excuser les actions de Meïr dans le cadre de ses relations conflictuelles avec les Juifs séfarades, dont beaucoup l’ont accusée de racisme. Elle note que Meïr « n’a pas su saisir certains des défis auxquels ils étaient confrontés », mais estime également que « l’histoire a certainement oublié bon nombre » de ses tentatives pour redresser de tels torts, écrivant que Meïr « ne pouvait pas comprendre comment elle était accusée de racisme et de discrimination. Elle était en colère contre ceux qui affirmaient de telles choses ».

Une vie haute en couleur

Cet ouvrage est loin d’être le premier livre à tenter de résumer la vie de la dirigeante sioniste, après le très remarqué Lioness : Golda Meir and the Nation of Israel de Francine Klagsbrun en 2017, Golda Meïr de Meron Medzini la même année, ainsi que l’examen de sa vie à travers le prisme du féminisme par Pnina Lahav dans The Only Woman in the Room paru l’année dernière, la biographie Golda d’Elinor Burkett en 2008 et plusieurs autres ouvrages, dont beaucoup sont cités par Lipstadt.

La Première ministre Golda Meïr et le ministre de la Défense Moshe Dayan rencontrant des troupes sur le plateau du Golan, le 21 novembre 1973. (Crédit : Ron Frenkel/Bureau du Premier ministre)

Meïr elle-même a également pris la plume dans son autobiographie My Life, publiée en 1973, même si, comme l’a souligné à plusieurs reprises Lipstadt – et d’autres l’ont également fait – sa propre description des événements n’a pas toujours été tout à fait avérée.

Lipstadt aborde le sujet avec la bonne foi que lui confèrent des décennies de travail en tant qu’historienne et chercheuse, principalement axées sur la Shoah, et avec huit autres livres à son actif. En 1996, elle a fait l’objet d’un procès retentissant intenté par le négationniste David Irving, qui l’avait accusée de diffamation dans son livre Denying the Holocaust. Cette saga a ensuite donné lieu au film « Denial » (2007), dans lequel Lipstadt est interprétée par l’actrice Rachel Weisz.

Aujourd’hui, Lipstadt occupe un rôle différent, celui d’ambassadrice auprès du Département d’État américain. Elle écrit dans les remerciements du livre qu’elle était « en train d’écrire ce livre » lorsqu’elle a été nommée par le président Joe Biden pour ce poste.

Compte tenu de la vaste expérience de l’auteure en matière d’études sur la Shoah, il n’est pas surprenant que certains des chapitres les plus dynamiques du livre portent sur les actions de Meïr pendant la Seconde Guerre mondiale ainsi que sur ses activités liées à la capture et au procès de l’architecte de la solution finale – Adolf Eichmann.

Meïr, qui a survécu à la violence antisémite dans son enfance en Ukraine, a toujours gardé la Shoah à l’esprit, n’oubliant jamais que les Juifs vivant en Palestine [sous mandat britannique] ont été largement incapables de sauver leurs frères européens.

« Alors que tous les Juifs étaient brisés, l’échec du Yishouv – son échec – à sauver les Juifs a laissé une empreinte viscérale sur Golda », a écrit Lipstadt, en référence à la communauté juive pré-étatique. « Elle pensait qu’elle aurait dû pouvoir faire quelque chose. »

Golda Meïr, ministre des Affaires étrangères, donnant une conférence de presse, à Paris à son hôtel, le 20 janvier 1960. (Crédit : AP)

Et des années plus tard, lorsque le monde a été ébranlé par la capture d’Eichmann par Israël en Argentine, Meïr, alors ministre des Affaires étrangères, a prononcé un discours « résolument non-diplomatique » aux Nations unies, fustigeant l’envoyé de Buenos Aires pour son indignation face à l’incident.

Un leader ou une femme leader ?

Les questions relatives à l’impact du sexe de Meïr et à son conflit constant avec le féminisme sont omniprésentes dans le livre, Lipstadt cherchant à comprendre le rejet par la dirigeante des mouvements féministes alors qu’elle se heurtait à des barrières sexistes.

L’auteure estime que le rejet de l’activisme féministe par Meïr découle de sa croyance en la justice ultime du sionisme et du parti Avoda, ainsi que de son désir que le sexe ne soit pas pris en compte dans ses accomplissements.

« Elle voulait être considérée comme une dirigeante, et non comme une femme dirigeante », écrit-elle. « Elle voulait que ce soit son dévouement au travail qui la caractérise, et non son sexe. »

Golda Meïr et David Remez assistant à la première Knesset, à Jérusalem, le 26 décembre 1949. (Crédit : Pinn Hans/GPO)

Lipstadt note également que même dans ses moments les moins populaires en Israël, Meïr était largement appréciée aux États-Unis, où elle avait vécu en tant qu’enfant et jeune adulte avant de s’installer en Palestine sous mandat britannique.

« Avec son accent caractéristique du Midwest, son incroyable talent pour les discours extemporanés et sa capacité unique à insuffler à son auditoire un sentiment de responsabilité partagée – certains parleraient de culpabilité – elle est devenue et est restée une figure emblématique pour les Juifs américains », écrit Lipstadt. « Ils la vénéraient et l’aimaient. Elle était l’une d’entre eux tout en devenant une incarnation vivante de la renaissance d’Israël. »

Lipstadt s’efface en grande partie dans le livre, ne faisant qu’occasionnellement référence à sa propre carrière. Cependant, elle note dans les remerciements qu’elle a ressenti un lien avec la femme d’État.

« Avec mon entrée dans ce nouveau rôle, je me suis engagée dans une voie différente, passant temporairement du monde de l’érudition au monde de la diplomatie », écrivait-elle juste avant d’entrer en fonction en tant qu’envoyée des États-Unis.

« Il est fortuit que mon dernier travail avant cette mutation ait concerné une femme de caractère qui alliait action et diplomatie et qui, par-dessus tout, s’engageait à faire la différence. Elle n’était pas exempte de défauts – qui l’est ? – mais c’est exactement ce qu’elle a fait : elle a fait la différence », avait-elle écrit.

« Je ne peux qu’espérer que, dans une moindre mesure, je puisse faire de même. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.