Conférence Movement for Black Lives 2020 : Israël sera-t-il à l’ordre du jour ?
Rechercher

Conférence Movement for Black Lives 2020 : Israël sera-t-il à l’ordre du jour ?

Le groupe a soutenu en 2016 le BDS et a accusé Israël de "génocide" contre les Palestiniens ; les Juifs américains qui luttent contre le racisme se demandent si ce sujet reviendra

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Des manifestants défilent lors d'une manifestation "Black Lives Matter" organisée par la Dallas Black Firefighters Association, le 19 juin 2020 à Dallas. (AP Photo/LM Otero)
Des manifestants défilent lors d'une manifestation "Black Lives Matter" organisée par la Dallas Black Firefighters Association, le 19 juin 2020 à Dallas. (AP Photo/LM Otero)

WASHINGTON – Plus de 150 groupes qui se consacrent à la promotion de la justice raciale aux États-Unis organiseront en août une conférence nationale, première du genre, qui rassemblera des milliers de militants afin de produire un « nouveau programme » qui s’appuie sur les protestations mondiales suscitées par l’assassinat de George Floyd par la police.

De nombreux dirigeants juifs américains ont déclaré qu’ils étaient impatients de participer, mais certains se posent également des questions : Le conflit israélo-palestinien sera-t-il au programme ?

Leur préoccupation est fondée sur une plate-forme politique de 2016 publiée par la coalition qui orchestre l’événement – le Movement for Black Lives (M4BL). Le collectif, qui a été formé en 2014 en tant que groupe de coordination des organisations de défense de la lutte contre le racisme, a produit un manifeste très critique à l’égard de la politique israélienne envers les Palestiniens et des relations entre les États-Unis et Israël.

Le document M4BL présente 40 propositions politiques qui se concentrent largement sur des questions internes telles que l’abolition de la peine de mort, la gratuité des frais de scolarité dans les universités publiques et l’octroi de réparations aux Noirs américains. Mais une section intitulée « Invest-Divest » traitait de la politique étrangère américaine et qualifiait Israël d’“État d’apartheid”, alléguant que le pays avait systématiquement mené un « génocide » contre les Palestiniens.

La plateforme a soutenu la campagne de Boycott, Désinvestissement et Sanction (BDS) contre Israël et a exhorté l’Amérique à mettre fin à ses liens étroits avec Israël, arguant qu’elle rend « les citoyens américains complices des abus commis par le gouvernement israélien ».

Les organisateurs de la Black National Convention d’août ont déclaré que l’agenda 2020 ne sera pas une « duplication » de la plateforme de 2016, mais les activistes juifs américains anticipent que la plateforme pourrait revisiter les questions soulevées dans la section « Invest-Divest ».

Une banderole de Black Lives Matter est accrochée au siège de l’AFL-CIO, (Fédération américaine du travail – Congrès des organisations industrielles) le 13 juin 2020, près de la Maison Blanche à Washington. (AP Photo/Patrick Semansky)

Amanda Berman, fondatrice et directrice exécutive du groupe de défense des intérêts d’Israël, Zioness, a déclaré qu’elle craignait que Movement for Black Lives n’insère dans l’agenda 2020 un langage qui, selon elle, pourrait donner à certains Juifs américains le sentiment d’être malvenus. Zioness se décrit comme une coalition de militants progressistes, pro-Israël et pour la justice sociale.

« C’est un moment où nous ne pouvons pas rester à la maison, nous ne pouvons pas manquer cette occasion de nous montrer et d’être des alliés, mais il y a cette crainte que le seul État juif au monde soit ciblé et montré du doigt », a déclaré Berman au Times of Israel.

« C’est une véritable distraction par rapport au travail que nous devons tous faire en tant qu’Américains », a ajouté Mme Berman. « Si nous parlons d’Israël et de la Palestine, nous ne parlons pas des questions qui sont sous notre contrôle et des choses que nous pouvons faire pour l’égalité raciale dans ce pays ».

« Les différentes luttes pour la liberté sont liées »

Tout le monde dans la gauche juive n’est pas d’accord avec Berman. L’organisation anti-occupation IfNotNow a salué l’idée de lier le sort des Noirs américains à celui des Palestiniens.

Les militants de « IfNotNow » défilent pour exiger que le président élu de l’époque, Donald Trump, congédie Stephen Bannon, Philadelphie, le 22 novembre 2016. (Crédit : IfNotNow/via JTA)

« Nous avons vu ces dernières semaines que le Movement for Black Lives est un mouvement mondial, qui comprend que différentes luttes pour la liberté sont liées », a déclaré la directrice politique du groupe, Emily Mayer.

« Les dirigeants du Movement for Black Lives, notre génération de Juifs américains, et tant d’autres comprennent qu’il existe un lien évident entre les milliards de dollars des contribuables utilisés pour financer la police militarisée dans nos villes et les milliards de dollars des contribuables utilisés pour assurer une occupation militaire en Israël », a déclaré Mme Mayer.

Elle n’a pas voulu dire si IfNotNow était d’accord ou non avec les accusations spécifiques faites contre Israël dans la plate-forme de 2016, mais a ajouté : « Le temps est venu pour nos dirigeants politiques de couper les vivres de la police, de mettre un terme à l’occupation – et d’investir dans des programmes qui aideront réellement nos communautés, comme les soins de santé, le logement et l’emploi ».

BLM et M4BL : ce n’est pas la même chose

Alors que certains des groupes participant à la prochaine conférence défendent des idées que les principales organisations juives qualifient d’anti-Israël, l’activiste juive chevronnée Carly Pildis a souligné que ces groupes ne représentent pas le mouvement Black Lives Matter au sens large.

Carly Pildis s’exprime lors de la conférence ADL Never Is Now 2019 : Embracing Diversity, le 22 janvier 2020. (Capture d’écran/YouTube)

« Je pense qu’il est important de faire la distinction entre Black Lives Matter et le Movement for Black Lives, dont l’un est une organisation et l’autre une coalition d’organisations », a-t-elle déclaré au Times of Israel. « Ce n’est pas la même chose. »

En fait, le mouvement Black Lives Matter a déjà dévoilé sa campagne et ses objectifs politiques pour 2020 – qui ne mentionne ni Israël ni aucune autre question internationale. Il se concentre plutôt exclusivement sur des questions intérieures comme la réforme de la justice pénale, le droit de vote et les soins de santé.

Le mouvement Black Lives Matter a été créé en 2014 après les meurtres par la police de Michael Brown et Eric Garner. Il a pris de l’ampleur aux États-Unis au cours des six dernières semaines, après plusieurs incidents au cours desquels des policiers blancs ont tué des hommes et des femmes noirs non armés, dont Floyd, Ahmaud Arbery et Breonna Taylor.

La convention d’août aura lieu à un moment charnière pour le mouvement, au milieu d’une montée en flèche du soutien du public, d’un afflux de dons et d’une législation au Capitole pour réformer la police américaine.

Pildis, qui est actuellement la directrice de l’organisation du Jewish Democratic Council of America, a fait remarquer que Black Lives Matter est un mouvement très diffus et décentralisé – et qu’aucun groupe, ou ensemble de groupes, ne parle au nom de tous ceux qui y sont affiliés.

Muriel Bowser, maire du district de Columbia, s’exprime lors d’une conférence de presse à Washington, le 7 mars 2020. (AP Photo/Patrick Semansky)

Par exemple, alors que le Movement for Black Lives peut avoir des opinions profondément hostiles à l’égard d’Israël, la maire de Washington, Muriel Bowser, est associée à Black Lives Matter et est manifestement pro-Israël.

Mme Bowser prend la parole chaque année à la conférence politique de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) à Washington et a récemment effectué un voyage en Israël avec le Jewish Community Relations Council. Le mois dernier, Bowser a fait la une des journaux internationaux en donnant le nom de Black Lives Matter Plaza à la portion de la 16e rue menant à la Maison Blanche.

C’est pourquoi, selon Mme Pildis, les Juifs américains qui ne sont pas d’accord avec la position de la plateforme de 2016 sur Israël – et potentiellement celle de 2020 – ne devraient pas se sentir aliénés par le mouvement, surtout si l’on considère l’histoire de la communauté juive américaine qui a toujours défendu l’égalité raciale, plus particulièrement à l’époque des droits civils.

Le Dr Martin Luther King Jr. en compagnie d’autres leaders des droits civils alors qu’ils entament la marche vers la capitale de l’État à Montgomery depuis Selma, Alabama, le 21 mars 1965. Le Dr Martin Luther King Jr. (quatrième à partir de la droite) est accompagné à sa gauche par Ralph Bunche, sous-secrétaire des Nations unies, le rabbin Abraham Joshua Heschel (deuxième à droite) et le révérend Fred Shuttlesworth. (AP Photo)

« Dans les années 1960, il aurait été incroyablement stupide et myope de ne pas marcher avec John Lewis dans Selma parce que vous n’étiez pas d’accord avec une partie du parti des Black Panthers », a déclaré Pildis. « Bien que tous ces groupes puissent faire partie du même mouvement de justice raciale, ils ne constituent pas tous une seule et même organisation – et ils ne sont pas tous acquis aux mêmes lignes politiques ».

Le rabbin Jonah Pesner est d’accord. Le directeur du Religious Action Center of Reform Judaism, le bras politique du mouvement juif réformé, a déclaré que les divergences sur le conflit avec certains groupes affiliés à Black Lives Matter n’affecteraient pas l’allégeance de son organisation à l’ensemble du mouvement.

Le rabbin Jonah Dov Pesner, s’exprimant lors de la consultation bisannuelle sur la conscience du Religious Action Center of Reform Judaism, le 30 avril 2017 à Washington, DC. (Avec l’aimable autorisation du RAC)

« Notre désaccord avec les positions d’organisations spécifiques, telles que la plate-forme du Movement for Black Lives en 2016, ne diminue en rien notre engagement total envers le principe fondamental de Black Lives Matter et à faire le travail nécessaire pour mettre fin au racisme systémique et à la suprématie blanche », a déclaré M. Pesner au Times of Israel.

« Lorsque le soutien collectif à Black lives est dans notre intérêt à tous, nous ne demanderons à personne de se diviser ou de prendre des positions inutiles. Nous soutenons Israël et Black Lives Matter », a ajouté M. Pesner.

Si vous voulez perdre la prochaine génération de jeunes Juifs américains pour Israël, faites-les choisir entre la justice raciale et le sionisme

Cela semble être le consensus de la plupart des juifs organisés.

Le mois dernier, un certain nombre d’organisations juives ont demandé l’expulsion de l’Organisation sioniste d’Amérique d’extrême droite d’un groupe de coordination juif après la publication par son président Mort Klein de tweets vilipendant Black Lives Matter comme « détestant les Juifs ».

« Si vous voulez perdre la prochaine génération de jeunes Juifs américains sur Israël, faites-leur choisir entre la justice raciale et le sionisme », a déclaré Mme Pildis. « C’est un moment difficile en Amérique en ce moment. Il y a une réelle chance de changer le racisme systémique qui a infecté le pays pendant si longtemps. Bien sûr, les gens veulent en faire partie ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...