Contrairement aux affirmations, Google n’a pas effacé la Palestine de la carte
Rechercher

Contrairement aux affirmations, Google n’a pas effacé la Palestine de la carte

Le géant de l’internet n’a jamais listé la région comme un pays et affirme qu’un bug a entrainé la suppression de la Cisjordanie

Google Maps légende la Palestine ou la Cisjordanie. (Crédit : capture d'écran Google Maps)
Google Maps légende la Palestine ou la Cisjordanie. (Crédit : capture d'écran Google Maps)

Un scandale s’est répandu ces derniers jours sur les réseaux sociaux, après l’accusation la semaine dernière par un groupe internet que Google avait supprimé la « Palestine » de ses cartes. La vérité est cependant que Google n’a jamais utilisé ce terme dans son application internet.

Le Forum des journalistes palestiniens avait publié un communiqué en arabe accusant Google d’avoir supprimé la « Palestine » de ses cartes.

« Le forum médiatique palestinien condamne le crime mené par Google en supprimant le nom de la Palestine et appelle Google à revenir sur sa décision et à s’excuser auprès du peuple palestinien, ont-ils écrit. Un nouveau crime à ajouter à la liste de ceux commis contre le peuple palestinien, le crime commis par le moteur de recherche mondial Google le 5 juillet quand il a supprimé le nom de la Palestine [de ses cartes]. »

Le communiqué a rapidement entraîné une activité bouillonnante sur Facebook, Twitter, et d’autres réseaux sociaux par des partisans des Palestiniens qui ont condamné le geste, en utilisant le hashtag #Palestineishere [la Palestine est ici].

Jusqu’à présent, plus de 250 000 personnes ont signé une pétition sur internet pour placer la Palestine sur la carte. Mais cette campagne avait commencé il y a cinq mois, bien avant que Google n’ait prétendument supprimé la Palestine, et elle a reçu la majorité de ses signatures ces derniers jours.

La réalité est que, même si 136 pays de l’ONU reconnaissent la Palestine comme un état indépendant, Google a suivi la politique des Etats-Unis et de 49 autres pays, et n’a jamais listé de pays nommé Palestine.

« Il n’y a jamais eu de ‘Palestine’ sur Google Maps », a déclaré mercredi un porte-parole de Google au site d’informations technologiques Engadget. « Cependant, nous avons découvert un bug qui a supprimé les noms ‘Cisjordanie’ et ‘bande de Gaza’. Nous travaillons rapidement pour repositionner ces noms sur la région. »

Aujourd’hui, Google Maps montre la bande de Gaza. Cependant, si l’on recherche « Palestine », « bande de Gaza » ou « Cisjordanie », la carte montre une région non légendée au sein d’une ligne pointillée.

Le site internet Disputed Territories [territoires disputés] a montré en 2014 que malgré les meilleurs efforts de Google, il est extrêmement difficile de rester impartial.

Un article du Washington Monthly de 2010, cité par plusieurs médias mais qui n’est pas disponible sur internet, expliquait les tentatives de Google pour rester impartial et les difficultés que cela entraînait :

Plutôt que de produire une carte du monde définitive, Google propose de multiples interprétations de la géographie terrestre. Parfois, cela prend la forme de cartes personnalisées pour accommoder les croyances d’une nation ou d’un autre. Plus souvent cependant, Google est simplement un cartographe agnostique, un colporteur d’ « endroits à explorer » qui contient une multitude de vues au lieu d’une carte traditionnelle, autoritaire, univoque.

Le Washington Monthly citait le directeur d’alors de la politique publique de Google, Robert Boorstin : « nous travaillons pour fournir autant d’informations que possible, pour que les utilisateurs puissent se forger leur propre jugement sur les désaccords géopolitiques. »

Un garçon pointe le changement de nom pour "Google - Palestine" dans la bande de Gaza, en mai 2013. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Un garçon pointe le changement de nom pour « Google – Palestine » dans la bande de Gaza, en mai 2013. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

En mai 2013, Google avait changé la signature de son édition palestinienne de « territoires palestiniens » à « Palestine », un geste qui avait été condamné par les responsables israéliens.

Le terme de « Palestine » est contesté principalement parce que le statut final des territoires palestiniens et de leurs frontières doit encore être réglé via des négociations entre l’Autorité palestinienne (AP) et Israël. Les discussions entre les parties sont essentiellement à l’arrêt depuis plus de quatre ans, le gouvernement du président de l’AP Mahmoud Abbas exigeant plusieurs conditions préliminaires avant leur reprise.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...