Corbyn aurait rencontré des terroristes mais pas de Juifs en Israël en 2010
Rechercher

Corbyn aurait rencontré des terroristes mais pas de Juifs en Israël en 2010

Le chef du Labour, qui était alors simple député, avait contrevenu aux règles ne déclarant pas la visite la visite financée par un groupe de pression

Le chef du Parti travailliste de l'opposition britannique Jeremy Corbyn prend la parole lors de la commémoration du 25e anniversaire du meurtre de Stephen Lawrence à Trafalgar Square à Londres, le 23 avril 2018. (AFP PHOTO / POOL / Victoria Jones)
Le chef du Parti travailliste de l'opposition britannique Jeremy Corbyn prend la parole lors de la commémoration du 25e anniversaire du meurtre de Stephen Lawrence à Trafalgar Square à Londres, le 23 avril 2018. (AFP PHOTO / POOL / Victoria Jones)

Le chef du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn a rencontré des chefs terroristes au cours d’un voyage effectué en 2010 en Israël et en Cisjordanie, selon des informations parues lundi, les dernières d’une série qui ont montré le politicien britannique, actuellement sous le feu des critiques, poser aux côtés de groupes terroristes palestiniens.

Corbyn aurait également contrevenu aux règles parlementaires en ne révélant pas que ce voyage avait été financé par un groupe de pression, a fait savoir i24News.

Le dirigeant du Labour était accompagné lors de ce déplacement par un député de la même formation, Andrew Slaughter, et par Seumas Milne, actuellement directeur des communications et de la stratégie de Corbyn.

Ce séjour s’était déroulé du 5 au 9 novembre 2010, et il avait été annoncé à l’époque par l’agence de presse palestinienne Maan.

Slaughter avait déclaré le voyage, disant qu’il était parrainé par l’association Friends of Al-Aqsa et par le MEMO (Middle East Monitor), un groupe de lobby pro-palestinien. Il avait indiqué que les coûts s’étaient élevés en totalité à 927 livres sterling, selon i24News. Corbyn n’avait pas fait part de cette visite au parlement, même si à l’époque, les députés se trouvaient dans l’obligation de déclarer tous les cadeaux dépassant la somme de 660 livres.

Un résumé détaillé du voyage a été supprimé du site du MEMO mais i24News a pu sauver une copie du rapport original.

Selon ce rapport, les députés avaient organisé une tournée depuis la ville arabe d’Umm al-Fahm, dans le nord du pays, jusqu’à des villages bédouins non-reconnus dans le Néguev.

A Jérusalem-Est, les parlementaires avaient rencontré trois hauts-membres du Hamas, Ahmad Attoun, Khaled Abu-Arafah et Muhammad Totah, qui avaient organisé une manifestation devant l’immeuble de la Croix Rouge alors qu’Israël cherchait à les expulser vers la Cisjordanie pour leur implication aux côtés du groupe terroriste.

Le description du séjour faite par le MEMO détaillait les nombreux récits de « crimes » commis par « l’occupation israélienne », notamment les récits de démolitions de maisons, de « nettoyage ethnique » et « d’apartheid » que les parlementaires avaient entendu à toutes les étapes de leur voyage. Ils avaient également été sensibilisés à l’importance du boycott d’Israël organisé par le mouvement BDS et il leur avait été vivement recommandé de le soutenir.

Suite à ce séjour, Corbyn avait résumé ce qu’il avait appris dans la tribune qui lui était régulièrement accordée dans le journal de gauche Morning Star.

« Il est temps que ces Israéliens qui ont commis des crimes contre l’humanité soient placés dans l’obligation de rendre des comptes et il est temps de mettre un terme à l’accord commercial passé entre l’UE et Israël alors même que les politiques d’occupation et d’implantation continuent », avait-il écrit, selon le reportage.

A partir du rapport de 47 pages établi par le MEMO sur le détail de ce séjour, il apparaît que la délégation n’a rencontré aucun Juif israélien au cours de cette visite.

Un porte-parole du parti du Labour a défendu ce déplacement, disant à i24News qu’il témoignait de l’engagement de Corbyn en faveur de la paix.

« Jeremy a de longs antécédents de solidarité avec la population palestinienne, un principe chez lui, et il s’engage auprès des acteurs du conflit pour promouvoir la paix et la justice au Moyen-Orient. C’est la bonne chose à faire », a-t-il déclaré. Il a toutefois refusé de commenter la raison pour laquelle Corbyn n’avait pas déclaré le séjour dans son rapport financier.

Le chef du Labour a été épinglé dans le passé pour avoir qualifié les groupes terroristes du Hamas et du Hezbollah « d’amis » alors qu’il avait invité certains de leurs membres lors d’une réunion parlementaire en 2009. Il avait ultérieurement minimisé ses propos et affirmé regretter d’avoir utilisé ce terme.

Un haut-membre du parti du Labour, qui a témoigné sous couvert d’anonymat, a dit à i24News : « J’imagine qu’il a rencontré plus de gens qui ont tué des Israéliens que d’Israéliens à proprement parler ».

Ces informations sont venues vingt-quatre heures après une révélation faite par le Daily Telegraph portant sur la participation de Corbyn à une conférence en 2012 à Doha en compagnie de plusieurs terroristes palestiniens condamnés pour meurtre, notamment du chef du Hamas d’alors, Khaled Mashaal, et du chef de l’aile militaire du groupe terroriste, qui était responsable de la mort de douzaines d’Israéliens.

Cette dernière révélation a eu lieu seulement quatre jours après la publication dans le Times of London d’une photographie montrant Corbyn aux côtés du chef du Front populaire de libération de la Palestine, Maher al-Taher, lors d’une cérémonie de commémoration pour les terroristes de Septembre noir qui avaient participé au massacre, en 1972, de 11 Israéliens aux Jeux olympiques de Munich.

La participation de Corbyn à cet événement organisé au mois d’octobre, où il avait été photographié avec une gerbe à proximité des tombes des terroristes, a suscité l’indignation, provoquant des réactions féroces au sein des Juifs britanniques et des politiciens israéliens.

Le mois dernier, le Labour a décidé de ne pas adopter certaines parties de la définition de travail de l’IHRA (International Holocaust Remembrance Alliance) sur l’antisémitisme qui sont associées à Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...