COVID-19: Nette baisse du nombre de cas en Israël; reprise économique graduelle
Rechercher

COVID-19: Nette baisse du nombre de cas en Israël; reprise économique graduelle

On dénombre actuellement 14 446 cas de Covid-19 en Israël, soit 68 nouveaux malades confirmés pendant la nuit ; 202 personnes sont décédées et 129 se trouvent dans un état grave

Des Israéliens sur la Jaffa Street, à Jérusalem, le 26 avril 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Des Israéliens sur la Jaffa Street, à Jérusalem, le 26 avril 2020. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le nombre de cas de Covid-19 confirmés en Israël a atteint 15 446 dans la nuit de dimanche à lundi, a annoncé le ministère de la Santé. Il y a deux jours, 145 nouveaux malades ont été enregistrés, et 68 hier.

Il s’agit du bilan quotidien le plus faible depuis le 20 mars – alors que l’épidémie n’en était qu’à un stade préliminaire – ce qui laisse espérer une atténuation.

Le nombre de décès dans le pays s’élève à 202, soit un de plus que la veille.

Il n’y a pas encore d’informations précises sur le dernier décès.

Le ministère de la Santé a déclaré que 129 personnes se trouvaient dans un état grave, dont 96 sous respirateur, et que 82 personnes étaient modérément malades. Une fillette de 11 ans fait partie des personnes gravement atteintes par le virus.

Désormais, 6 796 personnes en Israël se sont remises de la maladie, selon le communiqué. La veille, l’Organisation mondiale de la santé faisait savoir qu’elle ne pouvait pas garantir que les individus guéris soient immunisés contre le Covid-19.

Israël a enregistré 23 décès par million de citoyens, selon le décompte de Worldometer de dimanche soir, ce qui situe le pays autour de la 50e place dans le monde, soit légèrement au-dessus de la moyenne mondiale, qui est de quelque 26 décès par million d’habitants.

Cette nette amélioration coïncide avec les assouplissements sur les activités commerciales décrétés par le gouvernement israélien.

La plupart des magasins, salons de coiffures et instituts de beauté ont été autorisés à rouvrir dimanche, dans le respect des règles d’hygiène spécifiques à cette pandémie.

Les Israéliens font leurs courses alimentaires au marché Mahane Yehuda de Jérusalem, le 24 avril 2020 (Crédit : Nati Shohat/Flash90

De plus, les restaurants et magasins d’alimentation ont été autorisés à rétablir la vente à emporter, et plus seulement la livraison, tant qu’une barrière physique est établie entre le caissier et le client.

Cependant, de nombreux commerces sont restés fermés dimanche, malgré l’autorisation de rouvrir, pour protester contre le gouvernement et exiger une indemnisation pour les récentes fermetures et les restrictions encore en vigueur.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances Moshe Kahlon ont annoncé dimanche avoir décidé, conjointement avec la banque d’Israël, d’allouer un fonds spécial « pouvant aller jusqu’à 6 milliards de shekels pour permettre le retour au travail de la population active. »

Dans les jours à venir, une proposition visant à étendre le programme d’aide économique au-delà des 80 milliards de shekels actuellement promis sera soumise à la Knesset, selon un communiqué conjoint du bureau du Premier ministre et du ministère des Finances.

Le fonds devrait être accessible au lendemain de Yom HaAtsmaout.

Les modalités de versement de ces aides seront annoncées dans les prochains jours, ont-ils précisé.

La veille, le ministère de la Santé avait défini les paramètres sur lesquels il se basait pour assouplir ou renforcer les restrictions imposées aux personnes et à l’économie. Il a fait l’objet de vives critiques pour sa gestion de la crise jugée désordonnée.

Selon les médias israéliens, l’une ou l’autre des conditions suivantes entraînera probablement une augmentation des restrictions, tandis que le fait de rester en dessous de ces seuils sera synonyme d’un allègement progressif des directives :

  • Plus de 300 nouveaux malades par jour (les chiffres ont oscillé entre 200 et 300 ces derniers jours, bien qu’ils aient dépassé les 500 mercredi, peut-être en raison d’un retard dans les tests) ;
  • Plus de 300 patients gravement malades (actuellement, 129 sont dans un état grave) ;
  • Un doublement du nombre national de malades tous les 10 jours ou moins (actuellement, les cas doublent environ tous les 20 jours).

Le ministère de la Santé a déjà proposé une série de critères pour déclarer certains quartiers ou villes « zones réglementées » en raison du nombre élevé de cas de coronavirus qui y sont recensés.

Plusieurs quartiers essentiellement ultra-orthodoxes de Beit Shemesh et Netivot, où l’on a observé une recrudescence des contaminations ces derniers jours, ont été placés en confinement à 6 heures dimanche matin.

Pendant ce temps, la police a démantelé samedi les postes de contrôle à l’entrée des villes arabes de Deir al-Asad et Bi’ina, dans le nord d’Israël, qui ont été mises en quarantaine en raison d’une épidémie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...