COVID : Le rappel du vaccin pourrait se faire par voie orale
Rechercher

COVID : Le rappel du vaccin pourrait se faire par voie orale

Administré sous forme de gouttes sur la langue, MigVax, fabriqué en Galilée, pourrait contribuer à résoudre les problèmes complexes liés à l'administration de rappels

Illustration : un vaccin à administrer par voie orale. (Crédit : zsv3207 via iStock by Getty Images)
Illustration : un vaccin à administrer par voie orale. (Crédit : zsv3207 via iStock by Getty Images)

Un vaccin contre la COVID, à administrer par voie orale, fabriqué en Israël a donné de bons résultats sur des rats, et ses inventeurs espèrent qu’il sera prêt comme dose de rappel pour les humains dans les neuf mois.

« Tout le monde dit que nous avons besoin de rappels pour les vaccins, et après un essai pré-clinique réussi, nous espérons pouvoir fournir à beaucoup d’entre eux notre rappel oral », a déclaré David Zigdon, PDG de MigVax, au Times of Israël.

Plus de 70 rats ont été inoculés avec des vaccins conventionnels contre le COVID-19, puis ont reçu le rappel oral MigVax, et tous leurs systèmes immunitaires ont réagi comme prévu, a déclaré Zigdon. « Leurs taux d’anticorps ont augmenté de manière significative et ils n’ont présenté aucun effet secondaire », a-t-il déclaré.

Les scientifiques ont prélevé le sang de certains rats et l’ont infecté en laboratoire avec le SARS-CoV-2, le virus à l’origine du COVID-19. « Le virus a été neutralisé in vitro », a déclaré Zigdon.

Après ce succès, des essais sur l’homme sont maintenant prévus, ce qui pourrait déboucher sur la production de doses prêtes à être utilisées par l’homme au début de 2022, date à laquelle la demande de rappels devrait être élevée.

Zigdon a ajouté que la technologie spécifique utilisée par son rappel permet une adaptation facile pour couvrir de nouvelles variantes du coronavirus, ce qui signifie que si l’une d’entre elles émerge et passe au travers des vaccins existants, elle pourrait être administrée pour prolonger la protection.

L’équipe de recherche travaillant sur le vaccin MigVax, dont le PDG David Zigdon en chemise bleue. (Crédit : Migal Galilee)

Les réactions immunitaires des rats ayant reçu le vaccin oral étaient plus fortes que celles d’un groupe de rats témoins.

Depuis le début de la pandémie, les scientifiques du nord d’Israël travaillent sans relâche à l’adaptation d’un vaccin contre une souche virale à l’origine d’une maladie bronchique chez les volailles, afin de pouvoir le réutiliser pour lutter contre le SRAS-CoV-2. Les travaux ont débuté à l’Institut de recherche Migal Galilee, financé par l’État, et sont désormais concentrés dans la société affiliée MigVax.

Contrairement au vaccin de Pfizer, le produit n’utilise pas l’ARN messager mais plutôt la technologie des sous-unités, qui contient des morceaux purifiés du virus, sélectionnés pour leur capacité à stimuler les cellules immunitaires.

Lorsqu’il est devenu évident que l’action des autres vaccins injectés était plus rapide, l’équipe de MigVax s’est recentrée sur sa production en tant que dose de rappel plutôt qu’en tant qu’inoculation initiale, et Zigdon a déclaré qu’il s’avérera désormais essentiel pour maintenir l’immunité des mois après la vaccination inertielle.

« Les rappels oraux sont beaucoup plus faciles à administrer que les troisièmes injections, notamment dans les pays pauvres ou dans les endroits où le personnel médical est insuffisant », a-t-il déclaré.

Le vaccin oral doit être réfrigéré, mais ne nécessite pas de conditions de « congélation », ce qui facilite la logistique, a-t-il ajouté.

Le professeur Itamar Shalit, principal expert en maladies infectieuses de MigVax, a commenté : « Quinze mois après le début de la pandémie, nous constatons que la lutte pour maintenir le COVID sous contrôle est presque aussi difficile que la lutte initiale.

« Les rappels oraux tels que notre MigVax-101 seront des outils clés qui aideront les organismes de santé du monde entier à passer du « mode panique » à la routine, grâce à leur capacité à réduire le coût et à étendre la portée des programmes de vaccination en cours. »

Seulement six nouveaux cas de COVID-19 ont été détectés hier en Israël, selon le ministère de la Santé. On compte actuellement 208 cas actifs dans tout le pays.

À la mi-janvier, il y avait près de 9 000 nouveaux cas par jour et plus de 80 000 cas actifs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...