COVID : Une experte israélienne pro-vaccins dit avoir reçu des menaces de mort
Rechercher

COVID : Une experte israélienne pro-vaccins dit avoir reçu des menaces de mort

La Dr Gili Regev-Yochay, qui a récemment recommandé une injection de rappel pour les Israéliens plus âgés, a déposé plainte après avoir reçu l'ordre de "se tuer"

Prof. Gili Regev-Yochai, directrice de l'Unité d'épidémiologie des maladies infectieuses au Centre médical Sheba (Crédit : capture d'écran YouTube)
Prof. Gili Regev-Yochai, directrice de l'Unité d'épidémiologie des maladies infectieuses au Centre médical Sheba (Crédit : capture d'écran YouTube)

Une médecin israélienne qui a participé à de nombreuses études sur les vaccins contre le coronavirus et qui prône la vaccination a déposé une plainte à la police mardi après avoir reçu des menaces de mort. 

Parmi les messages de menace envoyés à la Dr Gili Regev-Yochay, directrice de l’Unité d’épidémiologie des maladies infectieuses du Centre médical Sheba, figuraient « Tuez-vous avant de recommander à une autre personne de s’injecter [un vaccin] » et « Puissiez-vous souffrir de paralysie jusqu’à votre dernier jour ». 

Les messages ont été envoyés de manière anonyme.   

Mme Regev-Yochay a régulièrement participé à des interviews pendant la pandémie et le réseau a noté qu’elle était associée à la campagne de vaccination du ministère de la Santé, ce qui fait d’elle une cible pour les opposants au vaccin. 

Elle a récemment fait partie des experts qui ont recommandé que les personnes de plus de 60 ans reçoivent une troisième dose de vaccin contre le coronavirus. 

En juin, Kan news a rapporté que la professeure Galia Rahav de Sheba, membre du panel du ministère de la Santé qui a donné son avis sur les vaccinations contre le COVID-19, a reçu des menaces de mort pendant le processus d’approbation de l’inoculation des enfants.

Le professeur Galia Rahav à Tel Aviv le 22 juin 2020 (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Parmi les messages de menace envoyés à Rahav figuraient des images de pierres tombales portant son nom et une pulsa dinora, une malédiction de mort juive qui se traduit littéralement par « des coups de fouet de feu ». 

« Les menaces, la violence et l’agressivité ne devraient pas dicter la voie à suivre à une nation. Les experts de Sheba continueront à exprimer leur position professionnelle librement et publiquement », avait alors déclaré l’hôpital.  

En mars, Rahav a reçu un message qui disait : « Galia, j’espère et je languis pour le jour où Dieu te prendra bientôt », tandis qu’un autre la décrivait comme « la future voisine d’Hitler en enfer ». 

D’autres responsables de la santé ont également reçu des menaces concernant la campagne de vaccination et ont été comparés à des nazis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...