Rechercher

COVID : Zarka fait preuve d’un optimisme prudent quant à la fin de la 6e vague

Malgré la découverte du sous-variant BA2.75 en Israël, le responsable chargé de la lutte contre le coronavirus affirme que le port du masque ne devrait pas redevenir obligatoire

Des gens portant des masques dans le centre-ville de Jérusalem, le 7 février 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des gens portant des masques dans le centre-ville de Jérusalem, le 7 février 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Malgré la découverte d’un nouveau sous-variant COVID en Israël cette semaine, le responsable chargé de la lutte contre le coronavirus, Salman Zarka, a redonner un peu d’espoir lundi, suggérant que la vague actuelle allait bientôt se calmer.

Deux semaines après avoir exhorté le public à porter des masques en intérieur et déclaré que les autorités sanitaires envisageaient de réintroduire une obligation de port de masque, Zarka a déclaré à North Radio 104.5FM qu’il ne pensait pas qu’une telle mesure soit nécessaire.

« Tant que le nombre de cas reste stable, il ne nous semble pas nécessaire d’obliger le public à porter un masque », a déclaré Zarka.

Israël a levé l’obligation du port du masque à l’intérieur en avril après les avoir rendus obligatoires pendant près de deux ans, à l’exception d’une période de deux semaines en 2021.

La découverte de trois nouveaux cas du sous-variant BA2.75 en Israël dimanche n’a pas empêché Zarka de maintenir une perspective positive, bien qu’il ait noté que chaque fois qu’un nouveau variant apparaît, il y a « matière à préoccupation. »

« Tant que nous ne sommes pas sûrs de la transmissibilité et de l’agressivité d’un variant, c’est notre rôle d’être prudents. C’est pourquoi nous sommes quelque peu préoccupés jusqu’à ce que la question soit clairement clarifiée », a déclaré Zarka.

Capture d’écran de la vidéo du responsable chargé de la lutte contre le coronavirus, Salman Zarka, lors d’un point de presse vidéo, le 6 juillet 2022. (Crédit : Twitter)

Surnommé « Centaurus », ce variant relativement nouveau a également été détectée dans d’autres pays, notamment aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni, en Allemagne, en Australie et aux Pays-Bas.

Depuis la fin des tests PCR obligatoires pour les personnes atterrissant à l’aéroport Ben Gurion en mai, il est difficile d’évaluer avec précision le nombre de cas ainsi que les nouveaux variants entrant dans le pays.

Zarka a déclaré que selon l’estimation du ministère de la Santé, il y a déjà probablement entre 30 et 100 cas du sous-variant BA2.75 en Israël.

Le nombre de nouveaux cas quotidiens de COVID-19 a continué à baisser, avec 7 976 cas confirmés signalés dimanche, contre 12 252 cas confirmés deux semaines plus tôt. Le taux de positivité parmi les personnes testées était de 31%, et le nombre R était de 0,87, ce qui indique que la vague actuelle est en déclin.

Bien que le nombre de cas quotidiens soit en baisse, les données du ministère de la Santé publiées dimanche font état de 456 personnes atteintes du COVID hospitalisées dans un état grave, soit le chiffre le plus élevé de l’actuelle – sixième – vague.

Un enfant reçoit une dose du vaccin COVID-19, dans un centre de vaccination Clallit à Jérusalem, le 21 décembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Zarka a toutefois prédit que le nombre de nouveaux cas quotidiens et de personnes gravement malades du COVID commencera à diminuer au cours de la semaine à venir.

Deux semaines après que le ministère de la Santé a approuvé l’administration des vaccins COVID aux enfants âgés de six mois à cinq ans, Zarka a déclaré que ces vaccins n’avaient pas encore été administrés, car Israël attend toujours la livraison des bons dosages.

« Nous parlons d’une dose réduite ; la question de la sécurité est la plus importante – le vaccin a été très bien testé à cet égard », a-t-il déclaré.

Les vaccins COVID destinés aux bébés et aux jeunes enfants ne susciteraient, à priori, qu’un intérêt assez faible en Israël. Dimanche, moins de 18% des enfants âgés de 5 à 11 ans avaient reçu les deux doses du vaccin COVID, tandis que 25% en avaient reçu au moins une.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...