Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Dans le réfectoire de Nir Oz vide, les photos des 38 morts et des 75 otages

Les survivants ont disposé les photos des victimes à leur place habituelle dans le "centre de vie" de la communauté, où "la vie ne reviendra que lorsque les otages reviendront"

Une table dressée dans la salle à manger du kibboutz Nir Oz avec des affiches des personnes assassinées et enlevées lors du massacre du 7 octobre par le Hamas, le 14 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Une table dressée dans la salle à manger du kibboutz Nir Oz avec des affiches des personnes assassinées et enlevées lors du massacre du 7 octobre par le Hamas, le 14 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Les résidents de Nir Oz sont revenus mardi dans leur kibboutz dévasté pour dresser une table avec des affiches en l’honneur de ceux qui ont été tués ou pris en otages lors de l’attaque sanglante du groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre sur le sud d’Israël.

Natalie Madmon, dont la mère Ofelia Roitman est l’une des quelque 240 otages pris par les terroristes dans les communautés voisines de Gaza, a déclaré à la Douzième chaîne qu’elle connaissait toutes les familles du kibboutz. Elle a placé les photos des victimes « comme elles s’assiéraient si elles étaient ici ».

Le réfectoire est « le centre de la vie où tout le monde vient, les travailleurs, les étudiants, les jeunes et les vieux », a-t-elle déclaré.

La Douzième chaîne a également montré des résidents du kibboutz plaçant des autocollants portant la mention « kidnappé » ou « assassiné » sur des boîtes aux lettres appartenant aux victimes de l’assaut.

Selon le reportage, 38 personnes ont été tuées dans le kibboutz et 75 ont été enlevées. Ces chiffres indiquent que Nir Oz abritait près d’un tiers des 243 otages dont la détention est actuellement confirmée dans la bande de Gaza.

Les habitants du kibboutz séjournent actuellement dans un hôtel de la mer Morte, mais prévoient de s’installer temporairement dans un quartier de la ville de Kiryat Gat, dans le sud du pays, jusqu’à ce que le kibboutz soit réhabilité et que la guerre soit terminée.

Des boîtes aux lettres appartenant aux victimes de l’attaque du 7 octobre du Hamas, étiquetées comme « kidnappées » ou « assassinées », au kibboutz Nir Oz, le 14 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran de la Douzième chaîne : utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Madmon a déclaré à la chaîne qu’elle avait été en contact avec sa mère au petit matin du 7 octobre, alors que des terroristes déferlaient sur les maisons et la communauté, tuant, agressant et enlevant des dizaines de personnes.

À 9h30, elle a reçu un message disant que tout allait bien. Puis sept minutes plus tard, elle reçoit un message vocal : « Ils sont là. S’il vous plaît, ils sont là », a rapporté Roitman.

« La vie ne reviendra que lorsque les otages viendront ici, maintenant », a déclaré Madmon.

Yaël Ben Ezra, dont le père, Saïd, a été assassiné et la mère, Adina, enlevée, a déclaré qu’elle avait dû mettre de côté son chagrin pour revenir au kibboutz et mettre en place le réfectoire.

« Il y a un fossé énorme entre mon désir d’être avec lui, de pleurer en silence, et (…) mon sentiment que c’est sa volonté, de se battre pour elle », a-t-elle déclaré.

Des dizaines de communautés, dont celle de Nir Oz, ont dû être évacuées en raison de la guerre, qui a débuté le 7 octobre lorsque des hordes de terroristes du Hamas en provenance de Gaza ont envahi Israël, massacrant 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et enlevant au moins 240 hommes, femmes et enfants, qui sont retenus en captivité à Gaza.

L’attaque s’est déroulée sous un déluge de milliers de roquettes tirées sur les centres de population israéliens. Israël a répondu par une opération militaire et a promis d’éradiquer le Hamas, qui dirige la bande de Gaza depuis 2007.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.