David Friedman : Le plan de paix Trump favorisera « l’autonomie » des Palestiniens
Rechercher

David Friedman : Le plan de paix Trump favorisera « l’autonomie » des Palestiniens

L'envoyé américain ne soutient pas la création d'un État pour les Palestiniens, se félicite de l'approbation par Israël des permis de construire palestiniens en Cisjordanie

L'ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, prend la parole devant le Forum économique international israélo-palestinien à Jérusalem, le 21 février 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)
L'ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, prend la parole devant le Forum économique international israélo-palestinien à Jérusalem, le 21 février 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

L’ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman, a déclaré mardi que le plan de paix de l’administration Trump vise à « l’autonomie palestinienne » et à l’auto-gouvernance, mais ne s’est pas prononcé en faveur de la création d’un État palestinien.

Dans une interview accordée à CNN, le diplomate américain a également minimisé ses commentaires passés sur l’annexion par Israël de parties de la Cisjordanie dans le cadre d’un futur accord, affirmant que Jérusalem n’avait pas soulevé la question avec Washington, laissant le sujet totalement « hypothétique ».

Il a également salué l’approbation par le cabinet de sécurité israélien de projets de construction palestiniens dans la zone C de la Cisjordanie et a déclaré que l’administration américaine encourageait Israël à améliorer les conditions des Palestiniens dans cette zone.

« Nous pensons que c’est bon pour Israël et pour les Palestiniens. C’est une question qui revêt une importance et une portée réelles pour nous si nous voulons améliorer la qualité de vie », a-t-il dit.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite), le conseiller américain pour la sécurité nationale John Bolton (C) et l’ambassadeur américain en Israël David Friedman visitent la vallée du Jourdain, le 23 juin 2019. (Kobi Gideon/GPO)

A la question de savoir si la vision politique du plan de paix américain, qui n’a pas encore été dévoilé, est basée sur une formule de solution à deux Etats, Friedman a répondu : « Nous n’avons pas utilisé cette expression, mais ce n’est pas parce que nous essayons de nous diriger vers une solution à un seul État… La position que nous avons, c’est de convenir à l’avance d’un État parce que le mot État évoque tellement de problèmes potentiels que nous pensons qu’il nous rend un mauvais service d’utiliser cette expression jusqu’à ce que nous puissions avoir une vision exhaustive des droits et limitations qui seraient accordés à une autonomie palestinienne ».

« Nous croyons en une autonomie palestinienne, nous croyons en une gouvernance civile autonome, nous croyons que l’autonomie devrait être prolongée jusqu’au point où elle interfère avec la sécurité israélienne et que c’est quelque chose de difficile à mettre en place », a ajouté Friedman, qualifiant d’“écrasant” le défi de la sauvegarde de la sécurité d’Israël dans le cadre d’un plan de paix.

La conférence économique de Bahreïn du mois dernier visait à « essayer d’aider les Palestiniens à créer certaines des institutions nécessaires à la création d’un État », a poursuivi Friedman.

« Parce que, soyons clairs, la dernière chose dont le monde a besoin, c’est d’un État palestinien défaillant entre la Jordanie et Israël, et le gouvernement palestinien est actuellement si vulnérable », a dit Friedman, citant des menaces contre la gouvernance de l’AP par les groupes terroristes Hamas, Jihad islamique et autres.

L’envoyé américain au Moyen orient Jason Greenblatt rencontre le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas en marge du sommet de la Ligue arabe à Amman, le 28 mars 2017. (Crédit : Thair Ghnaim/Wafa)

Faisant l’éloge de l’ancien Premier ministre Yitzhak Rabin en tant que « grand héros israélien » qui « a donné sa vie pour la cause de la paix », Friedman a noté que le regretté leader israélien était également peu enclin à approuver un État palestinien.

« Et quand Yitzhak Rabin s’est adressé à la Knesset pour vendre les Accords d’Oslo, il n’était pas non plus disposé à utiliser le terme d’État palestinien. Il préférait des mots comme autonomie et auto-gouvernance. Parce que ce mot, je pense qu’il ne fait que créer des attentes – parce que ce mot, je pense qu’il ne fait que créer des attentes – vous savez, il incite tout le monde à se retirer dans son coin et ça ne sert à rien. »

Friedman a également été sollicité au sujet d’une entrevue avec le New York Times le mois dernier, dans laquelle il suggérait qu’un certain degré d’annexion de la Cisjordanie par Israël pourrait être légitime.

« Je ne sais pas, la question m’a été posée hypothétiquement », a-t-il dit, répondant à une question sur la superficie du territoire dont il envisage qu’Israël pourrait annexer et dans quelles circonstances.

« Israël ne nous a présenté aucun plan pour maintenir ou annexer une partie quelconque de la Cisjordanie et nous n’avons aucune opinion à ce sujet, d’accord ? Mon point de vue était d’ordre juridique, à savoir si Israël a le droit légal, dans certaines circonstances, de conserver une partie de la Cisjordanie », a-t-il poursuivi.

« La réponse est oui, mais c’est une question hypothétique, mais c’est surtout une question juridique. Et ce n’est pas un conflit qui va être résolu par un tribunal. Il doit être résolu diplomatiquement. Je pense donc que l’importance qui a été donnée à cela ne correspond pas à sa valeur réelle. »

Cette interview précédait une visite dans la région du conseiller et gendre de M. Trump, Jared Kushner, qui rencontrera les dirigeants régionaux pour faire avancer la proposition de paix. Le mois dernier, M. Kushner a exposé au Bahreïn les objectifs ambitieux du plan en matière d’investissement et de développement pour les Palestiniens, mais les aspects politiques du plan restent toujours dans le secret le plus absolu.

Les Palestiniens ont ignoré la conférence de Bahreïn et rejeté catégoriquement le plan de paix, poursuivant son boycott de l’administration depuis que Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël en décembre 2017 et réduit l’aide aux Palestiniens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...