Décès d’Eva Mozes Kor, survivante d’Auschwitz, fondatrice du musée CANDLES
Rechercher

Décès d’Eva Mozes Kor, survivante d’Auschwitz, fondatrice du musée CANDLES

Originaire de Roumanie, elle a subi des expériences entre les mains de Mengele avec sa jumelle et a fait les gros titres pour son travail de "pardon" des nazis

La survivante d'Auschwitz Eva Kor dans un tribunal de Lueneburg, en Allemagne, le 21 avril 2015. (Crédit : Julian Stratenschulte/Pool Photo via AP)
La survivante d'Auschwitz Eva Kor dans un tribunal de Lueneburg, en Allemagne, le 21 avril 2015. (Crédit : Julian Stratenschulte/Pool Photo via AP)

La survivante du camp de la mort nazi Auschwitz-Birkenau Eva Mozes Kor, victime des expériences inhumaines du docteur Josef Mengele, est décédée jeudi soir à Cracovie, en Pologne, à l’âge de 85 ans, a-t-on appris de trois sources indépendantes.

Née en Roumanie, Eva Kor fut fondatrice du CANDLES Holocaust Museum and Education Center à Terre Haute aux Etats-Unis, consacré au souvenir et à la réconciliation.

« Nous sommes profondément attristés d’annoncer le décès d’Eva Kor, survivante de l’Holocauste, l’avocate du pardon et fondatrice du CANDLES Holocaust Museum and Education Centre », a indiqué l’établissement sur son compte Twitter officiel.

Eva Kor est décédée lors d’un voyage annuel organisé par son musée, comprenant la visite de l’ancien camp nazi d’Auschwitz-Birkenau.

La survivante d’Auschwitz Eva Kor en visite dans le camp de concentration en 2007. (Autorisation)

« Il y a seulement cinq jours, nous avons enregistré le témoignage d’Eva Kor, survivante d’Auschwitz, pour le compte de @AuschwitzMuseum Archive. Aujourd’hui, nous apprenons qu’elle est décédée », a indiqué sur twitter le musée d’Auschwitz.

« J’ai le coeur brisé en annonçant qu’Eva Kor est décédée et qu’elle sera enterrée aux États-Unis », a déclaré à l’AFP le grand rabbin de Pologne Michael Schudrich.

En 2013, Kor a rencontré Rainer Höss, dont le grand-père Rudolf Höss commandait Auschwitz pendant une grande partie de la guerre. Höss est aussi celui qui a pris la décision d’utiliser des pesticides Zyklon B pour tuer les prisonniers dans les chambres à gaz du camp.

Depuis la découverte de la vérité sur les actions de son grand-père, Rainer Höss est devenu un critique féroce et public de son aïeul et a cherché à apprendre tout ce qu’il pouvait sur ses sombres racines. Lorsque sa famille a critiqué ses choix, Höss a coupé ses liens avec eux. Il consacre ces dernières années à éduquer les écoliers sur les dangers de l’extrême-droite.

Rainer Höss et Eva Mozes (Crédit : capture d’écran YouTube)

Höss, 49 ans, est entré en contact avec elle et a demandé à la rencontrer. Il lui a également demandé si elle accepterait de devenir sa grand-mère adoptive. Après leur rencontre, Kor a consenti.

En 2015, elle avait assisté au procès d’Oskar Groening, nonagénaire, ancien comptable du camp de la mort, accusé de « complicité » dans l’envoi de 300 000 Juifs dans les chambres à gaz entre mai et juillet 1944.

Elle avait de nouveau fait les gros titres quand des photos d’elle embrassant l’ancien SS ont fait le tour de la toile.

La survivante de la Shoah Eva Kor et l’ancien SS Oskar Groening durant le procès de ce dernier. (Crédit : capture d’écran Daily Mail)

Lors de ce procès, elle a dépeint la réalité de ce camp où elle a vu disparaître sur la rampe, « en 40 minutes », ses parents et ses soeurs de 12 et 14 ans.

Elle a rappelé alors les expériences terrifiantes du tristement célèbre docteur Josef Mengele sur les déportés, en particulier sur les vrais jumeaux qui le fascinaient.

A 10 ans, elle survit seule aux côtés de sa jumelle Miriam, parmi les rats et les poux, soumise aux piqûres régulières de « l’Ange de la Mort », qui lui injectait une substance figeant la croissance de ses reins.

Les jumelles Miriam (g) et Eva Mozes, en Roumanie, en 1949. (Autorisation)

« Si j’étais morte, Miriam aurait été tuée avec une injection dans le coeur. Mengele aurait mené une autopsie comparée », a-t-elle alors indiqué.

Le 27 janvier 1945, les deux soeurs ont vu les soldats russes libérer le camp.

Après avoir vécu ensuite en Israël puis à Terre Haute, dans l’Indiana, Eva Mozes Kor a ouvert en 1995 le musée CANDLES sur l’Holocauste, avec pour mission de prévenir les préjugés et la haine par le biais d’une éducation sur la Shoah.

Dans une interview accordée en Times of Israël en 2016, Kor avait expliqué qu’elle pensait que son message avait été mal interprété par d’autres survivants. Si le « pardon et l’oubli » sont souvent associés, elle a ressenti le besoin de distinguer clairement les deux.

Pendant la Seconde guerre mondiale, environ 1,1 million de personnes, dont près d’un million de Juifs, ont été tuées par les nazis dans le camp d’Auschwitz-Birkenau, installé par les nazis allemands dans le sud de la Pologne occupée, entre 1940 à 1945.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...