Rechercher

Défense aérienne laser : Israël progresse et lance la première acquisition

Le Premier ministre Bennett avait annoncé que le système serait déployé en test à la frontière de Gaza cette année mais des responsables estiment qu'il faudra quelques années

On présente au ministre de la Défense, Benny Gantz (deuxième à partir de la gauche), un tout nouveau système de défense aérienne au laser, dans un complexe de fabrication d’armes de Rafael en Israël, le 17 mars 2022. (Crédit
On présente au ministre de la Défense, Benny Gantz (deuxième à partir de la gauche), un tout nouveau système de défense aérienne au laser, dans un complexe de fabrication d’armes de Rafael en Israël, le 17 mars 2022. (Crédit <. Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a déclaré jeudi que son bureau conclurait un contrat dans les tout prochains jours pour l’acquisition d’un système de défense aérienne laser protégeant Israël des roquettes et des drones.

« Nous sommes au début du process. Cela prendra du temps, ce n’est pas procédure rapide, mais nous ferons au plus vite », a déclaré Gantz aux journalistes.

Ces commentaires ont jeté un froid après l’annonce, par le Premier ministre Naftali Bennett, le mois dernier, qu’Israël déploierait le système cette année-même.

Le système de défense laser est en test au sein du ministère de La Défense depuis quelques années. Il a même permis d’abattre un drone l’année dernière.

Le service de R&D avait initialement prévu de déployer le système antimissile d’ici 2024, mais l’armée a fait pression pour un déploiement plus précoce. Cet empressement est manifestement lié à la crainte que dans un conflit futur, l’armée ne dispose pas de suffisamment de missiles intercepteurs pour le Dôme de fer et autres systèmes de défense aérienne pour abattre roquettes, missiles et drones entrants.

Selon le chef de l’équipe de R&D du ministère, le général de brigade (de réserve) Yaniv Rotem, le système au sol sera prêt dans « moins de dix ans ».

« Nous sommes tout à fait prêts à passer la commande… et commencer le développement à grande échelle, ce qui signifie terminer le développement et l’approvisionnement initial », a précisé Rotem.

Un nouveau système de défense aérienne au laser, dans un complexe de fabrication d’armes Rafael en Israël, le 17 mars 2022. (Ministère de la Défense)

Gantz a déclaré que des centaines de millions de shekels seraient alloués aux dernières étapes de développement et à la phase d’essai, au cours desquelles le système serait placé à la frontière avec la bande de Gaza. Des centaines de millions de shekels supplémentaires seront alloués à la prochaine étape, sous réserve d’avancement du process.

Développé avec le fabricant d’armes Rafael, le système laser au sol – Iron Beam – n’est pas destiné à remplacer le Dôme de fer ou les autres systèmes de défense aérienne d’Israël, mais à les compléter, en permettant d’abattre des projectiles plus petits, laissant les plus gros projectiles aux batteries plus robustes emportées par des missiles, a complété Rotem.

Le laser de haute puissance s’est avéré plus puissant que ce que l’équipe du ministère avait initialement envisagé, a déclaré Rotem, sans détailler le nombre exact de kilowatts requis.

Selon le ministère de la Défense, tant qu’il y a une source d’énergie constante pour le laser, il n’y a aucun risque de manquer de munitions.

L’inconvénient d’un système laser est qu’il ne fonctionne pas bien dans des conditions de faible visibilité, par exemple lorsqu’il y a une forte couverture nuageuse ou des intempéries.

Pour cette raison, le ministère souhaite également embarquer le système sur un avion, afin de contourner cette limitation en plaçant le système au-dessus des nuages. Cela sera possible dans quelques années, ont déclaré des responsables du ministère.

« Ce puissant système laser est le premier du genre dans le monde entier », a déclaré Yoav Har-Even, directeur général de Rafael Advanced Defense Systems.

« Après de nombreuses années de recherche et de développement, nous considérons ce programme stratégique comme une étape importante dans l’amélioration des capacités de défense aérienne d’Israël », a-t-il ajouté.

Une maquette générée par ordinateur d’un projet de système de défense aérienne au laser en cours de développement par le ministère de la Défense d’Israël, le 8 janvier 2020. (Ministère de la Défense)

« Aujourd’hui, nous franchissons une étape à la fois spectaculaire et importante, qui opère un changement sur le champ de bataille, pour une sécurité accrue des citoyens israéliens face aux menaces croissantes à nos frontières, en provenance de Gaza, du Liban ou de Syrie, sous les auspices de l’Iran et des organisations terroristes », a déclaré Gantz.

Le groupe terroriste libanais Hezbollah disposerait d’un arsenal de quelque 130 000 roquettes, missiles et obus de mortier susceptibles, selon l’armée, d’être employés contre Israël lors d’un futur affrontement.

Les deux groupes terroristes majeurs de la bande de Gaza, le Hamas et le Jihad islamique palestinien, posséderaient également chacun des milliers de roquettes et d’obus de mortier, même après les plus de 4000 tirs opérés sur Israël, pendant la guerre de 11 jours, l’an dernier.

Les responsables militaires israéliens ont également déclaré avoir constaté une augmentation des attaques de drones perpétrées par l’Iran, ces dernières années, évoquant un « terrorisme au drone ».

Face à ces menaces et tant d’autres, Israël opère un réseau de défense aérienne à plusieurs niveaux, composé du Dôme de fer, pour une défense à courte portée, de la fronde David pour la moyenne portée et des systèmes Arrow et Patriot pour la longue portée.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...