Déficit : la banque centrale dit d’augmenter les impôts et baisser les dépenses
Rechercher

Déficit : la banque centrale dit d’augmenter les impôts et baisser les dépenses

Le gouverneur de la Banque d'Israël, Amir Yaron, dit que les investissements dans les infrastructures et l'éducation sont nécessaires pour améliorer la productivité de l'économie

Le gouverneur de la Banque d'Israël, Amir Yaron (à gauche), présente le rapport annuel 2018 de la Banque d'Israël au président Reuven Rivlin, 31 mars 2019. (Mark Neiman, GPO)
Le gouverneur de la Banque d'Israël, Amir Yaron (à gauche), présente le rapport annuel 2018 de la Banque d'Israël au président Reuven Rivlin, 31 mars 2019. (Mark Neiman, GPO)

Le prochain gouvernement israélien devra soit augmenter les impôts soit réduire les dépenses pour contenir le déficit budgétaire, a déclaré le gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, dans une lettre publiée dimanche à l’occasion de la présentation du rapport annuel 2018 de la banque centrale.

Le déficit budgétaire en 2018 est passé à 2,9 % du produit intérieur brut, ou PIB, soit un point de pourcentage de plus que le déficit de 2017, les dépenses publiques ayant augmenté et les recettes fiscales ayant diminué l’an dernier. Cette augmentation du déficit a mis fin à la tendance à la baisse du ratio de la dette publique au PIB, qui a atteint 61 % cette année.

« L’augmentation des dépenses du gouvernement au cours des dernières années, accompagnée d’une baisse des taux d’imposition prévus par la loi, va augmenter le déficit structurel à un niveau qui n’est pas souhaitable si cela se poursuit pendant une période prolongée », a écrit Amir Yaron. « Les risques inhérents à une telle situation augmenteront si le taux de croissance ralentit. »

Le gouvernement devrait s’efforcer de réduire le déficit budgétaire lorsque l’économie est forte, car le report du règlement de la question pourrait signifier qu’il devra augmenter les impôts ou réduire les coûts exactement au moment où l’expansion budgétaire est nécessaire pour soutenir l’activité économique, a-t-il écrit.

« Comme les projets du gouvernement pour les années à venir impliquent d’importantes dépenses, les ajustements budgétaires exigeront vraisemblablement que le gouvernement augmente l’efficacité de ses activités et change ses priorités », a écrit Yaron, en plus de l’augmentation des recettes fiscales.

En 2018, le PIB a augmenté de 3,3 % et le taux d’emploi a continué d’augmenter, le taux de chômage atteignant son plus bas niveau depuis plusieurs décennies. Les salaires ont augmenté.

Le PIB par habitant en Israël, cependant, reste « plus bas que dans les autres économies avancées », a écrit Yaron. « Non seulement l’économie ne parvient pas à réduire l’écart, mais ces dernières années, le PIB par habitant a augmenté plus lentement que dans ces pays, même si le taux d’emploi en Israël a augmenté rapidement ».

En outre, des prévisions de croissance démographique plus lentes ainsi que d’autres processus « devraient ralentir le taux de croissance potentiel dans les décennies à venir », a-t-il écrit.

« Tous ces éléments soulignent la nécessité d’une politique globale visant à accroître la productivité de l’économie », a-t-il déclaré, en améliorant la qualité des investissements dans le capital humain et les infrastructures et en réduisant la réglementation pour améliorer l’environnement des entreprises.

Image illustrative d’écoliers et de professeur en classe. (Dolgachov, iStock/Getty Images)

Pour améliorer le capital humain, le gouvernement doit investir dans une meilleure éducation, « à tous les niveaux », à partir de 0-3 ans, « afin de permettre une amélioration prolongée des résultats de tous les élèves et de leur fournir les compétences de base nécessaires pour le futur marché du travail ».

Des efforts particuliers, a-t-il dit, « devraient être axés sur la réduction des écarts de réussite entre les élèves des différents groupes de population et milieux socio-économiques, car ces écarts sont très élevés par rapport à d’autres pays ».

Il faut investir massivement dans l’infrastructure, principalement dans les transports en commun et les réseaux métropolitains de transport en commun.

Le gouvernement doit aussi continuer à « améliorer et à simplifier la réglementation », à stimuler la concurrence et à accroître les importations de divers produits.

Outre les mesures visant à accroître la productivité, le gouvernement devrait s’efforcer d’accroître les taux d’emploi dans les secteurs où la participation à la population active est faible, en leur enseignant les compétences dont ils ont besoin pour ce faire.

« Une politique globale et persistante dans ces domaines contribuera à améliorer le niveau de vie de tous les segments de la population et à réduire les inégalités dans l’économie », a déclaré M. Yaron.

Les prix des maisons ont baissé en 2018 pour la première fois après environ une décennie de hausse rapide, écrit-il. Les mesures prises par le gouvernement au cours des années précédentes pour accroître sensiblement l’offre et freiner la demande ont contribué à l’arrêt de cette hausse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...