Des activistes d’extrême-droite s’en prennent au Palestinien qui a filmé le soldat de Hébron
Rechercher

Des activistes d’extrême-droite s’en prennent au Palestinien qui a filmé le soldat de Hébron

La famille du soldat arrêté à Hébron dit que les autorités “le poignardent dans le dos et l’abandonnent”

Des soutiens manifestent devant le camp de Tzrifin, où un soldat israélien est détenu pour avoir tiré sur et abattu un Palestinien, le 26 mars 2016. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Des soutiens manifestent devant le camp de Tzrifin, où un soldat israélien est détenu pour avoir tiré sur et abattu un Palestinien, le 26 mars 2016. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Des militants d’extrême-droite ont porté samedi soir plainte contre un pigiste palestinien travaillant pour l’organisation de défense des droits de l’Homme B’Tselem, qui a filmé un soldat de l’armée israélienne tirant un Palestinien qui avait mené une attaque au couteau à Hébron, apparemment après que ce dernier ne constitue plus une menace.

L’avocat Itamar Ben Gvir et Bentzi Gopstein, dirigeant de l’organisation anti-arabe Lehava, ont critiqué le fait qu’Emad abu-Shamsiyah, le militant de B’Tselem, était sur les lieux pour filmer les évènements quelques minutes après que deux Palestiniens ont mené une attaque au couteau.

« Il est remarquable que cela ne soit pas la première fois que des militants de l’organisation de gauche radicale B’Tselem soient au bon endroit pour ce qui les concerne, et au bon moment pour ce qui les concerne, a déclaré Ben Gvir. Il serait naïf de penser que c’est une coïncidence. Il serait approprié d’examiner s’il y a une coordination entre les différentes personnes exécutant des délits et se trouver au même endroit exactement au même moment. »

L’incident de jeudi soir est intervenu quelques minutes après qu’un soldat de l’armée israélienne a été modérément blessé dans une attaque au couteau menée par deux Palestiniens. Un attaquant a été abattu pendant qu’il menait l’attaque et l’autre a été blessé. Dans la vidéo filmée par abu-Shamsiyah, un soldat peut être vu s’approchant du terroriste blessé, qui est allongé au sol, et lui tire dans la tête à bout portant.

La vidéo a immédiatement déclenché une controverse en Israël, et le soldat a été arrêté. Les dirigeants du pays, y compris le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Moshe Yaalon, ont publié des communiqués condamnant ce comportement comme une violation du code éthique de l’armée israélienne.

Pendant le week-end, des militants de gauche ont trouvé la page Facebook du soldat et ont publié ses informations personnelles en ligne. Selon la radio publique israélienne, le numéro de téléphone privé du père du soldat a depuis été posté sur des sites internet affiliés au Hamas.

Samedi soir, la sœur du soldat avait déclaré que l’Etat d’Israël « l’a poignardé dans le dos et abandonné ». Elle a dit que la vidéo de l’incident « présente une version partiale des évènements, et depuis ce moment, nous avons entendu les dirigeants du pays le juger, disant que son verdict, et tout ce qui reste à faire est de l’exécuter, sans même le laisser se défendre. »

La police israélienne examinait une plainte de la famille du soldat disant qu’ils recevaient des menaces de mort par téléphone. Des articles citant la famille disant qu’un homme parlant avec un accent arabe avait appelé la famille samedi et menacé : « Vous êtes les prochains ».

Samedi soir, des douzaines de personnes ont manifesté devant la base militaire de Tzrifin où les soldats est détenu, et ont demandé sa libération. Parmi les militants se trouvaient des soldats combattants et des officiers de réserve et en service obligatoire, ainsi que des mères de soldats combattants en service obligatoire, a annoncé la radio militaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...