Des centaines de personnes aux funérailles d’Ori Ansbacher, tuée à Jérusalem
Rechercher

Des centaines de personnes aux funérailles d’Ori Ansbacher, tuée à Jérusalem

Le corps sans vie d'Ansbacher, a été retrouvé jeudi soir ; le Premier ministre a juré que l'auteur du meurtre de la jeune fille de de Tekoa, en Cisjordanie, sera retrouvé

Des amis et des proches aux funérailles d'Ori Ansbacher, dans l'implantation juive de Tekoa, en Cisjordanie, le 8 février 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des amis et des proches aux funérailles d'Ori Ansbacher, dans l'implantation juive de Tekoa, en Cisjordanie, le 8 février 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des centaines de personnes se sont rendues vendredi aux funérailles d’Ori Ansbacher, 19 ans, dont le corps sans vie a été retrouvé jeudi soir aux abords de Jérusalem. L’inhumation a eu lieu au sein de l’implantation de Tekoa, en Cisjordanie, là où vivait la jeune fille.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a fait une déclaration sur ce meurtre, estimant qu’Ansbacher avait été tué « avec une brutalité choquante ».

« En cette heure difficile, nous nous tenons aux côtés de la famille Ansbacher et de la population de Tekoa. Les forces de sécurité enquêtent sur le meurtre – nous retrouverons ses auteurs et nous le traduirons en justice », a dit le Premier ministre.

Le président Reuven Rivlin a envoyé un message de condoléances à la famille, disant que « le cœur se brise devant la perte de la vie ».

Ori Ansbacher (Autorisation)

La sœur d’Ansbacher, Tama, a fait l’éloge funèbre d’Ori, a fait savoir le site Ynet.

« Samedi dernier, tu avais dit que tu n’arrivais pas à croire que tu aurais vingt ans à la fin de l’année. Aujourd’hui, tu n’es plus là. Tu m’as tellement appris – à danser, à chanter, avec ta lumière. Tu tentais en permanence de régler les choses, de grandir. Je t’aime tellement et je suis si triste de ne pas t’avoir dit toujours cela. Adieu, Ori », a-t-elle dit.

Le père d’Ori, le rabbin Gadi Ansbacher, a déclaré, en larmes, ne pouvoir trouver les mots pour s’exprimer.

« Je n’y crois pas, je ne sais pas quoi dire. Je pense à toi maintenant – combien tu voyais les choses avec finesse, avec clarté. L’année dernière, Ori, tu avais gagné. Tu as vécu une vie toute entière », a-t-il dit.

Jeudi soir, le corps sans vie d’Ansbacher avait été retrouvé avec des « traces de violences » à Ein Yael, dans le sud de Jérusalem, avait fait savoir la police.

Des amis et des proches aux funérailles d’Ori Ansbacher, dans l’implantation juive de Tekoa, en Cisjordanie, le 8 février 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...