Des chasseurs tirent sur des tourterelles en voie de disparition
Rechercher

Des chasseurs tirent sur des tourterelles en voie de disparition

Des militants de la nature veulent faire interdire la chasse sportive, mais l'organisme chargé de délivrer les permis se dit impuissant à moins d'une modification de la loi de 1955

Une tourterelle européenne tué par un chasseur dans la vallée de Hula Valley, dans le nord d'Israël, le 2 septembre  2020. (Crédit : Yaron Cherka, ornithologue en chef du KKL-JNF)
Une tourterelle européenne tué par un chasseur dans la vallée de Hula Valley, dans le nord d'Israël, le 2 septembre 2020. (Crédit : Yaron Cherka, ornithologue en chef du KKL-JNF)

Les chasseurs ont lancé la saison de chasse israélienne le 1er septembre en tirant sur des quantités de tourterelles européennes, malgré les appels de la Société pour la protection de la nature en Israël (SPNI) à épargner cette espèce, qui a diminué de moitié au cours des 30 dernières années et qui est internationalement reconnue comme étant en danger d’extinction.

Mardi, la SPNI a appelé les organisations de chasseurs à ne pas cibler trois espèces d’oiseaux menacées, même si l’Autorité israélienne pour la nature et les parcs, qui est chargée de distribuer environ 2 000 permis de chasse chaque année, ne les a pas retirés de la liste du gibier autorisé.

Il s’agit de la caille commune, de la tourterelle européenne et d’un canard appelé le pochard commun.

Il y a deux mois, la SPNI, aux côtés des associations de défense des animaux Animals Now et Let the Animals Live, ont lancé une campagne appelant à l’interdiction de la chasse sportive et d’accroître les amendes pour chasse illégale en modifiant la loi de 1955 sur la protection de la faune et de la flore.

Un chasseur dans la vallée de Hula, dans le nord d’Israël, le 2 septembre 2020. (Crédit : Yaron Cherka, ornithologue en chef du KKL-JNF)

Dans un communiqué, l’Autorité israélienne pour la nature et les parcs, qui est responsable de la distribution de quelque 2 000 permis de chasse chaque année, a fait savoir : « La demande de la Société pour la protection de la nature [d’interdire la chasse sportive] n’a été reçue par l’Autorité israélienne pour la nature et les parcs que récemment, et a été transmise aux autorités compétentes ».

« Ce type de changement ne relève pas de la compétence de l’Autorité israélienne pour la nature et les parcs et nécessite un processus législatif complexe et long, qui n’a pas pu être mené à bien dans les délais impartis. Par conséquent, aucune modification n’a été apportée à la liste [des animaux sauvages autorisés à la chasse] jusqu’à présent ».

Un porte-parole de l’Autorité israélienne pour la nature et les parcs a déclaré mercredi : « Les images nous brisent le cœur. Nous ne comprenons pas comment ils [les chasseurs] ont été autorisés à les chasser cette année ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...