Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Des députés baltes affirment que le Hamas fait partie de « l’axe du mal » Iran-Russie

Après avoir visité les sites des massacres de Beeri et de Reim, 3 présidents de commissions parlementaires des Affaires étrangères déclarent que l'UE devrait revoir sa position

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

L'extérieur du bunker dans lequel les participants au festival musical du kibboutz Reim ont été assassinés par les terroristes du Hamas : le député letton Rihards Kols, le président de la Knesset, le député Amir Ohana, le colonel (réserviste) Golan Vach, le député estonien Marko Mihkelson, le député Yuli Edelstein, le député lituanien Žygimantas Pavilionis, le 17 octobre 2023. (Crédit : Yuli Edelstein)
L'extérieur du bunker dans lequel les participants au festival musical du kibboutz Reim ont été assassinés par les terroristes du Hamas : le député letton Rihards Kols, le président de la Knesset, le député Amir Ohana, le colonel (réserviste) Golan Vach, le député estonien Marko Mihkelson, le député Yuli Edelstein, le député lituanien Žygimantas Pavilionis, le 17 octobre 2023. (Crédit : Yuli Edelstein)

ASHKELON – Des parlementaires des États baltes qui ont visité mardi les sites du massacre perpétré par le Hamas le 7 octobre ont déclaré que legroupe terroriste palestinien qui dirige la bande de Gaza fait partie d’un axe anti-libéral irano-russe.

L’assaut barbare a coûté la vie à plus de 1 400 personnes en Israël et quelque 200 autres personnes ont été enlevées et emmenées à Gaza.

Les responsables des commissions parlementaires des Affaires étrangères d’Estonie, de Lituanie et de Lettonie ont également déclaré qu’ils pensaient que la « désinformation » était endémique en Europe autour de l’évènement qui a déclenché la guerre entre Israël et les groupes terroristes basés à Gaza, et qu’il était temps pour l’Union européenne (UE) dans son ensemble de réévaluer ses politiques à l’égard des Palestiniens et d’Israël.

« Le Hamas n’est qu’un représentant du régime iranien qui, depuis deux ans, coopère étroitement avec la Russie dans sa guerre d’agression en Ukraine », a déclaré Rihards Kols, président de la commission des Affaires étrangères de la Saeima lettone, en reliant le groupe terroriste palestinien à d’autres acteurs violents et anti-libéraux.

« C’est l’axe du mal qui se forme devant nous », a-t-il ajouté.

« Il existe une chaîne du terrorisme qui va de la Russie à l’Iran en passant par le Hamas », a surenchéri Marko Mihkelson, qui préside le comité équivalent du Riigikogu estonien, peu après avoir visité le site où quelque 260 personnes participant à un festival de musique au kibboutz Reim ont été massacrées, ainsi que les vestiges du kibboutz Beeri, où une centaine d’Israéliens ont été tués et 70 autres emmenés comme otages à Gaza.

« Nous devons comprendre que cette guerre n’est pas un conflit localisé », a-t-il ajouté.

Huit enfants ont été retrouvés morts dans cette habitation du kibboutz Beeri, tués par des terroristes du Hamas, le 7 octobre 2023. (Crédit : David Horovitz/Times of Israel)

Les deux parlementaires, ainsi que leur collègue lituanien Žygimantas Pavilionis, se sont rendus en Israël dans le cadre d’un voyage solidaire organisé par le député Yuli Edelstein (Likud). Les trois parlementaires, dont les pays sont en première ligne des préoccupations suscitées par l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022, ont tous déclaré avoir visité des sites d’atrocités en Ukraine, comme Bucha et Irpin, et avoir eu l’impression que l’assaut choquant du Hamas avait établi de nouvelles normes en matière de brutalité.

« Je n’ai toujours pas intégré ce que j’ai vu, dans le kibboutz et sur le site du festival Nova, je n’arrive toujours pas à comprendre que des êtres humains puissent faire de telles choses », a déclaré le Letton Kols. « Ce n’est pas seulement ce qu’ils ont fait, mais avec quelle intention ! »

Le Lituanien Pavilionis a déclaré que les sites de massacre lui rappelaient le « site de la Shoah de Ponary en Lituanie, où 95 % des Juifs de Vilna ont été tués dans mon propre pays », ajoutant que « si nous ne réagissons pas maintenant, nous nous sentirons comme en 1939 », en référence à l’invasion de la Tchécoslovaquie et de la Pologne par l’Allemagne nazie, qui a déclenché la Seconde Guerre mondiale.

À Beeri et Reim, a-t-il ajouté, « il semble que le niveau d’assassinat des civils soit différent (…) ».

Des soldats israéliens devant des maisons détruites par des terroristes du Hamas dans le kibboutz Beeri, le 14 octobre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)

« Un tel niveau de haine et [de désir d’] extinction est beaucoup plus profond. On a l’impression que l’objectif est l’anéantissement à 100 %. »

En tant qu’ancien journaliste ayant couvert la guerre de Tchétchénie dans les années 1990, l’Estonien Mihkelson a déclaré que « pour [lui], ce n’est pas tout à fait nouveau ». Mais ce que j’ai vu à Beeri et dans la zone du festival m’a choqué au plus profond de mon cœur. »

« J’ai une fille de 20 ans et je ne pouvais m’empêcher de penser que cela aurait pu être elle », a-t-il ajouté, précisant qu’une jeune citoyenne estonienne avait été tuée lors du festival du 7 octobre 2023.

Tout en exprimant leur propre condamnation, et parfois parlementaire, de l’attaque du Hamas, les législateurs baltes ont déclaré qu’un ensemble d’inquiétudes concernant une crise humanitaire naissante à Gaza, ainsi qu’une désinformation rampante, teintent leurs conversations nationales sur la guerre.

En Lettonie, a déclaré Kols, il y a « une forte condamnation de ce que les terroristes du Hamas ont fait, puis on ressent un ‘mais' ».

Si, dans les premiers jours qui ont suivi l’attaque, « tout le monde a appelé un chat un chat », l’attention s’est depuis lors déplacée vers les préoccupations humanitaires de la population civile de Gaza, entre les raids aériens israéliens et les informations selon lesquelles le Hamas aurait attaqué des civils en fuite et volé de l’aide humanitaire.

« Il y a beaucoup de désinformation et de stéréotypes qui influencent la conversation en Lettonie, a déclaré Kols. Certains ont commencé à dire que « non, c’est une mise en scène, c’est un faux », a-t-il ajouté à propos des témoignages de bébés israéliens décapités.

En outre, il y a des « apologistes [de l’attaque du 7 octobre] qui disent qu’Israël n’a que ce qu’il mérite en raison de la façon dont il a traité les Palestiniens pendant des années ».

L’intérieur de la maison Haran du kibboutz Beeri, détruite par des terroristes lors de l’attaque du Hamas, le 7 octobre 2023. (Crédit : Aviv Havron)

« Je pense qu’Israël doit comprendre que ce combat n’est pas seulement sur le terrain, mais aussi dans l’espace informationnel », a déclaré l’Estonien Mihkelson.

En ce qui concerne la politique générale de l’UE, qui, selon les parlementaires, s’est efforcée d’adopter une « approche bipartisane » à l’égard d’Israël et des Palestiniens, les trois députés ont plaidé en faveur d’un réexamen.

« Je pense qu’il est temps de réévaluer les points de discussion de l’Union européenne. Certains États ne considèrent toujours pas le Hamas comme une organisation terroriste », a déclaré Mihkelson. « Nous devrions reconsidérer nos points de vue et nos positions. »

« En Lituanie, je me demande s’il est vraiment juste de jouer ce jeu bipartisan, car comment peut-on vraiment être bipartisan quand on voit des choses qui ressemblent à la Shoah ? », a soulevé Pavilionis.

« Je pense que nous devrons revoir notre soi-disant politique de soutien à la Palestine », a-t-il ajouté.

Liant un changement de stratégie à la crainte de l’Europe d’une invasion russe élargie et à l’alliance de Moscou avec l’Iran, Pavilionis a déclaré que la guerre actuelle « dépasse largement le Hamas, dépasse largement Israël, concerne davantage la région et l’Iran, qui déploie ses muscles révolutionnaires inhumains ».

« La seule comparaison que je puisse faire est que la partie démocratique du monde s’est unie pour éradiquer l’État islamique et c’est quelque chose que nous devons faire avec le Hamas », a ajouté le Letton Kols.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.