Des garde-frontières accusés de voler de Palestiniens lors de contrôles routiers
Rechercher

Des garde-frontières accusés de voler de Palestiniens lors de contrôles routiers

Un officier de police a été inculpé pour avoir volé au moins six groupes de Palestiniens, une fois avec une arme à feu, pour un total de près de 20 000 shekels

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des agents de la police des frontières à un poste de contrôle en Cisjordanie, janvier 2017 (Wisam Hashlamoun/Flash90)
Des agents de la police des frontières à un poste de contrôle en Cisjordanie, janvier 2017 (Wisam Hashlamoun/Flash90)

Deux gardes-frontières ont été inculpés cette semaine de vol de Palestiniens lors de fouilles illégales de leurs voitures dans le centre de la Cisjordanie pendant tout l’été.

Au total, les agents de la police des frontières – Amjad Ashqar, de la ville arabe israélienne d’Eilabun, et Stefan Rashad, de la ville de Haïfa dans le nord du pays – ont été accusés d’avoir volé près de 20 000 shekels (5 000 euros) à des Palestiniens en l’espace de deux mois. Ils ont été inculpés mercredi devant un tribunal du district de Jérusalem.

L’Unité des enquêtes internes de la police du ministère de la Justice, similaire à celle des Affaires intérieures américaines, a accusé Ashqar d’avoir volé des Palestiniens à au moins quatre occasions différentes, dont une affaire de vol à main armée.

Rashad a été inculpé pour un incident au cours duquel Ashqar et lui sont soupçonnés d’avoir volé trois groupes de Palestiniens à un même arrêt routier. Il est également présumé avoir été présent lors d’un autre incident.

Dans chaque cas, Ashqar a été accusé d’avoir menacé de violence les Palestiniens, qu’il a arrêtés « sans motif ni soupçon » d’avoir commis des actes répréhensibles, selon l’acte d’accusation.

Le premier vol figurant au procès-verbal d’inculpation a eu lieu le 3 juillet : Ashqar, vêtu de l’uniforme complet de la police des frontières et armé d’une arme à feu, a arrêté un conducteur palestinien près du poste de contrôle de Hizme, au nord de Jérusalem.

Ashqar a dit aux Palestiniens dans la voiture de vider leurs poches et de s’éloigner afin qu’il puisse « fouiller leur véhicule et leurs biens pour trouver de l’argent, qu’il leur a volé pendant la perquisition », selon le procès-verbal.

Les procureurs ont déclaré qu’Ashqar avait volé 1 350 shekels (340 euros) – prétendant à tort qu’il pensait qu’il s’agissait de faux – et un smartphone aux passagers des voitures.

Comme il portait une arme à feu au moment des faits, Ashqar a été accusé de vol à main armée et d’abus de pouvoir.

Un mois plus tard, le 7 août, Ashqar aurait volé 7 100 shekels (1 775 euros) en liquide à un Palestinien dont il avait arrêté la voiture près du carrefour Adam , près de Jérusalem.

Le 2 septembre, Ashqar aurait arrêté un autre véhicule près du carrefour Adam, volant 7 000 shekels (1 750 euros) en liquide aux occupants, tandis que Rashad l’observait sans se douter que le vol avait eu lieu.

Au cours de cette affaire, le garde-frontières a également menacé l’un des Palestiniens dans la voiture, lui disant que « s’il ouvrait la bouche, [Ashqar] lui roulerait dessus » selon le procès-verbal de l’accusation.

Dans la dernière affaire mentionnée dans l’acte d’accusation, le 3 septembre, Ashqar et Rashad auraient uni leurs efforts pour voler trois groupes différents de Palestiniens à un stop de la route.

Peu avant 21h, les gardes-frontières ont arrêté deux voitures qui roulaient ensemble près du carrefour Adam.

De la première voiture, Ashqar a volé 300 shekels (75 euros), et de la seconde, il a pris 450 dollars, que l’un des occupants avait en billets américains, selon l’acte d’accusation.

Après que la première voiture soit partie, les occupants se sont rendus compte qu’ils avaient été dépouillés, ont fait demi-tour pour affronter le garde-frontière et ont également informé la deuxième voiture de ce qui s’était passé.

Avant qu’ils ne parviennent à lui, Ashqar avait arrêté un troisième véhicule, un semi-remorque, ordonnant au conducteur de vider ses poches et de ne pas s’approcher du véhicule, et lui a volé ses 2 500 shekels (625 euros) selon le procès-verbal.

Lorsque les deux premières voitures sont arrivées, les agents ont réalisé qu’ils avaient été découverts et ont fui les lieux. Rashad a ensuite exigé qu’Ashqar lui verse 300 shekels (75 euros), comme convenu, pour sa participation, selon l’acte d’accusation.

Au total, Ashqar a été accusé de six chefs de vol qualifié – dont un vol à main armée – et de six chefs d’abus de pouvoir.

Rashad a été accusé de trois chefs d’accusation de vol qualifié et de trois chefs d’accusation d’abus de pouvoir pour son rôle dans le dernier vol du 3 septembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...