Des groupes juifs brésiliens fustigent les blagues d’une comédienne sur la Shoah
Rechercher

Des groupes juifs brésiliens fustigent les blagues d’une comédienne sur la Shoah

Lea Maria Jahn a été critiquée pour sa plaisanterie selon laquelle elle aurait "laissé un Juif s'échapper" et pour son salut nazi sur scène

Lea Maria Jahn en stand-up à Sao Paulo, en février 2020. (Crédit : JTA)
Lea Maria Jahn en stand-up à Sao Paulo, en février 2020. (Crédit : JTA)

RIO DE JANEIRO (JTA) — Des groupes juifs brésiliens ont fustigé une comédienne allemande de stand-up qui a fait une blague sur la Shoah suivie d’un salut nazi lors d’une représentation à Sao Paulo en février.

« À Noël, nous demandons à avoir un ami en cadeau. Une fois, je l’ai eu, mais ça n’a duré qu’un jour. Il s’est échappé. Il était juif. J’ai dit qu’il s’était échappé, pas qu’il était mort. Il était très rapide. Vous savez, si je fais cette blague en Allemagne, je serais arrêtée. Laisser un juif s’échapper comme ça ? », a dit Lea Maria Jahn sur scène.

« Qui ici pense que les Allemands sont des nazis ? S’il vous plaît, levez la main », a-t-elle poursuivi, levant la sienne en faisant le salut nazi.

Le spectacle a été mis en ligne sur YouTube en février, où il a été visionné près d’un million de fois. Mais il a fait l’objet d’une attention supplémentaire mardi, lorsque le groupe Organized Jewish Youth l’a dénoncé.

« Nous sommes en 2020 et une Allemande fait des blagues contre les Juifs du Brésil », a écrit le groupe sur Facebook. « Cette ‘comédienne’ a-t-elle la moindre idée du danger que représentent les mots qu’elle considère comme une blague ? ».

La Confédération israélite brésilienne a exigé des excuses jeudi.

« En faisant référence à son origine allemande et à l’antisémitisme d’une manière inappropriée et vulgaire, elle a évoqué des situations tristes de l’époque de la Shoah comme sujet de plaisanterie, ce qui peut blesser les victimes », a rappelé la confédération.

Marcos Susskind, un analyste politique brésilien et israélien populaire, a déclaré que Lea Maria Jahn avait franchi la limite.

« Vous appelez cela de l’humour, j’appelle cela de l’horreur », a-t-il écrit dans une lettre ouverte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...