Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

Des milliers de bombes de 900 kg livrées à Israël depuis le 7 octobre – États-Unis

Plus de 14 000 bombes MK-84s - Biden avait mis en pause l'une de ces expéditions en mai - figurent parmi les munitions américaines envoyées à Israël pour combattre le Hamas et le Hezbollah

Des membres de l'US Air Force transfèrent du fret à Tsahal à la base aérienne de Nevatim le 15 octobre 2023. (Crédit : Edgar Grimaldo/US Air Force)
Des membres de l'US Air Force transfèrent du fret à Tsahal à la base aérienne de Nevatim le 15 octobre 2023. (Crédit : Edgar Grimaldo/US Air Force)

WASHINGTON — L’administration Biden a envoyé en Israël un très grand nombre de munitions, notamment plus de mille bombes de plus de neuf cent kilos très destructives et des milliers de missiles Hellfire, depuis le début de la guerre à Gaza, ont indiqué deux responsables américains en évoquant une liste qui fait le bilan des expéditions d’armes et qui vient tout juste d’être réactualisée.

Entre le début de la guerre, au mois d’octobre dernier, et ces derniers jours, les États-Unis ont ainsi transféré au moins 14 000 bombes de type MK-84, 6 500 bombes de 200 kilos, 3 000 missiles air-sol de précision, 1 000 bombes de petit diamètre et d’autres munitions, selon les officiels qui n’ont pas eu l’autorisation de s’exprimer publiquement.

Alors que ces responsables n’ont pas précisé de calendrier pour ces livraisons, le total laisse penser qu’il n’y a pas eu de réduction importante dans le soutien militaire apporté à son allié par les États-Unis, même si les appels se sont multipliés, à l’international, sommant Washington de limiter les expéditions d’armes et qu’une décision a été récemment prise par l’administration de faire une pause dans l’acheminement des bombes de grande puissance.

Les experts, pour leur part, déclarent que le contenu des livraisons semble correspondre à ce dont Israël a eu besoin pour se réapprovisionner au cours de la campagne militaire intense que mène Tsahal à Gaza depuis huit mois – une guerre qu’Israël avait lancée en réponse à l’attaque barbare commise, le 7 octobre, par les terroristes du Hamas qui avaient tué environ 1 200 personnes, des civils en majorité, et qui avaient pris 251 otages.

« Alors que ces chiffres pourraient augmenter relativement rapidement en cas de conflit majeur, cette liste reflète de manière claire un niveau de soutien substantiel de la part des États-Unis à nos alliés israéliens », a commenté Tom Karako, expert en armements au Centre d’Études stratégiques et internationales, qui a ajouté que les munitions mentionnées étaient du même genre que celles qu’Israël a été amené à utiliser dans sa lutte contre le Hamas et dont le pays pourrait avoir besoin dans le cadre d’une guerre contre le Hezbollah.

Ces chiffres précis, qui n’avaient jamais été communiqués jusqu’à présent, représentent le bilan le plus récent et le plus exhaustif des munitions envoyées à l’État juif depuis le commencement de la guerre à Gaza.

Un C-17 américain chargé de munitions pour Israël sur la base aérienne Nevatim, le 13 octobre 2023. (Crédit : AP Photos/Lolita Baldor)

Israël et le Hezbollah sont en proie à des hostilités de part et d’autre de la frontière presque quotidiennement depuis que le groupe terroriste, soutenu par l’Iran, a commencé à attaquer depuis le Liban l’État juif au lendemain du massacre du 7 octobre – et les inquiétudes sont croissantes concernant l’éventualité d’un conflit ouvert entre les deux parties.

La Maison Blanche a refusé tout commentaire sur ces livraisons. L’ambassade israélienne à Washington n’avait pas répondu à une demande de réaction au moment de la rédaction de cet article.

Ces expéditions entrent dans le cadre d’une liste plus large encore d’armes qui ont été transmises à Israël depuis le lancement de la campagne militaire à Gaza, a confié l’un des responsables américains. Un officiel de premier plan de l’administration Biden avait déclaré mercredi aux journalistes que Washington avait ainsi apporté une assistance sécuritaire à l’État juif à hauteur de 6,5 milliards de dollars.

Ces dernières semaines, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a assuré que Washington bloquait ses expéditions d’armes – ce que les responsables américains ont démenti de manière répétée même s’ils ont reconnu une forme « d’engorgement ».

L’administration Biden avait mis en pause une livraison de bombes de 900 kilos, faisant savoir qu’elle était inquiète à l’idée qu’elle puisse être utilisée dans des secteurs densément peuplés à Gaza – mais les responsables américains ont toutefois insisté sur le fait que les autres acheminements continuaient normalement. Les bombes de 900 kilos peuvent détruire le béton armé et le métal, avec un impact dévastateur.

De son côté, l’agence Reuters a annoncé jeudi que les États-Unis discutaient avec Israël du déblocage d’une livraison de grosses bombes – une livraison qui avait été suspendue au mois de mai, Washington ne souhaitant pas que ces armes très puissantes puissent être utilisées lors de l’offensive israélienne à Rafah.

L’attention portée à l’opération israélienne à Gaza, à l’international, s’est intensifiée alors que le bilan humain, côté civil, a dépassé les 37 000 morts chez les Palestiniens, selon le ministère de la Santé placé sous l’autorité du Hamas. Un chiffre qui est invérifiable et qui ne fait pas de différence entre combattants et civils. L’État juif, de son côté, déclare avoir abattu plus de 15 000 terroristes dans la bataille, en plus d’un millier d’hommes armés qui avaient été tués sur le territoire israélien pendant l’assaut sanglant du 7 octobre.

Ce sont 316 soldats qui ont par ailleurs perdu la vie pendant l’offensive terrestre contre le Hamas et dans le cadre des opérations menées le long de la frontière. Un bilan qui comprend Arnon Zamora, un policier qui avait trouvé la mort alors qu’il prenait part à une mission de sauvetage des otages qui se trouvent encore dans l’enclave côtière, et un civil, un entrepreneur qui travaillait pour le ministère de la Défense, et qui a été tué dans la bande.

Un avion de chasse israélien large une fusée éclairante en survolant la bande de Gaza, une photo prise dans le sud d’Israël, le 16 janvier 2024. (Crédit : AP Photo/Leo Correa)

Washington fournit une assistance militaire annuelle à son allié de longue date à hauteur de 3,8 milliards de dollars. Si Biden a averti qu’il conditionnerait l’aide militaire à l’État juif si ce dernier était dans l’incapacité de mieux protéger les civils et de permettre aux aides humanitaires d’affluer dans la bande, le président ne l’a pas fait – à l’exception de la livraison de bombes qui a été reportée au mois de mai.

Le soutien apporté par Biden à Israël dans sa guerre contre le Hamas a eu des répercussions politiques négatives pour le président américain – en particulier parmi les jeunes du parti Démocrate – alors qu’il se présente à sa réélection, cette année. Ce soutien a entraîné des votes « non-engagés » de protestation lors des primaires et il a entraîné des manifestations pro-palestiniennes de grande envergure dans les universités de l’ensemble des États-Unis.

Alors que les États-Unis fournissent des descriptions détaillées sur les aides militaires envoyées en Ukraine – et notamment en matière de quantité – dans la lutte menée par Kiev contre l’invasion russe, l’administration n’avait révélé que peu d’éléments concernant les acheminements d’armes et de munitions américaines à Jérusalem.

Des expéditions qui sont difficiles à suivre dans la mesure où certains armements sont transmis dans le cadre des ventes d’armes qui ont été approuvées par le Congrès, il y a plusieurs années, mais qui ne sont livrées qu’aujourd’hui.

Un officiel américain a indiqué que le Pentagone avait des quantités suffisantes d’armes dans ses propres stocks et qu’il avait établi la liaison avec ses partenaires qui, dans l’industrie américaine, fabriquent les armes, comme Boeing et General Dynamics, alors même que ces compagnies œuvrent à renforcer encore leur production.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.