Des milliers de personnes rendent hommage aux victimes juives de Jersey City
Rechercher

Des milliers de personnes rendent hommage aux victimes juives de Jersey City

Mindel Ferencz, 31 ans et Moshe Deutsch, 24, ans, ont été enterrés ; les preuves semblent indiquer que la fusillade était une attaque antisémite

Des juifs orthodoxes portent le cercueil avec Mindel Ferencz devant une synagogue de Brooklyn, le mercredi 11 décembre 2019, à New York. Ses funérailles auront lieu à Jersey City. Ferencz a été tué mardi lors de la fusillade dans son épicerie casher de Jersey City. (Crédit : AP Photo/Mark Lennihan)
Des juifs orthodoxes portent le cercueil avec Mindel Ferencz devant une synagogue de Brooklyn, le mercredi 11 décembre 2019, à New York. Ses funérailles auront lieu à Jersey City. Ferencz a été tué mardi lors de la fusillade dans son épicerie casher de Jersey City. (Crédit : AP Photo/Mark Lennihan)

Des milliers de personnes ont envahi les rues de Brooklyn et de Jersey City mercredi soir pour les enterrements de Mindel Ferencz, 31 ans, et de Moshe Deutsch, 24 ans, tués dans la fusillade dans une épicerie casher la veille.

A Brooklyn, une foule en larmes majoritairement masculine a escorté le cercueil de Ferencz. Des prières ont été dites. Elle a ensuite été inhumée à Jersey City, où elle avait élu domicile ces dernières années et dirigeait, avec son mari, l’épicerie où elle a trouvé la mort.

Des milliers de personnes ont également escorté Deutsch, un étudiant rabbin de Brooklyn, qui faisait ses courses dans l’épicerie quand les assaillants ont fait irruption. Les funérailles ont eu lieu au Satmar Beit Midrash de Williamsburg à Brooklyn.

Les oraisons funèbres, en yiddish, ont été retransmises aux foules qui ont empli les rues et les cages d’escaliers sur la route.

La police a assuré la sécurité des deux enterrements.

La perspective d’une attaque anti-juive a lourdement pesé sur les 300 et quelque personnes qui ont assisté à une veillée dans une synagogue située à un kilomètre du lieu de la fusillade.

« Je pense que notre cerveau est scindé en deux », a déclaré le président de la synagogue Beth-El Tom Rosensweet. « D’une part, on ne s’attend absolument pas à ce que quelque chose comme cela se produise à Jersey City, mais d’un autre côté, nous savons que nous devons être vigilants. »

Mindel Ferencz (Autorisation)

Lors de la pire attaque antisémite de l’histoire des Etats-Unis, onze personnes ont été tuées en octobre 2018 dans une synagogue de Pittsburgh. En avril dernier, un tireur a ouvert le feu sur une synagogue de San Diego, tuant une femme et blessant trois personnes, dont le rabbin.

Les craintes que la fusillade mortelle dans l’épicerie casher de Jersey City était une attaque antisémites se sont renforcées mercredi. Les autorités ont indiqué qu’un homme et une femme se sont délibérément garés devant le commerce, à bord d’une camionnette de location volée, avec au moins un fusil, et ont commencé à tirer.

Au lendemain de la fusillade qui a fait quatre victimes – un policier, Joe Seals (père de 5 enfants) et trois personnes dans le magasin, les autorités locales et fédérales étaient prudentes mercredi sur les mobiles des tireurs, qui ont été abattus.

La troisième victime du magasin a été identifiée. Il s’agit d’un employé du nom de Douglas Miguel Rodriguez, 49 ans.

Moshe Deutsch (Crédit ; Chai Lifeline via AP)

Le procureur général du New Jersey, Gurbir Grewal, comme le gouverneur de l’Etat, Phil Murphy, ont souligné ne pas avoir assez d’informations pour déterminer les motivations de l’homme et de la femme accusés d’avoir tué mardi quatre personnes, dont trois dans une épicerie casher, avant d’être abattus.

« Nous sommes en train de regarder leur idéologie, et leurs motivations, et nous voulons être exacts », a déclaré M. Grewal, annonçant un nouveau point presse pour jeudi.

Le gouverneur a néanmoins souligné avoir parlé mercredi au consul général d’Israël à New York et « être solidaire de la communauté juive ».

Mercredi matin, le maire de la ville, Steven Fulop, avait assuré que les images des caméras de télésurveillance montraient clairement que « les deux individus visaient l’épicerie casher ». Ils sont passés devant de nombreuses cibles potentielles, avançant calmement et rapidement avant d’ouvrir le feu.

« Il y avait de nombreuses personnes dans la rue, donc il y avait d’autres cibles, qu’ils ont dépassées pour attaquer précisément cet endroit, donc il est clair que c’était leur cible et qu’ils avaient l’intention de faire du mal à ceux qui s’y trouvaient », a-t-il dit.

Mais il a précisé ne pas avoir « utilisé le mot ‘antisémite’. Tout est sujet à une enquête ».

« Je suis juif et fier de vivre dans une communauté comme Jersey City qui a toujours accueilli tout le monde », avait-il ajouté.

Les impacts de balle après la fusillade du 10 décembre 2019 dans un supermarché casher, le 11 décembre 2019 à Jersey City, dans le New Jersey. (Crédit : Bryan R. Smith / AFP)

« Nous ne devrions pas analyser les mots pour savoir s’il s’agit d’un crime haineux à ce stade. C’est un crime de haine contre le peuple juif et la haine et l’antisémitisme n’auront jamais leur place ici », a-t-il encore tweeté. « Certains diront de ne pas appeler ça de l’antisémitisme ou un crime de haine, mais étant moi-même Juif et petit-fils de survivants de la Shoah, je sais assez bien ce que c’est pour appeler cela comme tel. »

Le maire de New York, Bill de Blasio, a estimé que la fusillade « confirmait une tendance croissante à l’antisémitisme violent » et annoncé qu’il renforçait la protection de sites de la communauté juive new-yorkaise.

Le gouverneur de l’Etat de New York, Andrew Cuomo a décrit une « attaque délibérée contre la communauté juive. Ils ont annoncé une protection renforcée des synagogues et autres établissements juifs de New York, par précaution.

Evan Bernstein, directeur régional de l’Anti-Defamation League à New York et dans le New Jersey, s’adresse aux médias devant de la scène d’une fusillade qui a fait plusieurs morts dans un supermarché casher le 11 décembre 2019, à Jersey City, NJ. (Crédit : AP/Kevin Hagen)

« Le rapport du maire de Jersey City, indiquant qu’il s’agit d’une attaque ciblée, nous préoccupe grandement dans la communauté juive », a déclaré Evan Bernstein, directeur régional de l’Anti-Defamation League (ADL), un groupe de défense des droits civiques des Juifs. « Ils veulent des réponses. Ils exigent des réponses. S’il s’agit réellement d’une attaque ciblée contre des Juifs, alors nous devons le savoir immédiatement, et il faut qu’il y ait un retour en arrière au plus haut niveau possible. »

Ni le procureur d’Etat, qui supervise l’enquête, ni les autorités, n’ont confirmé que les tireurs visaient des Juifs. James Shea, directeur de la sécurité publique, a déclaré mardi que rien n’indiquait qu’il soit question de terrorisme.

Par ailleurs, les enquêteurs estiment que les deux assaillants – il s’agirait d’un couple – étaient, par le passé membres des Black Hebrew Israelites, un mouvement critique des Juifs et des Blancs, selon un responsable proche du dossier, mais non autorisé à aborder publiquement l’affaire, et qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat.

De plus, les autorités ont retrouvé des publications sur les réseaux sociaux de l’un des tueurs, qui étaient anti-police et antisémite, a-t-il indiqué. Mercredi, le FBI a perquisitionné les quartiers généraux de l’Eglise de Jésus Christ des Hébreux noirs, qui est le nom officiel du groupe des Black Hebrew Israelites, à Harlem, selon le responsable.

Le Southern Poverty Law Center a qualifié le mouvement des Black Hebrew Israelites de groupe suprématiste noir.

Cette photo du 24 avril 2011 fournie par le service de police de Kent, Ohio, montre David Anderson, l’un des deux hommes armés qui ont tué quatre personnes à Jersey City, N.J., le mardi 10 décembre 2019. (Crédit ; Service de police de Kent via AP)

Les tueurs, identifiés comme David Anderson, 47 ans et Francine Graham, 50 ans, sont tous deux également les principaux suspects du meurtre d’un chauffeur retrouvé mort dans le coffre d’une voiture à Bayonne, tout près de là, au cours du week-end, a déclaré Grewal. Anderson a passé environ quatre mois en prison dans le New Jersey pour possession d’armes et a été libéré sous conditionnelle en 2011, ont indiqué les autorités.

Le procureur Grewal a détaillé la chronologie des évènements qui ont transformé tout un quartier de cette ville de 270 000 habitants, séparée de New York par le fleuve Hudson, en scène de guerre.

Les tueurs ont commencé à tirer vers 12H30 (16H30 GMT) à proximité d’un cimetière, abattant un policier, avant de garer leur camionnette en face de l’épicerie casher, environ 1,5 kilomètre plus loin.

L’un des tueurs, identifié comme David Anderson, 47 ans, est alors sorti de la camionnette et tiré sur l’épicerie avec une arme lourde, selon le procureur. La femme qui l’accompagnait, Francine Graham, 50 ans, l’a suivi. Il n’a pas précisé si elle était armée.

Les autorités ont confirmé qu’une bombe artisanale avait été retrouvée dans la camionnette, « avec d’autres choses », dont les autorités n’ont pas voulu parler.

Selon une source policière citée par le New York Times, la police aurait notamment trouvé une « courte note ».

Deux policiers postés à proximité ont accouru et la fusillade a commencé.

Les équipes du SWAT, la police de l’État et les agents fédéraux se sont immédiatement mobilisés sur les lieux, et la police a bouclé la zone, qui comprenait, outre l’école et le supermarché, un salon de coiffure et d’autres magasins. Des dizaines de piétons se sont pressés contre la barrière installée par la police pour filmer les événements sur leurs téléphones portables, certains hurlant quand des rafales de feu ont retenti.

Les forces de l’ordre, venues de tout le New Jersey et de New York, ont mis plus de deux heures avant d’abattre les deux hommes.

Un membre de l’équipe de récupération et de nettoyage tient des balles récupérées à l’intérieur du supermarché JC Kosher le 11 décembre 2019 à Jersey City, New Jersey. (Crédit : Rick Loomis/Getty Images/AFP)

Une quatrième personne qui était dans le magasin quand la fusillade a commencé a été touchée mais est saine et sauve. Son identité n’a pas été dévoilée.

Le rabbin Habad Moshe Schapiro a dit qu’il avait parlé avec le survivant dans un hôpital. « Il a dit que le gars à côté de lui est tombé par terre », a dit Schapiro. « Il a subi deux blessures par balle, mais il a réussi à sortir du magasin et à escalader les barrières. »

L’épicerie casher est un élément central de la communauté croissante de Juifs orthodoxes qui ont emménagé à Jersey City ces dernières années et se sont installés dans ce qui était un quartier majoritairement noir de Jersey City, provoquant un certain ressentiment.

Mordechai Rubin, un membre des services médicaux d’urgence juifs locaux, a déclaré que la petite communauté juive s’est développée au cours des trois ou quatre dernières années, composée principalement de personnes de Brooklyn à la recherche d’un endroit « plus agréable, plus calme » et plus abordable pour y vivre. A côté du magasin se trouve une synagogue avec une école et une garderie où 40 élèves étaient présents au moment de la fusillade, a-t-il dit.

Des juifs orthodoxes portent le cercueil avec Mindel Ferencz devant une synagogue de Brooklyn, le mercredi 11 décembre 2019, à New York. Ses funérailles auront lieu à Jersey City. Ferencz a été tué mardi lors de la fusillade dans son épicerie casher de Jersey City. (Crédit : AP Photo/Mark Lennihan)

Quand les tireurs ont pénétré dans l’épicerie, plus de 50 enfants de 5 à 12 ans se trouvaient à l’étage de la synagogue mitoyenne, a raconté Yossi Steinmetz, qui était présent. Avec d’autres, il a tenté de les tenir le plus loin possible de la fusillade.

« C’est malheureux ce qui s’est passé, mais nous ne voulons même pas penser à ce qui ce serait passé s’ils s’étaient rendus à la garderie ou à la synagogue, » dit-il.

Le Congrès juif mondial s’est dit « profondément inquiet par les informations concernant les antécédents des auteurs du crime, sur les publications antisémites présumées et il est possible que cette attaque ait été délibérément ciblée contre le supermarché casher ».

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...