Des perturbateurs tentent de couvrir les shofars des Femmes du Mur
Rechercher

Des perturbateurs tentent de couvrir les shofars des Femmes du Mur

Le groupe juif progressiste est critiqué par des femmes ultra-orthodoxes ; une membre a été expulsée pour être entrée dans la section des hommes et avoir pris une Torah

La fondatrice des Femmes du Mur, Bonna Devora Haberman, à gauche, pendant un office de son association, au mur Occidental, le 3 mars 2014. (Crédit : Miriam Alster/page Facebook des Femmes du Mur)
La fondatrice des Femmes du Mur, Bonna Devora Haberman, à gauche, pendant un office de son association, au mur Occidental, le 3 mars 2014. (Crédit : Miriam Alster/page Facebook des Femmes du Mur)

Des femmes juives progressistes ont organisé dimanche un service de prières au mur Occidental, sous les railleries de plusieurs manifestants ultra-orthodoxes, mais sans beaucoup d’autres perturbations.

De plus, une femme a été expulsée et brièvement arrêtée après avoir tenté d’entrer dans la section masculine de l’espace de prière pour prendre un rouleau de Torah après la confiscation du sien.

Une Torah appartenant à Rachel Cohen Yeshurun, membre du bureau des Femmes du Mur, a été confisqué par des responsables de la Fondation pour l’héritage du mur Occidental, qui gère le site.

Les règles mises en place par Shmuel Rabinovitch, le rabbin du mur Occidental, permettent aux femmes de porter des châles de prières, mais il leur est strictement interdit d’apporter une Torah au mur.

Cohen Yeshurun, qui est ensuite allée du côté des hommes pour obtenir une autre Torah à utiliser pendant le service, a été expulsée du lieu saint par des gardes.

Une porte-parole des Femmes du Mur a déclaré au Times of Israël que l’office mensuel de Rosh Hodesh avait été interrompu par une poignée de femmes haredi avec des sifflets et des pupitres en bois qu’elles frappaient sur le sol.

« C’était déplaisant, mais pas terrifiant », a déclaré la porte-parole, notant que les fidèles avaient affronté mois d’opposition que pendant le service du mois dernier.

Sounding in the new year! Thanks to the over 2500 people who followed our live stream. We felt your presence with us!

Posted by Women of the Wall Nashot HaKotel on Saturday, 3 September 2016

L’office, auquel assistaient 60 femmes et qui célébrait une bat-mitzvah, coïncidait avec le début du nouveau mois juifs d’Elul.

Pendant le service, des femmes ont soufflé dans des shofars, des cornes de béliers, typiquement liés à Elul et à la nouvelle année juive qui arrive.

Les Femmes du Mur organisent des services de prière égalitaires sur le lieu saint juif pour protester contre les régulations ultra-orthodoxes imposées par l’Etat au mur.

L’establishment rabbinique orthodoxe d’Israël détient le monopole des aspects cruciaux de la vie religieuse dans le pays, comme le mariage, le divorce et les funérailles. Les rabbins conservateurs et réformés ne sont pas reconnus et leurs mouvements largement marginalisés. Contrairement aux Etats-Unis, la plupart des juifs en Israël, même laïcs, suivent la tradition orthodoxe.

Le mur Occidental, reste de l’ancien complexe des Temples juifs, est le lieu le plus saint où les juifs peuvent prier. Il est actuellement géré par les autorités rabbiniques ultra-orthodoxes. Le site a des sections de prières séparées pour les hommes et les femmes, et les prières non orthodoxes y sont interdites, comme les services mixtes ou menés par des femmes.

Une femme ultra-orthodoxe siffle pour protester contre l'office de Rosh Hodesh [un nouveau mois juif] des Femmes du Mur, au mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 7 juillet 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Une femme ultra-orthodoxe siffle pour protester contre l’office de Rosh Hodesh [un nouveau mois juif] des Femmes du Mur, au mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 7 juillet 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Les Femmes du Mur ont entraîné des controverses pour organiser des prières non-orthodoxes mensuelles sur le site. La police a déjà arrêté des femmes qui avaient des rouleaux de Torah et portaient des objets religieux traditionnellement réservés aux hommes, une pratique à laquelle les juifs ultra-orthodoxes s’opposent et considèrent comme une provocation.

Un espace de prière non orthodoxe est prévu au sud de la place du mur Occidental. Il est destiné à apaiser les tensions sur le lieu saint, mais s’est embourbé dans les luttes internes du gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...