Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

Des pierres tombales brisées dans la section samaritaine du cimetière de Tel Aviv

Selon les dirigeants de cette petite communauté religieuse, l'incident est un crime de haine prémédité ; par ailleurs, la photo d'une femme sur tombe a été noircie à la bombe

Le mur effondré, à gauche, et une pierre tombale au cimetière Samaritain de Tel Aviv, le 3 août 2023. (Crédit : Ben Sedaka)
Le mur effondré, à gauche, et une pierre tombale au cimetière Samaritain de Tel Aviv, le 3 août 2023. (Crédit : Ben Sedaka)

Des individus non identifiés ont brisé jeudi au moins sept pierres tombales dans une section du cimetière de Tel Aviv réservée aux Samaritains – un groupe religieux ancien mais minuscule, similaire aux Juifs.

A.B. Samaritan News, une association à but non lucratif, a signalé l’incident à la police comme étant un crime de haine. En plus des sept pierres tombales, une clôture délimitant la section samaritaine du cimetière de Kiryat Shaul a été renversée, selon Yefet ben Ratzon Sedaka, un membre du personnel de l’association. La police n’a pas indiqué si une enquête avait été ouverte.

La section samaritaine de Kiryat Shaül a fait l’objet de rénovations au début de l’année qui ont coûté à la communauté des centaines de milliers de shekels, a écrit Ben Sedaka, membre de la communauté, sur Facebook. Il a déclaré que la communauté soupçonne des « radicaux non identifiés » d’avoir pris le cimetière pour cible.

D’anciens dirigeants de la communauté samaritaine sont enterrés sur le site, qui a été créé en 1951 grâce à l’intervention d’Yitzhak Ben-Zvi, qui était alors député avant de devenir président d’Israël.

Les Samaritains remontent aux tribus bibliques de Menashe et d’Ephraïm, les fils de Joseph. Selon leur tradition, ils se sont accrochés à la terre tout au long de sa conquête par de multiples empires et ont réussi à éviter l’exil subi par une grande partie de la population de la Terre d’Israël vers l’Assyrie en 722 avant notre ère.

Actuellement, la communauté samaritaine ne compterait que quelques centaines de personnes réparties entre le mont Gerizim en Cisjordanie, où les résidents samaritains ont à la fois la nationalité israélienne et palestinienne, et Holon en Israël.

Les Samaritains, dont la religion est déterminée par la descendance patrilinéaire plutôt que par la descendance matrilinéaire, comme c’est le cas dans le judaïsme, partagent avec les Juifs de nombreuses croyances, notamment le caractère sacré de la Torah, mais ils diffèrent considérablement du judaïsme, notamment par le rejet de toutes les écritures juives autres que la Torah et par la croyance que le mont Gerizim, et non Jérusalem, est un lieu saint auquel les fidèles doivent faire face lorsqu’ils prient.

Par ailleurs, le site d’information Kol Haïr a rapporté jeudi que des vandales avaient peint à la bombe la photo d’une femme sur sa pierre tombale au cimetière de Givat Shaul, à Jérusalem. Cet incident semble être le dernier en date des extrémistes ultra-orthodoxes qui s’opposent aux photos de femmes en public au motif qu’elles seraient intrinsèquement impudiques.

Ces radicaux sont connus pour cibler les publicités représentant des femmes sur les bus et les bancs, mais l’extension de cette pratique illicite aux pierres tombales semble être une nouveauté.

L’affaire a été portée à la connaissance des médias après que le petit-fils de la femme dont la pierre tombale a été vandalisée a raconté l’incident sur Facebook et partagé des photos de la tombe.

« Voici la pierre tombale de ma grand-mère, décédée il y a quatre ans et enterrée à Jérusalem. Sur sa pierre tombale se trouve une photo qui représente le mieux qui elle était – souriante et calme… Cette semaine, sa tombe a été vandalisée. Sa photo a été noircie. Quelqu’un n’aime pas que la photo d’une femme soit montrée dans un espace public. La pierre tombale de mon défunt grand-père, avec une photo de lui juste à côté de la sienne, n’a pas été touchée », a écrit le petit-fils.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.