Des policiers auraient été attaqués par des habitants d’implantation à Yitzhar
Rechercher

Des policiers auraient été attaqués par des habitants d’implantation à Yitzhar

Une voiture de police a essuyé des jets de pierre et une autre a eu les pneus crevés près de cette implantation sensible ; il n'y aurait eu ni blessés, ni arrestations

Les pneus crevés d'une voiture de police dans l'implantation de Yitzhar, en Cisjordanie, le 23 septembre 2020 (Crédit : Police israélienne) i
Les pneus crevés d'une voiture de police dans l'implantation de Yitzhar, en Cisjordanie, le 23 septembre 2020 (Crédit : Police israélienne) i

Les pneus d’un véhicule de police ont été crevés dans la nuit de mardi au sein de l’implantation sensible de Yitzhar, en Cisjordanie, ont fait savoir les forces de l’ordre. Quelques heures auparavant, un autre véhicule utilisé par les agents avait essuyé des jets de pierre, qui avaient brisé une vitre.

« Une fois encore, nous assistons aux tentatives d’individus hors-la-loi de nuire aux forces de sécurité qui oeuvrent à faire appliquer le droit et l’ordre dans le secteur », a noté la police.

Lors d’un incident qui a eu lieu dans la soirée de mardi, des pierres ont été projetées en direction d’une voiture qui transportait des agents, a-t-elle continué. Il n’y a pas de blessés à déplorer.

Aucune arrestation en lien avec ces attaques n’a été mentionnée.

Une fenêtre brisée sur un véhicule de police ayant essuyé des jets de pierre dans l’implantation de Yitzhar, en Cisjordanie, le 22 septembre 2020 (Crédit : Police israélienne)

La police soupçonne des habitants d’implantation d’extrême-droite d’être à l’origine de ces attaques.

Les incidents d’actes de vandalisme et d’agressions contre les Palestiniens et les forces de sécurité israéliennes sont communément désignées sous le nom d’attaques de type « prix à payer », leurs auteurs affirmant qu’ils viennent en représailles à des violences palestiniennes ou à des politiques gouvernementales considérées comme hostiles au mouvement pro-implantation.

Les arrestations, dans ce type d’incidents, sont extrêmement rares et les groupes de défense des droits de l’Homme dénoncent des condamnations encore moins nombreuses, la majorité des accusations mentionnées dans ces dossiers étant généralement abandonnées.

Le mois dernier, un agent de la police des frontières avait été légèrement blessé dans des affrontements avec un groupe des « Jeunes des Collines », de jeunes habitants d’implantation d’extrême-droite, au cours de la démolition de structures illégales établies dans un avant-poste situé à proximité de Yitzhar.

Des douzaines de jeunes habitants d’implantation, le visage masqué, avaient jeté des pierres en direction des agents de police venus évacuer l’avant-poste de Shevah Haaretz. Les émeutiers avaient également jeté des bouteilles en direction des policiers, frappant plusieurs d’entre eux, et ils avaient crevé les pneus de plusieurs voitures, avait expliqué la police dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...