Israël en guerre - Jour 259

Rechercher

Des rescapés commémorent la Shoah dans l’ombre du 7 octobre et de l’antisémitisme

À Auschwitz, une nonagénaire dit que le massacre dans le sud d'Israël est un rappel "douloureux" des camps de la mort. En Italie, des pro-palestiniens maintiennent leur manifestation et affrontent la police

Des personnes allument des bougies près du monument du camp d'extermination nazi de Birkenau à Oswiecim, en Pologne, le samedi 27 janvier 2024. (Crédit : AP/Czarek Sokolowski)
Des personnes allument des bougies près du monument du camp d'extermination nazi de Birkenau à Oswiecim, en Pologne, le samedi 27 janvier 2024. (Crédit : AP/Czarek Sokolowski)

OSWIECIM, Pologne – Des rescapés des camps de la mort nazis ont commémoré le 79e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau, lors de la Seconde Guerre mondiale, à l’occasion d’une modeste cérémonie, samedi, dans le sud de la Pologne.

Une vingtaine de rescapés de divers camps mis en place par l’Allemagne nazie en Europe ont déposé des gerbes de fleurs et allumé des bougies devant le mur de la mort à Auschwitz, endroit où furent exécutés par les nazis des milliers de détenus, en grande partie des résistants polonais.

Ils se sont ensuite réunis, avec des représentants des autorités et d’autres participants, pour une autre cérémonie, non loin d’une caserne pour femmes à Birkenau, qui a récemment fait l’objet de travaux de conservation.

Ils ont prié et allumé des bougies au monument de Birkenau, près des ruines des crématoires, en souvenir des 1,1 million de victimes du camp, surtout des Juifs. Le mémorial et le musée sont situés près de la ville d’Oswiecim.

Des célébrations ont également eu lieu, samedi, dans de nombreux pays en souvenir des 6 millions de Juifs européens tués par les nazis pendant la Shoah.

C’est en 2005 que l’ONU a fait du 27 janvier la Journée internationale de mémoire des victimes de la Shoah, et qui fut en 1945 le jour de libération d’Auschwitz-Birkenau par l’Armée rouge.

Israël commémore pour sa part la Shoah le jour anniversaire du début du soulèvement du ghetto de Varsovie, mais soutient et participe aux événements de cette Journée internationale du souvenir.

Les rescapés étaient ainsi accompagnés, ce samedi, de la présidente du Sénat polonais, Malgorzata Kidawa-Blonska, de son ministre de la Culture, Bartlomiej Sienkiewicz, ainsi que de l’ambassadeur d’Israël en Pologne, Yacov Livne.

Des rescapés de la Shoah et leurs proches arrivent au camp d’extermination nazi d’Auschwitz à Oswiecim, en Pologne, le samedi 27 janvier 2024. (Crédit : AP/Czarek Sokolowski)

Halina Birenbaum, rescapée âgée de 94 ans, a parlé avec beaucoup d’émotion, près de la caserne 27 où elle a passé une partie du mois d’août 1943 jusqu’à l’évacuation forcée des détenus du camp, à pied, le 18 janvier 1945.

Elle a déclaré que les souffrances et tragédies vécues par les victimes des guerres d’aujourd’hui, sans oublier l’attaque du Hamas contre Israël du 7 octobre dernier, étaient « douloureuses » pour elle, une sorte de continuation de ce qu’elle a pu vivre à Auschwitz.

Livne, l’ambassadeur, a défendu le principe des importantes représailles israéliennes à Gaza.

« Nous espérions que les leçons de la Shoah avaient porté leurs fruits. Et pourtant, aujourd’hui, nous faisons face à des accusations de génocide alors que nous nous battons pour notre droit à exister », a-t-il déclaré.

Ces commémorations ont mis à l’honneur les souffrances de l’être humain, illustrées par des portraits dessinés de détenus du camp, diffusés sur un écran lors des cérémonies à Birkenau.

En Allemagne, où des fleurs ont été déposées et des bougies allumées devant les mémoriaux aux victimes des nazis, le chancelier Olaf Scholz a déclaré que son pays continuait – et continuerait – à porter la responsabilité de ce « crime contre l’humanité ».

Des touristes visitent le mémorial de la Shoah à Berlin, en Allemagne, à l’occasion de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de la Shoah, le 27 janvier 2024. (Crédit : AP Photo/Markus Schreiber)

Il a appelé la population à défendre la démocratie allemande et à lutter contre l’antisémitisme au moment où le pays marquait l’anniversaire de la libération d’Auschwitz.

« Plus jamais ça, ce doit être au quotidien », a déclaré Olaf Scholz dans son podcast vidéo hebdomadaire. « Le 27 janvier nous interpelle : restez visibles ! Continuez à vous faire entendre ! Contre l’antisémitisme, contre le racisme, contre le rejet de l’autre – et pour notre démocratie. »

A LIRE : Poutine promet de « tout faire » pour « éradiquer définitivement le nazisme »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, dont le pays se bat pour repousser la puissante invasion russe, a publié l’image d’une menorah sur X, ex-Twitter, en l’honneur du jour du souvenir.

« Chaque nouvelle génération doit connaître la vérité sur la Shoah. La vie humaine doit rester la valeur la plus élevée pour tous les pays dans le monde », a déclaré Zelensky, qui est juif et dont des membres de la famille ont perdu la vie dans la Shoah.

En Italie, les commémorations de la Shoah se sont traduites par une procession aux flambeaux et des déclarations officielles de hauts dirigeants politiques.

La Première ministre italienne Giorgia Meloni a rappelé que son gouvernement nationaliste conservateur s’était engagé à éradiquer un antisémitisme qui, selon ses propres mots, « avait repris de la vigueur » à la faveur de la guerre entre Israël et les terroristes de la branche palestinienne des Frères musulmans.

Les détracteurs de Meloni lui reprochent, à elle et son parti Frères d’Italie, qui a des racines néo-fascistes, de ne pas avoir suffisamment expié cette partie du passé.

Par ailleurs, des pro-Palestiniens se sont retrouvés pour manifester, au mépris de l’ordre de la police de reporter le défilé à un autre jour. De brefs affrontements ont eu lieu avec la police à Milan et les activistes d’un sit-in à Rome ont précisé qu’ils ne manifestaient pas contre les Juifs, mais seulement contre ce qu’ils qualifient de « génocide » à Gaza.

Des manifestants affrontent la police lors d’un défilé pro-palestinien à Milan, le 27 janvier 2024. (Photo de Piero CRUCIATTI / AFP)

La communauté juive d’Italie regrette que de telles manifestations aient récupéré la mémoire de la Shoah pour l’utiliser contre les Juifs.

À Rome, l’étudiant italo-palestinien Amr Shahin a estimé qu’il était tout à fait approprié de manifester contre ce qu’il a qualifié « de génocide » à Gaza, à l’occasion de la Journée de commémoration de la Shoah.

« Malheureusement, cela se reproduit en Palestine, précisément parce que cela s’est produit auparavant. Il faut tirer les leçons du passé, aujourd’hui plus que jamais », a-t-il tenté de justifier.

Le rescapé de la Shoah, Stanislaw Zalewski (à gauche), entouré de visiteurs et d’autres rescapés avec leurs proches rendent hommage aux victimes de l’ancien camp de concentration et d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau lors d’événements organisés pour le 79e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau à Oswiecim, en Pologne, le 27 janvier 2024. (Crédit : Bartosz Siedlik / AFP)

En Bosnie-Herzégovine, des Juifs et des Musulmans d’ici et d’ailleurs se sont retrouvés à Srebrenica pour commémorer ensemble la Journée de la Shoah et aussi promouvoir la compassion et le dialogue.

Cette commémoration est le fruit du travail du centre de préservation de la mémoire de l’unique génocide reconnu en Europe depuis la Shoah, à savoir le massacre, en 1995, de plus de 8 000 Bosniaques musulmans à Srebrenica lors de la guerre interethnique en Bosnie.

Elle a fait passer le message que les deux communautés ont en commun l’expérience des persécutions et doivent rester unies en faveur de la paix.

Cérémonies à la veille du 79e anniversaire de la libération d’Auschwitz-Birkenau, au Monument aux héros du ghetto, à Varsovie, en Pologne, le 26 janvier 2024 (Crédit : AP Photo/Czarek Sokolowski)

Menachem Rosensaft, maître de conférences en droit à la Columbia Law School de New York, a déclaré à l’Associated Press, la veille de sa participation à la commémoration de Srebrenica, que les hommages de cette année étaient d’autant plus importants que l’attaque du Hamas contre Israël, le 7 octobre, constitue le plus important massacre de Juifs depuis la Shoah.

« Nous devons rassembler les gens et trouver un terrain d’entente », a a déclaré Rosensaft, lui-même fils de rescapés de la Shoah. « Pour s’assurer que cela ne se reproduise plus, cela doit faire partie de la conscience du monde entier. »

Il a ajouté que la journée internationale de commémoration était importante de manière à s’assurer que le monde se souvienne de la Shoah longtemps après la disparition des rescapés et de leurs ancêtres.

La porte sur laquelle est écrit « Arbeit macht frei » (Le travail rend libre), photographiée dans l’ancien camp de concentration et d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau lors du 79e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz-Birkenau à Oswiecim, en Pologne, le 27 janvier 2024. (Crédit : BARTOSZ SIEDLIK / AFP)

La conservation du camp, symbole des horreurs de la Shoah, avec son entrée trompeuse « Arbeit Macht Frei » (« Le travail rend libre »), requiert l’action permanente d’historiens et d’experts, sans oublier des fonds substantiels.

Les nazis, qui ont occupé la Pologne de 1939 à 1945, ont dans un premier temps utilisé Auschwitz pour détenir et tuer les résistants polonais. En 1942, les baraquements en bois, chambres à gaz et crématoires de Birkenau ont été ajoutés pour exterminer Juifs, Roms et d’autres ressortissants d’Europe, ainsi que des prisonniers de guerre russes.

Depuis 1979, le camp figure sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.