Rechercher

Deux autres membres de la secte Lev Tahor condamnés pour l’enlèvement de 2018

Mordechay et Matityahu Malka sont emprisonnés à New York, mais le mari de la jeune mariée au centre de l'affaire a été libéré après avoir purgé sa peine

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Jeunes filles ultra orthodoxes portant des vêtements similaires aux filles de la secte Lev Tahor, marchant dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem. Illustration. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)
Jeunes filles ultra orthodoxes portant des vêtements similaires aux filles de la secte Lev Tahor, marchant dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem. Illustration. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

NEW YORK — Trois membres de la secte juive extrémiste Lev Tahor ont été condamnés la semaine dernière par un tribunal fédéral américain pour leur rôle dans un enlèvement en 2018, dans le cadre d’une affaire qui a déjà conduit au démantèlement du groupe et à l’incarcération de la plupart de ses dirigeants.

Les cousins Matityahu Moshe Malka et Mordechay Malka ont été respectivement condamnés à 66 et 57 mois de prison, tandis que Jacob Rosner a écopé d’une peine de 38 mois pour leur rôle dans l’enlèvement de deux enfants au domicile de leur mère à New York en 2018.

Un jury les a déclarés coupables des charges liées au complot et à l’enlèvement parental international en juin.

Les peines prononcées par le tribunal du district sud des États-Unis à White Plains, dans l’État de New York, incluent les 37 mois qu’ils ont déjà passés en prison depuis leur arrestation. Rosner, qui a plaidé coupable et exprimé des remords, a été libéré après avoir purgé sa peine.

Les trois hommes sont des citoyens américains.

Ces trois personnes viennent s’ajouter à d’autres membres de la secte qui ont été condamnés à la prison pour avoir enlevé une fille de 14 ans et un garçon de 12 ans à leur mère dans le village de Woodridge, dans le nord de l’État de New York. Ils ont fait passer clandestinement les enfants de l’autre côté de la frontière américaine, au Mexique, afin de réunir la jeune fille avec son « mari » adulte, Rosner, qu’elle avait épousé lors d’une cérémonie religieuse un an auparavant.

« C’est un crime horrible, épouvantable, qui a été commis », a déclaré le juge Nelson Roman lors du prononcé de la peine.

Le leader de Lev Tahor, Nachman Helbrans, a été condamné en avril à 12 ans de prison dans la même affaire. Un autre accusé, Mayer Rosner, a reçu la même peine. Deux autres membres sont actuellement en procès.

Mordechay Malka a présenté ses excuses pour ses crimes, et son avocat a fait valoir qu’il avait pris conscience de la gravité de ses actes pendant son incarcération, puisque c’était la première fois qu’il échappait à l’influence de la secte.

Le juge a rejeté ses excuses en raison de son manque de remords avant le prononcé de la sentence. Les procureurs ont déclaré que les accusés avaient tenté à plusieurs reprises de retarder le procès en perturbant la procédure et avaient menti sous serment.

La mère des enfants kidnappés a également demandé au juge de faire preuve de clémence, affirmant qu’elle a grandi avec Malka, et qu’il l’a appelée pour s’excuser il y a plusieurs semaines. Elle a également demandé à la cour d’être clémente envers Helbrans, qui est son frère.

Le tribunal a estimé que les Malka ont aidé Helbrans à kidnapper les deux enfants, notamment en leur faisant passer un téléphone. Mordechay a accompagné Helbrans en voiture pour enlever les enfants du domicile de leur mère et les faire sortir clandestinement de la région en se déguisant et en utilisant de faux documents de voyage.

Les fugitifs se sont rendus au Mexique, où ils ont rencontré Rosner et Matityau Malka. Les forces de l’ordre les ont retrouvés au Mexique quelques semaines plus tard.

Rosner, qui a maintenant 23 ans, a épousé la fille qui a été kidnappée alors qu’elle avait 13 ans et lui 18. Le mariage au Guatemala était illégal et n’a jamais été reconnu officiellement.

La mère de la jeune fille a fui la secte pour se réfugier à New York avec ses trois enfants après le mariage, pour leur sécurité. Les procureurs américains ont déclaré que Lev Tahor organisait régulièrement des mariages illégaux entre des jeunes filles et des hommes adultes.

Les dirigeants du groupe « exigeaient des jeunes mariées qu’elles aient des relations sexuelles avec leurs maris, qu’elles disent aux personnes extérieures à Lev Tahor qu’elles n’étaient pas mariées, qu’elles prétendent être plus âgées et qu’elles accouchent chez elles plutôt qu’à l’hôpital, afin de cacher au public le jeune âge des mères », ont déclaré les procureurs.

Lev Tahor, une secte ultra-orthodoxe extrémiste, a été fondée par le père de Helbrans, le rabbin Shlomo Helbrans, à Jérusalem dans les années 1980. Le groupe a fui au Canada, puis au Guatemala en 2014, après avoir fait l’objet d’une surveillance intense de la part des autorités canadiennes suite à des accusations de maltraitance et de mariage d’enfants.

Le plus jeune des Helbrans a pris les rênes du groupe en 2017, lorsque son père s’est noyé au Mexique dans des circonstances mystérieuses.

Les déplacements, les agissements et les projets de Lev Tahor sont obscurs. Plusieurs dizaines de membres du groupe ont été observés circulant dans les Balkans au cours des derniers mois. Certains membres du groupe anti-sioniste auraient demandé l’asile politique en Iran en 2018. Des documents présentés à un tribunal fédéral américain en 2019 montrent que les dirigeants de la secte ont prêté serment d’allégeance au guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei.

Le groupe a été décrit comme une secte et il est désigné sous l’étiquette de « talibans juifs », car les femmes et les filles âgées de plus de 3 ans doivent s’habiller de longues robes noires couvrant tout leur corps, ne laissant que leur visage exposé. Les hommes passent la plupart de leurs journées à prier et à étudier des extraits spécifiques de la Torah. Le groupe adhère à une lecture extrême et idiosyncrasique des lois de casheroute.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...