Deux chiens morts empoisonnés: « la plupart des ruisseaux en Israël sont pollués »
Rechercher

Deux chiens morts empoisonnés: « la plupart des ruisseaux en Israël sont pollués »

L'Autorité de la nature et des parcs cherche à savoir si Ketem et Gulliver sont morts d'un poison d'origine terrestre ou de l'eau bue dans la rivière Besor, dans le sud d'Israël

Le Nahal Besor dans le Néguev occidental, au sud d'Israël, le 13 avril 2017. (Hadas Parush/Flash90 )
Le Nahal Besor dans le Néguev occidental, au sud d'Israël, le 13 avril 2017. (Hadas Parush/Flash90 )

Une sortie à la campagne samedi pour se défouler après la levée du troisième confinement d’Israël pour lutter contre le coronavirus a abouti à la mort par empoisonnement de deux chiens de compagnie.

Quatre amis – deux du nord d’Israël et deux du sud – s’étaient donné rendez-vous pour marcher le long d’une zone où le cours d’eau Beer Sheva se jette dans la rivière Besor, près du kibboutz Tzeelim, au sud-ouest de Beer Sheva, dans le sud d’Israël.

Les deux amis du nord ont chacun amené leurs chiens Ketem et Gulliver et les ont laissés courir librement après avoir passé un mois en confinement.

Une vingtaine de minutes après que les deux chiens – un cocker et un berger belge – ont bu l’eau du ruisseau, ils sont entrés en convulsions, moussant à la bouche, et sont morts.

Moran Ajami, le propriétaire de Ketem, a déclaré à Radio Israël : « Ces chiens étaient notre vie. Après un mois de confinement, nous sommes allés nous promener, nous dégourdir les jambes et voir de [beaux] paysages. Les chiens étaient heureux. Nous nous sommes promenés le long du ruisseau. Nous ne savions pas qu’il était pollué. Il n’y avait pas de clôture et on ne sentait rien. Nos chiens aiment la nature et aiment courir. Tout était fabuleux jusqu’à cet incident traumatisant. Cela fait si mal de ne pas avoir pu les sauver ».

Yannai Aloush, de Beer Sheva, a déclaré au site d’information local Mynet que les amis avaient cherché un endroit pour traverser le ruisseau afin de pouvoir chercher des champignons de l’autre côté.

Il a posté sur Facebook qu’un membre du kibboutz Tzeelim a ensuite déclaré au groupe que les habitants savaient depuis des années que le ruisseau était pollué et ne s’en étaient jamais approchés. M. Aloush a déclaré qu’il n’y avait aucun panneau d’avertissement. Le groupe ne savait pas que l’écume d’un ruisseau (sur la photo) était un signe de pollution.

« Nous avons essayé de mettre la main sur un vétérinaire pour les sauver, mais en peu de temps, les deux chiens étaient morts. Tout s’est passé si vite. C’est tellement choquant. Nous nous sommes sentis impuissants », a-t-il ajouté.

טיול שנגמר באסון גוליבר וכתם – הכלבים של שחר ומורן מתו כ 20 דקות לאחר שתייה מערוץ הנחל שעובר מול קיבוץ צאלים, (בערך…

Posted by ‎ינאי אלוש‎ on Saturday, February 13, 2021

L’Autorité israélienne de la nature et des parcs a immédiatement prélevé des échantillons d’eau dans le ruisseau et a vérifié que les terres environnantes n’étaient pas empoisonnées, mais en date de dimanche, la source de l’empoisonnement restait incertaine.

Dalia Tal, responsable des ruisseaux et rivières au sein de l’organisation environnementale Zalul, a déclaré à la radio israélienne que le ruisseau pourrait avoir été contaminé par des eaux usées provenant de la ville de Hébron en Cisjordanie, ou des usines chimiques de Ramat Hovav dans le Néguev, bien que ce dernier cas soit moins probable.

Il est contraire à la loi de répandre du poison sur la terre ferme dans les espaces ouverts.

« Que la source du poison s’avère ou non être le ruisseau, c’est une occasion d’attirer l’attention du public sur le fait que la plupart des ruisseaux en Israël sont pollués », a déclaré Tal au Times of Israel.

La plupart des cours d’eau n’ont été échantillonnés que deux fois par an à des fins statistiques, et ceux qui se jettent dans la mer de Galilée le sont peut-être plus souvent, a-t-elle poursuivi. Mais même les affluents de la mer de Galilée ont été pollués récemment par la leptospirose.

Un panneau avertit de la présence d’eau polluée près de Haïfa, le 18 mai 2013. (Shay Levy/Flash 90)

En octobre, le ministère de la Santé et le ministère de la Protection de l’environnement ont déconseillé de se rendre dans les cours d’eau du Nord, après que des niveaux dangereux de contaminants à plusieurs endroits ont provoqué une épidémie de cette maladie potentiellement mortelle. Une cinquantaine de personnes ont été suspectées ou confirmées comme ayant été infectées par cette infection bactérienne, qui se transmet par l’urine des animaux.

Tal a conseillé aux gens de ne jamais boire ni de laisser leurs animaux domestiques boire dans les ruisseaux, et a dit que les personnes ayant un système immunitaire sensible ou compromis ne devraient pas se baigner même dans les rivières alimentées par des sources comme Keziv dans le nord d’Israël.

Les panneaux d’avertissement de la pollution, a-t-elle poursuivi, sont la responsabilité des pollueurs, dont la plupart ne voudront probablement pas rendre leurs actions publiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...