Deux manifestants anti-Netanyahu disent avoir été agressés par ses partisans
Rechercher

Deux manifestants anti-Netanyahu disent avoir été agressés par ses partisans

Les deux victimes, l'une de 75 ans, ont été hospitalisées après un accrochage au cours duquel un directeur d'études de l'Université hébraïque a également été frappé

Capture d'écran d'une vidéo montrant le docteur Michael Morris-Reich après avoir été agressé, a-t-il clamé, par des partisans du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 7 décembre 2019 (Crédit : Douzième chaîne)
Capture d'écran d'une vidéo montrant le docteur Michael Morris-Reich après avoir été agressé, a-t-il clamé, par des partisans du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 7 décembre 2019 (Crédit : Douzième chaîne)

Deux manifestants ayant pris part à un mouvement de protestation, samedi soir, réclamant la démission du Premier ministre Benjamin Netanyahu clament avoir été agressés par des partisans du chef du Likud. Ils ont été blessés et emmenés à l’hôpital.

Le docteur Michael Morris-Reich, du département d’études théâtrales à l’Université hébraïque et Pnina Refael, 75 ans, ont raconté avoir été attaqués par un homme et une femme aux abords de la résidence du Premier ministre à Jérusalem.

Selon les médecins, Michael Morris-Reich aurait le nez fracturé, a fait savoir la Douzième chaîne. Pnina Refael a expliqué à la chaîne avoir été frappée à l’arrière du crâne et avoir encore des difficultés à marcher en raison d’une blessure au bassin causée par sa chute.

Elle a rapporté avoir assisté à une manifestation organisée à proximité de la résidence du Premier ministre, dans la rue Balfour, qui avait entraîné une contre-manifestation réunissant des partisans du Premier ministre. La police est parvenue à tenir les deux groupes à distance l’un de l’autre, et aucun affrontement n’a eu lieu, hormis des échanges animés entre les deux rassemblements rivaux.

Certains des manifestants anti-Netanyahu ont ensuite quitté les lieux pour se rendre à un camp de protestation dans les environs, lequel a été dressé à l’initiative du professeur Yoram Yovell, dans le parc de l’Indépendance voisin, a-t-elle ajouté.

Alors qu’ils s’approchaient du camp, ils ont été accostés par un petit groupe de partisans du Premier ministre, et l’un d’entre eux, une femme, a frappé Refael à la tête à l’aide du manche du drapeau qu’elle portait, la faisant tomber au sol.

« J’ai une grosse bosse sur le crâne et j’ai encore des difficultés à marcher », a-t-elle poursuivi.

Lorsque Morris-Reich s’est précipité pour prendre sa défense, un autre partisan de Netanyahu lui a donné un coup de tête, a-t-il raconté dans une vidéo filmée alors qu’il se trouvait à l’hôpital et partagée sur les réseaux sociaux.

שבוע טוב ממאהל מחאת גן העצמאות בירושלים, לצערנו ולחרפתנו, שני מפגינים שבאו לחזק את ידינו, פנינה ומיכאל, הותקפו באלימות…

פורסם על ידי ‏פרופ' יורם יובל – פסיכיאטר, חוקר מוח ומרצה‏ ב- יום שבת, 7 בדצמבר 2019

Yovell, qui se trouvait à l’intérieur du campement, a clamé qu’il y avait des photographies de l’homme et de la femme coupables de l’agression, et que les clichés seraient transmis à la police. Les deux agresseurs ont pris la fuite.

Dimanche, Yovell a partagé une photo montrant Morris-Reich, blessé, ainsi que son agresseur présumé.

D’autres photos parues sur Twitter affirment montrer la femme responsable des coups donnés à Refael.

Me Daniel Haklai, l’avocat qui représente Morris-Reich, a déclaré que « nous espérons que la police retrouvera la suspecte, qu’elle l’arrêtera, qu’elle la présentera à la justice qui la sanctionnera ».

La Douzième chaîne a précisé que Morris-Reich et Refael avaient tous deux quitté l’hôpital dans la matinée de dimanche.

Morris-Reich a publié une photo de lui après avoir été pris en charge par les médecins.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...