Rechercher

Diffusion de la vidéo sur l’attaque menée en février contre des soldats à Gaza

Une vidéo de l'attaque, qui a grièvement blessé deux militaires, a été remise à la presse libanaise alors qu'une flambée de violence a lieu entre Israël et le Hamas

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Vidéo d'un attentat à la bombe qui a blessé deux militaires israéliens, diffusée par une télé libanaise, le 17 février 2018 (Crédit : capture d'écran TV connectée au Hezbollah Al-Mayadeen)
Vidéo d'un attentat à la bombe qui a blessé deux militaires israéliens, diffusée par une télé libanaise, le 17 février 2018 (Crédit : capture d'écran TV connectée au Hezbollah Al-Mayadeen)

Une chaîne de télévision libanaise reliée au mouvement terroriste chiite libanais du Hezbollah a diffusé mardi des images inédites d’une attaque menée contre un groupe de soldats israéliens à la frontière de Gaza en février, au cours de laquelle un engin explosif a été lancé le long de la barrière de sécurité.

La vidéo a été donnée en exclusivité au réseau Al-Mayadeen au Liban dans un contexte de combats à grande échelle entre Israël et des groupes terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, qui ont débuté lundi après-midi et se poursuivaient mardi.

La vidéo, du 17 février, montre un soldat portant un équipement de protection se dirigeant vers la clôture de sécurité de Gaza et enlevant un drapeau palestinien qui avait été attaché à la clôture à l’est de la ville de Khan Younès.

Alors qu’il se dirige vers les trois autres militaires de sa patrouille, un détonateur relié au mât du drapeau déclenche une bombe qui a été enterrée à proximité.

Deux des soldats ont été grièvement blessés dans l’attaque. Les deux autres ont subi des blessures modérées, avait déclaré l’armée israélienne à l’époque.

L’armée a découvert par la suite que l’engin explosif improvisé avait été enterré près de la clôture à la faveur d’un épais brouillard.

L’organisation terroriste du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) a ensuite revendiqué l’attentat.

Un porte-parole de Tsahal a qualifié l’attaque d’“incident grave visant à déstabiliser la région”.

Le porte-parole a déclaré à l’époque que la patrouille – composée de soldats d’infanterie Golani et de membres d’une unité de génie de combat – opérait conformément aux procédures standard pour retirer tout objet étranger de la clôture de la frontière, mais que celles-ci seraient réévaluées.

En réponse à l’attaque, l’armée israélienne a bombardé un certain nombre de postes d’observation du Hamas près de la frontière.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...