Rechercher

Discrimination/ségrégation sexuelle : La plainte d’une journaliste amplifie le débat

L'incident "humiliant" décrit par Neria Kraus - car elle ne voulait pas céder à la demande de passagers haredim - relance le débat sur les questions d'égalité entre les sexes

Illustration : Des Israéliens laïcs montant dans un bus où est instaurée la séparation entre hommes (à l’avant) et femmes (à l’arrière). Des femmes laïques se sont assises à l'avant, au milieu d'hommes juifs ultra-orthodoxes, dans le cadre d'une protestation contre l'exclusion des femmes dans la sphère publique, le 1er janvier 2012. (Crédit: Miriam Alster/Flash90)
Illustration : Des Israéliens laïcs montant dans un bus où est instaurée la séparation entre hommes (à l’avant) et femmes (à l’arrière). Des femmes laïques se sont assises à l'avant, au milieu d'hommes juifs ultra-orthodoxes, dans le cadre d'une protestation contre l'exclusion des femmes dans la sphère publique, le 1er janvier 2012. (Crédit: Miriam Alster/Flash90)

JTA – Une journaliste israélienne affirme avoir été victime de discrimination de la part d’hommes ultra-orthodoxes lors d’un récent vol United Airlines à destination de Newark – et que l’hôtesse de l’air israélienne s’est rangée du côté des hommes plutôt que du sien.

Le récit de Neria Kraus a fait le tour d’internet alors que son avion était encore en vol. D’autres passagers ont affirmé que le sexe de la journaliste n’avait jamais été en cause et qu’elle avait tiré des conclusions hâtives en se basant sur le fait qu’un homme se couvrait la tête pour des raisons religieuses.

Ce qui est clair, c’est que Kraus, correspondante américaine de la Treizième chaîne, a déclenché un nouvel épisode dans les tensions de longue date entre Juifs religieux et laïcs, à un moment où les questions de séparation entre les sexes reviennent sur le devant de la scène en Israël.

La situation a éclaté mardi, lorsque Kraus a publié un message sur X (anciennement Twitter), alors qu’elle se trouvait à bord d’un vol United reliant Tel Aviv à Newark, que des hommes ultra-orthodoxes avaient tenté de faire pression sur elle pour qu’elle change de siège et que, lorsqu’elle avait refusé, une hôtesse de l’air lui avait crié que le vol ne décollerait pas si elle n’obtempérait pas.

« On m’a dit que le vol risquait d’atterrir en Égypte et que ce serait ma faute », a écrit Kraus en publiant une vidéo d’elle se disputant avec des passagers et des membres de l’équipage. « Quel événement humiliant pour moi en tant que femme ». Kraus a refusé de bouger et le vol est parti à l’heure.

Le récit et la frénésie qui s’en est suivie sur les réseaux sociaux sont survenus à un moment délicat, car les incidents liés à la ségrégation entre sexes dans les lieux publics en Israël, généralement illégaux, ont amplifié les inquiétudes concernant les concessions faites par le gouvernement de droite aux partis religieux représentant des communautés où cette ségrégation sexuelle est la norme.

Le contingent haredi du pays, en pleine expansion et politiquement puissant, applique une stricte ségrégation sexuelle au sein de ses propres communautés, et son influence politique s’est étendue à la contestation des normes de genre et de tsniout – ou règles vestimentaires de la loi juive orthodoxe – dans d’autres espaces, notamment le mur Occidental, les bus publics, les plages, les classes d’université et les trains.

La plus haute juridiction israélienne s’est généralement prononcée contre la séparation sexuelle dans les lieux publics. Mais ces derniers mois, alors que la coalition de droite au pouvoir en Israël, qui comprend deux partis haredim et peu de femmes parlementaires, a fait pression en faveur d’une législation qui saperait le pouvoir judiciaire, la presse du pays s’est faite l’écho d’activités qui bafouent la loi. Une municipalité orthodoxe prévoit d’organiser un concert public avec séparation des sexes en dépit de trois décisions de justice s’y opposant ; une autre communauté a adopté des heures de baignade avec séparation des sexes dans une source publique. De nombreuses femmes, ainsi que de jeunes adoescentes affirment avoir été victimes de discrimination dans les bus publics en raison de leur tenue vestimentaire.

« Selon une vidéo obtenue par des médias israéliens, un chauffeur a dit à des adolescentes en leur ordonnant de se mettre à l’arrière du bus : ‘Vous vivez dans un État juif et vous devez respecter les gens qui vivent ici. Lorsque vous montez dans un bus où il y a des religieux et des ultra-orthodoxes qui respectent votre mode de vie, vous devez respecter le leur’. »

Un groupe de protestataires israéliens qui a souvent organisé des manifestations en portant des tenues tirées de La servante écarlate a déposé une plainte pour incitation à la haine à la suite de l’incident.

United Airlines n’est pas une compagnie aérienne  israélienne et n’est pas liée par les lois israéliennes. Néanmoins, l’incident sur le vol rempli de Juifs israéliens et américains a déclenché des corrélations avec le climat contemporain en Israël, a déclaré Kraus à la Jewish Telegraphic Agency.

Neria Kraus, correspondante américaine de la Treizième chaîne. (Crédit : Capture d’écran YouTube ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

« Il y a eu quelques événements au cours des derniers jours ou des dernières semaines où l’on a essayé de dire aux femmes de s’asseoir à l’arrière du bus, ou de ne pas permettre aux femmes de monter dans un bus. Je pense donc qu’il s’agit d’une situation de la société israélienne qui préoccupe vraiment les Israéliens », a déclaré Kraus. Je ne pensais pas que l’affaire serait autant médiatisée, mais c’est le cas, et de nombreuses femmes m’écrivent : ‘Merci d’avoir parlé en notre nom’. »

Les conséquences à long-terme de l’incident impliquant Kraus restent aussi incertaines que ce qui s’est réellement passé dans l’avion.

Au fur et à mesure que l’attention se porte sur l’incident, des récits contradictoires apparaissent. Un journaliste de New York, Daniel Amram, a publié mardi une interview de Nigel, un homme de Brooklyn qui apparaît sur la photo initiale de Kraus et qui affirme avoir été la première personne à lui avoir demandé de changer de siège. Nigel, qui porte une kippa mais aucun autre signe d’identité haredi, a déclaré qu’il lui avait demandé de changer de place uniquement pour que son fils et son ami puissent s’asseoir l’un à côté de l’autre. Il a expliqué à Amram qu’il avait renoncé à sa demande lorsqu’elle avait refusé.

« J’ai dit : ‘Ça vous dérangerait de changer de place ? C’est le même siège dans l’allée' », s’est souvenu l’homme. Après avoir retiré sa casquette dévoilant sa kippa, il a déclaré à Amram : « Elle a commencé à crier : ‘C’est parce que je suis une femme que vous voulez que je bouge’. Elle s’est mise à crier : ‘Discrimination, discrimination !’. »

L’homme a également affirmé que l’hôtesse de l’air avait menacé d’annuler le vol après avoir entendu Kraus dénoncer la discrimination. Le site de voyage orthodoxe DansDeals s’est également adressé à Nigel et a affirmé que Kraus avait exagéré sa version de l’histoire.

Le lendemain, Kraus a maintenu sa version des événements, tweetant une interview d’un homme qui, selon elle, était un steward. Dans la vidéo, l’homme indique qu’il est d’accord pour dire que la demande de place était un acte de discrimination.

« Si vous avez un problème pour vous asseoir à côté d’une femme, vous devriez prendre un autre vol – prenez El Al, nous nous en fichons », a-t-il dit à l’homme, faisant référence à la compagnie aérienne israélienne poursuivie pour avoir accédé aux demandes des hommes haredim d’éloigner les femmes d’eux et à qui un juge israélien a ordonné de cesser de le faire.

« Tout ce que j’ai dit est vrai. Tout le reste n’est que mensonges », a tweeté Kraus. Cependant, l’homme dans la vidéo ne répond pas à l’allégation de Kraus selon laquelle l’hôtesse de l’air de United ‘a commencé à me crier dessus’. »

Kraus a déclaré à la JTA qu’elle croyait toujours qu’on lui avait demandé de se déplacer parce que les hommes ne voulaient pas s’asseoir à côté d’une femme et qu’elle contestait les détails du récit de Nigel. En même temps, elle est revenue sur ses critiques à l’égard de l’hôtesse de l’air, déclarant qu’elle ne voulait pas « que quelqu’un perde son emploi à cause de cela ».

La réponse de United a été aussi confuse que celle des autres compagnies. L’avion était encore en vol lorsque la compagnie a publié une déclaration sans engagement à la JTA. « Nous avons proposé un autre siège à la cliente – ce qui a été décliné – le vol est parti pour New York/Newark et devrait arriver à l’heure. »

Trente minutes plus tard, United a publiquement présenté ses excuses à Kraus sur X. « Nous nous excusons profondément pour cette interaction et nous aimerions examiner la question plus en détail. »

Kraus a également déclaré à la JTA que les hôtesses s’étaient excusées auprès d’elle pendant le vol.

Elle a déclaré à la JTA qu’elle ne voulait pas spéculer sur les raisons pour lesquelles son histoire est devenue si virale. Elle a toutefois reconnu que la ségrégation sexuelle avait fait la Une des journaux en Israël. « Les gens s’en préoccupent vraiment », a-t-elle déclaré.

« Je pense que c’est un vrai problème. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.