Divisés après leur succès, les partis arabes vont-ils perdre des électeurs ?
Rechercher
Analyse

Divisés après leur succès, les partis arabes vont-ils perdre des électeurs ?

La Liste arabe unie a obtenu un record de 15 sièges et a brisé des tabous politiques pour atteindre ses objectifs. Ses factions ne font que s'attirer la colère de leur communauté

Des membres de la Liste arabe unie au quartier général du parti dans la ville arabe de Shfaram, lors des élections à la Knesset, le 2 mars 2020. (Photo par David Cohen/Flash90)
Des membres de la Liste arabe unie au quartier général du parti dans la ville arabe de Shfaram, lors des élections à la Knesset, le 2 mars 2020. (Photo par David Cohen/Flash90)

Les élections de mars 2020 ont donné aux Arabes israéliens un nombre sans précédent de 15 sièges à la Knesset, le plus grand nombre de sièges pour leur communauté dans l’histoire politique israélienne.

« Depuis les premières élections en 1949 jusqu’à aujourd’hui, nous n’avons pas recueilli ce degré de soutien et ce nombre de sièges », avait alors déclaré le président de la Liste arabe unie, Ayman Odeh.

Avec de grands espoirs, la Liste arabe unie a recommandé Benny Gantz comme Premier ministre. Ce fut un moment historique presque sans précédent, la première fois en près de trois décennies qu’un parti arabe recommandait un homme politique sioniste de premier plan pour le poste de Premier ministre. (Après chaque élection, le président d’Israël sollicite les recommandations de chaque chef de parti de la Knesset quant à la personne qu’il devrait charger de former et de diriger un gouvernement).

Cette décision aurait pu donner à Gantz l’opportunité de former un gouvernement sans le leader du Likud Benjamin Netanyahu, s’il avait pu rallier les partis anti-Netanyahu à sa cause. Au lieu de cela, Gantz a fini par s’allier avec le Premier ministre de droite, commençant ainsi la vie malheureuse de l’un des gouvernements israéliens les plus divisés. La Liste arabe unie a de nouveau été laissée de côté.

Divisée à l’intérieur et cible de la colère au sein de la communauté arabe, avec peu de choses à mettre à son actif pour l’année écoulée, la Liste arabe unie apparaît désormais au bord de la désintégration.

Des sondages récents montrent que la Liste arabe unie a perdu jusqu’à un tiers de ses sièges, et des dissensions internes pourraient l’affaiblir encore davantage, ce qui pourrait faire chuter certaines de ses factions constituantes en dessous du seuil électoral.

Ayman Odeh, leader de la Liste arabe unie, s’exprime lors d’une manifestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur la place Rabin à Tel Aviv, le 19 avril 2020. (Tomer Neuberg/Flash90)

La Liste arabe unie a été créée en 2015, réunissant quatre partis dirigés par des Arabes représentant un arc-en-ciel de positions politiques et sociales après qu’une nouvelle loi a relevé le seuil électoral, menaçant ainsi la survie politique de chaque parti.

Mais selon des sources de la Liste arabe unie qui se sont entretenues avec le Times of Israel, certains militants des quatre partis de la coalition réclament une rupture depuis début décembre, lorsque la faction Raam, du rebelle Mansour Abbas, s’est abstenue d’un vote qui aurait fait tomber le gouvernement de Netanyahu.

Abbas a publiquement cherché à resserrer les liens avec le Premier ministre, affirmant qu’il présentait une approche pragmatique de la politique arabe. Le chef de Raam a déclaré qu’il envisagerait de voter pour une loi qui protégerait Netanyahu de toute poursuite judiciaire – le Premier ministre a été inculpé dans trois affaires – ou même de servir en tant que ministre dans un gouvernement dirigé par Netanyahu.

Cette photographie du 10 septembre 2019, montre une affiche électorale israélienne du candidat de la Liste arabe unie Youssef Atauna, avec un slogan en arabe où l’on peut lire « plus de participation, plus d’effet », dans la ville bédouine du sud à Rahat. (Hazem Bader/AFP)

Les autres membres de la Liste arabe unie ont considéré qu’Abbas avait franchi une ligne rouge en collaborant avec Netanyahu, qui, selon eux, a multiplié les attaques contre eux. Beaucoup se souviennent avec colère d’une vidéo de « sortie de vote » datant de 2015, dans laquelle Netanyahu disait aux électeurs que « les Arabes se dirigeaient en masse vers les urnes ».

« Je travaille régulièrement avec un gouvernement et des institutions gouvernementales qui – comment dire, sont de droite. Mais il y a une profonde différence entre exiger sans renoncer à ses principes et coopérer en échange de la vente de ses principes », a déclaré la députée Heba Yazbek au quotidien de gauche Haaretz mardi.

Les trois partis restants – Hadash, Balad et Taal – seraient sur le point de signer un accord qui éliminerait Abbas et sa faction islamiste conservatrice. Raam, espèrent-ils, se retrouvera sans chance et hors de la Knesset, avec trop peu de voix pour franchir le seuil électoral.

« Le principal problème est celui qui concerne un parti : le Mouvement islamique [Raam]. Les trois autres partis sont d’accord sur la nécessité de rester unis », a insisté le député Yousef Jabareen (Hadash) au Times of Israel, exprimant son espoir que Mansour Abbas renonce à sa volonté déclarée d’envisager d’accorder l’immunité à Netanyahu.

Mais se présenter comme une alliance tripartite risque de réduire encore le soutien des électeurs à la Liste arabe unie – en dessous des 10 sièges pour lesquels elle est créditée dans les sondages, Raam inclus. Et tout le monde s’accorde à dire que dans le passé, lorsque la Liste arabe unie s’est scindée, l’apathie des électeurs a augmenté, a déclaré M. Jabareen.

« Il est douloureux de voir comment, après l’énorme succès que nous avons eu en mars, nous tombons à 10 sièges », a déclaré M. Yazbek. « C’est déchirant. J’ai vu la façon dont les gens sont allés voter en grand nombre, avec espoir ».

Dans un récent sondage réalisé par Arik Rudnitsky, qui étudie la politique arabe israélienne, avec le sondeur Yousef Makladeh, une légère majorité – environ 52 % – des Arabes israéliens se sont déclarés satisfaits des performances de la Liste arabe unie au cours de l’année dernière.

Le nombre de ceux qui ont déclaré qu’ils voteraient aux prochaines élections a également diminué de 10 %. Ces deux chiffres sont loin de constituer un vote de confiance retentissant parmi les électeurs arabes.

« Les électeurs arabes veulent punir la Liste arabe unie », a déclaré M. Makladeh lors d’une conversation avec le Times of Israel à la fin de l’année dernière, alors que les sondages montraient déjà un fort déclin de la Liste parmi les Arabes israéliens.

Illustration. Des Arabes israéliens arrivent à un bureau de vote à Haïfa lors des élections parlementaires israéliennes, le 17 septembre 2019. (Ahmad GHARABLI/ AFP)

Chacun des membres de la Liste arabe unie a une explication différente de la spirale descendante du parti dans les sondages. Les factions les plus libérales accusent Mansour Abbas de s’être rapproché de Netanyahu, ce qui, selon elles, a aggravé les dissensions au sein du parti. Elles blâment également Gantz, qui, selon elles, a renoncé à une occasion historique de leur donner un siège à la table des négociations.

« Cela a vraiment eu un impact négatif sur la communauté arabe, surtout parce que la recommandation était politiquement difficile en soi – un ancien général de Tsahal, qui se vantait du nombre de Palestiniens qu’il avait tués à Gaza », a déclaré le député de la Liste arabe unie Yousef Jabareen.

Les membres de la faction d’Abbas, quant à eux, affirment que le soutien plus libéral des députés pour les droits des homosexuels – qui est passé au premier plan cet été – a été la première salve dans la lutte interne entre les partis arabes.

Ayman Odeh, président de la Liste arabe unie, et Aida Touma-Suleiman, militante communiste du parti Hadash, ont voté en faveur d’un projet de loi interdisant la « thérapie de conversion », une pratique pseudo-scientifique qui cherche à changer l’orientation sexuelle innée des personnes homosexuelles. Ne choquant personne, Abbas et sa faction conservatrice ont voté contre la loi.

A LIRE – Homosexualité : La « thérapie de conversion » est loin d’avoir disparu en Israël

« Croyez-moi : la détérioration de notre position auprès de la communauté arabe est apparue lorsque Ayman Odeh et Aida Touma-Suleiman ont voté en faveur de l’interdiction du traitement des pervers », a insisté le secrétaire du parti Raam, Walid Hawashleh, dans un appel téléphonique avec le Times of Israel.

Une bonne partie de la société arabe israélienne est sans aucun doute conservatrice, rejette les LGBT et méprise la décision d’Odeh de voter en faveur de l’interdiction des thérapies de conversion. Mais sondage après sondage, les questions sociales sont en bas de la liste des priorités des électeurs arabes.

Yousef Jabareen, député de la Liste arabe unie, participe à un convoi de protestation sur la route 6 pour exiger une action gouvernementale contre la violence dans les communautés arabes. (Autorisation Yousef Jabareen)

Dans une liste de huit options proposées dans la récente enquête de Makladeh, la priorité la plus importante, et de loin, était la lutte contre la violence et le crime organisé dans les villes arabes – 51,8 % ont déclaré que c’était leur problème principal. Aucune autre option ne s’en rapprochait. La résolution de la crise du logement dans les communautés arabes et la lutte contre la pauvreté arrivent en deuxième et troisième position, chacune étant désignée par environ 12 % des personnes interrogées comme leur priorité absolue.

Sur ces questions, le consensus sur la nécessité d’agir a été écrasant, mais la Liste arabe unie a été inefficace. Jabareen, le député Hadash, a rejeté la faute sur le gouvernement fragile et divisé et sur la crise du coronavirus.

« Le gouvernement était entièrement concentré sur la lutte contre le coronavirus, de sorte que la Liste arabe unie n’a jamais pu traduire son nouveau pouvoir politique en législations. Au cours des derniers mois, il n’y a même pas eu de gouvernement, donc il n’y a eu personne à qui parler », a affirmé M. Jabareen.

Mais même dans les bonnes années, les Arabes israéliens n’ont jamais exercé le genre de pouvoir politique que les groupes juifs, tels que les ultra-orthodoxes ou les sionistes religieux, revendiquent traditionnellement, et ils ont été écartés tant par Netanyahu que par l’opposition.

« Que peut faire la Liste arabe unie sur les questions qui comptent le plus pour les Arabes israéliens ? Essentiellement rien », a déclaré M. Makladeh.

Même Odeh a reconnu que peut-être sa promesse initiale de ce qui serait possible avec 15 mandats était exagérée.

« Parfois, il est important de gérer les attentes des gens. Parfois, vous augmentez les attentes des gens et vous obtenez un grand résultat – mais parce que vous leur avez fait attendre plus, cela semble petit », a-t-il déclaré à la chaîne de télévision palestinienne Bukra début janvier.

On a beaucoup parlé des liens apparemment chaleureux de Mansour Abbas avec Netanyahu ; l’islamiste engagé a déclaré une profonde volonté de collaborer avec le parti Likud afin de faire avancer plusieurs des plus grandes priorités de la communauté arabe.

Abbas a fait pression sur Netanyahu pour qu’il approuve et alloue des fonds à un vaste plan de lutte contre la violence dans les communautés arabes, et l’a complimenté publiquement, ainsi que ses alliés, pour leurs efforts visant à résoudre le problème.

Mansour Abbas, du parti Raam, lors d’une conférence de presse après une rencontre avec le président Reuven Rivlin à la résidence présidentielle à Jérusalem, le 16 avril 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton / Flash90)

Mais l’aventure d’Abbas avec le Premier ministre de droite ne lui a laissé que peu de choses à montrer, si ce n’est la colère de ses collègues arabes. D’autres dossiers que Raam cherchait à faire avancer au sein du gouvernement ont également échoué, comme une tentative de légaliser plusieurs villages bédouins non reconnus dans le sud qui se sont effondrés lorsque des habitants d’implantations de Cisjordanie ont exigé que certains de leurs avant-postes illégaux soient reconnus en échange.

« Il est clair que les raisons pour lesquelles la reconnaissance a été refusée étaient absolument politiques, et non professionnelles », a déclaré le député Raam Saeed al-Harumi au Times of Israel.

Un homme ultra-orthodoxe passe près d’un panneau d’affichage du Likud pour les prochaines élections générales en Israël, le 17 février 2020, montrant les portraits (de gauche à droite) du général à la retraite Benny Gantz, chef de l’alliance politique Kakhol lavan et d’Ahmad Tibi, membre de la Knesset pour la Liste arabe unie, avec une légende qui dit : « Gantz n’a pas de gouvernement sans Tibi ». (Ahmad Gharabli/AFP)

En d’autres termes, les deux grandes stratégies politiques arabes israéliennes de cette année semblent avoir échoué sans porter leurs fruits. Les politiciens arabes israéliens ont recommandé Gantz comme Premier ministre, mais l’ancien général leur a fait la sourde oreille. Abbas a flirté avec Netanyahu et n’a obtenu que beaucoup de bruit et une pluie de critiques à l’intérieur de la Liste arabe unie.

Mais le sondeur Rudnitsky pense qu’Abbas, au moins, sait exactement ce qu’il prépare pour cette élection, qualifiant sa stratégie de « manœuvre brillante ».

« Abbas espère qu’il sera le médiateur dans la prochaine coalition. Savez-vous ce que l’on peut faire avec quatre sièges ? Il aura une énorme influence », a expliqué M. Rudnitsky.

L’électorat arabe semble être déçu, désorganisé et peu enthousiaste à l’idée du vote à venir. Une montée de l’apathie des électeurs – peut-être alimentée par la campagne de Netanyahu pour les votes arabes – semble tout à fait naturelle. Ils estiment que même après avoir amassé la plus grande puissance politique que les Arabes israéliens aient jamais vue dans l’État juif, même après avoir tout essayé, en brisant les tabous politiques de gauche et de droite, leurs représentants n’ont pas réussi à réaliser leurs principaux objectifs politiques.

La seule exception est peut-être le gel de certaines parties d’une loi de 2018 qui pénalise la construction illégale ; les architectes de la loi ont déclaré qu’elle visait les constructions arabes illégales. Le résultat est inférieur à ce que la Liste arabe unie avait espéré – ses politiciens avaient fait campagne publiquement sur l’abrogation de la loi – mais c’était néanmoins une victoire bien nécessaire dans une année difficile.

Les politiciens de la Liste arabe unie qui ont parlé au Times of Israel ont exprimé l’espoir qu’en faisant campagne, ils pourraient restaurer une partie de la confiance perdue.

« Nous avons le temps, avant les élections, de combler les écarts. Il reste beaucoup de temps avant que les gens ne partent voter », a déclaré M. al-Harumi.

Mais comme le gouvernement n’est plus en session et que peu de lois importantes sont susceptibles d’être adoptées entre-temps, cela pourrait ne plus être possible.

« Si nous avions un peu plus de temps, peut-être pour adopter un autre plan gouvernemental, ils pourraient peut-être atténuer le coup », a déclaré Rudnitsky. « Mais les élections ont lieu maintenant. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...