Economie diversifiée, finances solides : Fitch réitère la note A+ d’Israël
Rechercher

Economie diversifiée, finances solides : Fitch réitère la note A+ d’Israël

Le "contexte politique très polarisé" est un risque, et un manque de mesures de consolidation pourrait conduire à une notation négative ou à une dégradation de la note

Les voies ferrées et l'autoroute Ayalon dans le centre de Tel Aviv, avec les tours Azrieli en toile de fond, le 18 décembre 2017. (Miriam Alster/Flash90)
Les voies ferrées et l'autoroute Ayalon dans le centre de Tel Aviv, avec les tours Azrieli en toile de fond, le 18 décembre 2017. (Miriam Alster/Flash90)

Fitch Ratings a confirmé la note A+ d’Israël avec une perspective stable, en citant ses « finances extérieures solides », son économie diversifiée et sa « dette institutionnelle solide ».

Cela s’explique par le ratio élevé de la dette publique par rapport au PIB, qui est supérieur à la médiane des autres pays de catégorie A, ainsi que par l’incertitude politique et les risques sécuritaires, a déclaré la société de notation dans un communiqué mercredi.

« Les finances publiques d’Israël se sont considérablement détériorées en raison de la pandémie, et la volatilité politique actuelle complique les perspectives d’ajustement budgétaire », a déclaré Fitch.

Le ratio dette publique/PIB devrait atteindre son maximum en 2023, à environ 80 %, contre 76 % en 2020 et 60 % en 2019. C’est « bien au-dessus de la médiane estimée pour 2020 d’environ 58 % pour les pays souverains de catégorie A ».

Toutefois, « les conditions de financement sont restées saines », la liquidité des marchés locaux étant soutenue par le programme d’achat d’obligations de la banque centrale, selon les auteurs.

Les dépenses liées à la pandémie ont poussé le déficit public d’Israël à un niveau record de 11,7 % en 2020, et Fitch a déclaré que le déficit devrait rester élevé également en 2021, à environ 9 % du PIB.

Il est peu probable qu’un budget gouvernemental soit adopté avant le troisième trimestre 2021, après la tenue en mars de la quatrième élection israélienne en deux ans. D’ici là, les dépenses seront encadrées par un plafond de 1/12e du budget 2019 chaque mois, auquel s’ajouteront les dépenses en espèces liées à la COVID-19 d’environ 3 % du PIB, adoptée en 2020.

« D’autres mesures de soutien ad hoc sont possibles », a déclaré Fitch, et en raison de l’instabilité politique, l’agence ne prévoit pas de mesures de consolidation significatives en 2021.

« Nous estimons que la grande majorité des engagements de dépenses liés à la Covid-19 seront progressivement éliminés d’ici 2022 », a déclaré Fitch, qui prévoit que le déficit budgétaire se réduira à 4,3 % du PIB en 2022.

Il existe cependant « des risques importants pour cette prévision, étant donné le contexte politique très polarisé, qui pourrait empêcher la formation d’un nouveau gouvernement ou empêcher l’adoption de mesures de consolidation budgétaire », a souligné Fitch.

Une « augmentation persistante du niveau de la dette publique par rapport au PIB, reflétant l’absence de mesures de consolidation suffisantes, pourrait conduire à une action de notation négative » ou à une dégradation de la note, selon le rapport.

Après une contraction de 3,9 % du PIB en 2020, l’économie devrait croître de 5,4 % en 2021 et de 4,1 % en 2022, s’établissant « à un taux de croissance tendanciel proche de 3 % ». Ce scénario repose sur l’hypothèse d’une suppression progressive des restrictions économiques, d’un programme de vaccination qui se poursuivra à un rythme rapide au cours du premier semestre et d’une reprise limitée du tourisme international au cours du second semestre.

« Il y a des risques pour les prévisions étant donné les nouvelles vagues d’infections possibles et le calendrier et l’efficacité du déploiement du vaccin, tant en Israël que dans le monde entier », a déclaré Fitch. « L’économie diversifiée et à forte valeur ajoutée d’Israël s’est révélée résistante aux restrictions récurrentes, la majeure partie de l’augmentation du chômage étant concentrée dans les secteurs à faible valeur ajoutée, tels que le tourisme, le commerce de détail et les divertissements. La relance de ces secteurs soutiendra la reprise ».

Reste à voir si les Accords d’Abraham, qui ont formalisé les relations entre Israël et les EAU, le Bahreïn et le Soudan, atténueront les risques géopolitiques auxquels Israël est confronté. Les avantages économiques, quant à eux, « seront probablement limités étant donné la taille modeste de leurs économies par rapport aux partenaires commerciaux existants ».

Fitch a déclaré que l’agence ne présume pas d’une percée dans le processus de paix avec les Palestiniens ni d’une détérioration grave et prolongée des conditions de sécurité intérieure.

En novembre, Standard & Poor’s a confirmé la position d’Israël avec une note AA- relativement élevée, avec une perspective stable, tandis qu’en octobre, Moody’s a également laissé la note de crédit d’Israël inchangée à A1, exprimant la confiance dans l’économie du pays malgré deux verrouillages punitifs de coronavirus et un « système politique polarisé ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...